« L’enfant du cimetière » de Pierre BRULHET

l'enfant du cimetiereQuatrième de couverture : L’enfant Yoann est abandonné tout petit dans la crypte d’un cimetière. Là il est recueilli puis élevé par les esprits du lieu. C’est que le cimetière fonctionne comme un véritable village, à l’abri du regard des vivants, géré par ses deux maires débonnaires Von Barton et Cornwill. Maintenant âgé de 12 ans, Yoann est mûr pour expérimenter toutes les facettes de la vie : l’amitié, l’amour, l’adversité. Jusqu’au jour où les vivants ont décidé de détruire une partie du cimetière. La petite communauté des esprits est en danger. Yoann et la jolie Ora, celle qu’il aime, prennent la tête de la révolte

Avis :

Si une âme d’enfant gothico-romantique se cache au fond de votre coeur, ce livre est fait pour vous !

Yoann est un petit garçon de 13 ans, élevé par les esprits d’un cimetière, notamment Georges le Fleuriste qui l’a trouvé, depuis son plus jeune âge. Il vit la nuit et voit peu le jour. Un projet d’extension du cimetière viendra entraver sa vie paisible, il se retrouve coincé dans un foyer avec d’autres orphelins, conscient du danger qui menace ses amis du cimetière. N’écoutant que son courage et son amour des « siens », Yoann devra lutter pour sauver sa famille d’âme.

Il y a des livres comme ça qui vous inspire une atmosphère magique et des images oniriques, un retour à l’enfance et à vos anciennes propres croyances. « L’enfant du cimetière » est un de cela.
On est entraîné dans un univers gothique et paisible d’un cimetière, un lieu qui nous est souvent qualifié de triste et sans joie et pourtant, dans ce livre, une autre vision nous est donné et j’ai adoré cela car c’est ma propre vision de cet environnement. Les esprits vivent selon les habitudes humaines, allant faire des emplettes alors qu’ils ne mangent pas, achetant des fleurs alors qui n’en profite pas des bienfaits ou encore ayant des lois civiles sur leur transport ou leur hiérarchie communautaire. Bien sûr, on pense au film des « Noces Funèbres » de Tim BURTON mais l’auteur, Pierre BRULHET a su faire de son oeuvre une originalité.

Yoann, malgré son jeune âge est un personnage attachant et qui nous transfère à lui seul une leçon de vie, d’espoir, d’amitié et d’amour le plus simple et le sincère. Sa volonté d’aider sa famille non humaine, on pense à George ou encore au Fossoyeur, est touchante. Sa relation d’amour pur avec Ora, une jeune esprit presque centenaire, est unique et enfantine, c’est tendre, sincère et sans fioriture. Les personnages vivant au sein du cimetière sont donc plus originaux les uns que les autres, leur relation étant plus ou moins importante avec Yoann. A cela, on ajoute une dose de sorcellerie magique avec le marais qui happe les vivants, le vent dans les arbres chuchotant et les esprits mauvais se vengeant.

La seule chose que j’ai moins aimé, c’est la fin du livre que j’aurai traité différemment mais qui reste finalement assez logique.

C’est donc un roman, qui malgré son nombre de page limité, se révèle très complet sur son histoire mais aussi sur les sujets traités l’amitié, l’amour, l’adversité, les esprits et la magie. Un roman à lire en retrouvant son âme d’enfant et en vidant son coeur de toute croyance adulte, un vrai conte dépaysant qui fait du bien !

Publicités
Cet article, publié dans Fantastique, Mes favoris, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s