« Dies Irae » de John C. PATRICK

Dies Irae.resized

Quatrième de couverture :

En 1956, dans les Aurès, un commando massacre tout un village.
En 1979, trois policiers maquillent le meurtre de deux jeunes gens.
En 1996, à Angers, trois policiers sont exécutés à peu d’intervalle.
Pour le commissaire Costa Pedritis, il s’agit d’identifier le coupable avant qu’il ne frappe à nouveau. Le passé n’oublie jamais, et la vengeance est un plat qui se mange froid…

Avis :

Une histoire de vengeance sur fond de polar mêlant politique et terrorisme.

On démarre notre histoire à la fin des années 50 alors que la décolonisation algérienne bat son plein, les soldats français torturent, violent et massacrent un village entier oubliant un enfant survivant apeuré. Puis, on se retrouve à Marseille fin des années 70, une bavure policière laisse deux familles endeuillées. Enfin, de nos jours à Angers, les trois policiers de Marseille se font assassiner les uns après les autres après avoir cité le « Notre Père ». Le lieutenant Costa Pedritis est chargé de l’enquête.

Un roman au suspens et aux révélations surprenantes qui brille par ses références géopolitiques maîtrisées et une intrigue qui parfois nous échappe ; un subtil mélange de services secrets, de conspiration, de « non dits », de manipulation sociétaire et de réflexion sur les problèmes géopolitiques actuels.

L’auteur a effectué un beau travail de vocabulaire et de recherche, on sent sa maîtrise. Son écriture est fluide et très agréable à lire. Le texte est recoupé de petits paragraphes narrés par chacun des personnages, ce qui dynamisent le récit. Le tout est agrémenté d’annotations pour nous expliquer les termes et sigles spécifiques. La compréhension du texte n’en est que plus aisée. Par ailleurs, les personnages sont relativement tous bien individualisés et présentent des caractères bien définis ; Costa Pedritis, le lieutenant chargé de l’enquête, est directif, intelligent et a un bon instinct de flic. Gerber, professeur de Philosophie adepte du boudhisme et de la zénitude, maîtrisant les Arts Martiaux est un être froid, méthodique et mystérieux. Karim Ouslemane et Marika, le couple maghrébin ont subi les menaces intégristes pour leur « occidentalité ». Enfin les terroristes sont présent sous forme d’un groupuscule infiltré dans la société française. L’œuvre du roman est de lier intimement tous ses protagonistes, qui a première vue n’ont aucun lien, dans l’enquête.

L’histoire n’est pas précipitée mais plutôt bien maîtrisée et bien amenée malgré le faible nombre de pages du roman. Le dénouement est déconcertant et fait appel à notre imagination.

Enfin, un petit mot pour Némo Sandman pour le graphisme de la couverture. Elle est juste sublime et reflète bien l’atmosphère de l’ouvrage.

Bref une lecture originale sans fausses notes et très justement calibrée. A lire tout simplement.

Challenge je suis ecclectiqueChallenge Mystère

Publicités
Cet article, publié dans Policier / Thriller, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

5 commentaires pour « Dies Irae » de John C. PATRICK

  1. Dans ma PAL également, voici une chronique qui me donne envie de l’en sortir rapidement, voire presque immédiatement!

  2. froggy80 dit :

    À première vue, je ne sais pas si je me serais arrêtée pour découvrir ce roman même si la couverture a un petit quelque chose… par contre, ton avis me donne vraiment le goût de m’y plonger… je le garde donc en tête 🙂

  3. noisette2011 dit :

    J’ai hésité devant ce titre.
    Je n’hésiterais plus car il a l’air vraiment bien ^^

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s