« Les Highlanders du Nouveau-Monde tome 3 : Plus fort que le destin » de Pamela CLARE

Les Highlanders du nouveau monde tome 3

Quatrième de couverture : 1760. La France et l’Angleterre se disputent le Nouveau Monde dans une guerre impitoyable. Piégés par le perfide lord Wentworth, les frères MacKinnon ont été contraints de s’enrôler sous ses ordres et ont juré de se venger. Or, un jour, sa nièce chérie, lady Sarah, est enlevée par les Indiens. Infiltré dans la tribu, Connor MacKinnon intervient au moment où la jeune fille va être offerte à un guerrier. Un combat à la loyale s’engage, dont Connor sort vainqueur, et la loi shawnee exige qu’il épouse la femme-trophée. C’est ainsi qu’il se retrouve marié à la nièce de son pire ennemi…

Avis :

Je crois que Pamela CLARE a eu raison de tabler sur une trilogie car même si ce tome est probablement mon préféré, mon enthousiasme est tempéré par ces nombreuses impressions de déjà vue dans ce style de roman (surtout que j’ai lu en début de mois le tome 2 des Chevaliers des Highlands qui était un vrai coup de coeur). Un homme beau, fort et viril aux multiples expériences avec les femmes sauvant une jeune femme innocente et virginale mais au caractère affirmé… Existe -t-il une romance historique où c’est la femme qui mène le jeu et qui a plus d’expérience que l’homme ?!? Enfin là n’est pas le sujet…

Connor, le plus jeune des frères MacKinnon, est missionné par William Wentworth pour sauver sa nièce, Lady Sarah, enlevée par les guerriers d’une tribu indienne ennemie. Accompagné de son frère de cœur,  le Mohican Joseph, il se retrouve au sein de la tribu à se battre au corps à corps avec le guerrier réclamant son du, la main de la jeune aristocrate. Vainqueur du combat, Connor n’aura pas d’autres choix que de se marier avec Sarah mais surtout devra, devant témoin, consommer l’union pour pouvoir la ramener à son oncle…

On retrouve là la formule efficace des deux premiers tomes, la romance étant axée cette fois sur Connor le plus jeune des frères, qui est aussi le plus combatif, avec une jeune aristocrate anglaise qui n’est autre que la nièce de son ennemi juré, le capitaine Wentworth. On est encore emporté par cette histoire d’amour qui commence sur une imposture et une consommation du mariage un peu difficile. Les deux personnages principaux sont particulièrement attachants.
Connor, est tout comme ses frères, bel homme, honorable et loyale, mais il me paraît moins « lisse », moins « propre », son âme salie par ses actes passés quand il a cru perdre Morgan. Il est combatif, animal et très instinctif. Se retrouver marié et ressentir des sentiments et du désir pour la jeune femme est assez difficile à accepter et on le comprend, même s’il reste, malgré tout, très protecteur.
Sarah est certes aristocratique mais son goût pour la musique et l’art fait d’elle une bohème dans l’âme, une rebelle de son époque et la rend très rafraîchissante. On la sent finalement plus à l’aise en tenue de cuir sauvage qu’en soie et dentelle. Un contraste entre son jeune âge, son innocence et sa soif d’aventure. Par ailleurs, son statut de petite fille du roi actuel ne facilite pas son insertion dans le monde des Rangers et dans le cœur de Connor.  Elle saura malgré tout se faire aimer par sa bravoure, sa fierté et sa gentillesse.
Les personnages secondaires sont aussi dépeints de manière très attachante, Joseph en tête, ce Mohican auquel on s’attache depuis le tome 1 est un noble et respectable guerrier et un frère pour les Mackinnon, sa relation d’amitié profonde qui lie avec Sarah est très belle.
Enfin, Lord Wentworth est probablement l’exemple même du protagoniste que l’on adore détester. Il piège les Mackinnon, les obligeant à se battre dans le camp ennemi, leur inflige les pires sévices, mais les aide aussi de manière énigmatique et toujours surprenante. Il sera déconcertant jusqu’à la fin !

Malgré le flot de romance, nous avons toujours droit à notre lot de combats au corps à corps teintés de sang et de sueur, des hommes combatifs, honorables, loyaux et fin stratèges que sont les Rangers, de morts violentes et sanglantes et des actes sournois détestables.

Bref Pamela Clare a su travailler en profondeur les personnages de ce tome, a soigneusement développé sa romance, on est entraîné par cette relation improbable et les scènes intimes de nos amoureux sont justes, et nous a offert une fin en apothéose (même si c’est souvent un peu mélo…) sans négliger pour autant l’historique du roman.

Vous l’aurez compris la trilogie des Highlanders du Nouveau Monde est une belle série, qui plaira sans aucun doute au fan du genre mais aussi à des personnes comme moi qui apprécie parcimonieusement ce genre là.

Challenge un brin de romance

Cet article, publié dans Historique, Romance, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.