« Incubes » d’Anthony HOLAY

incubes

Quatrième de couverture : Ce couple, qui vient tout juste de perdre leur enfant, décide d’aller passer une semaine isolés du monde dans un charmant chalet de montagne. Tandis que la femme fait son deuil tant bien que mal, lui aperçoit des formes qui rôdent autour de la maison en pleine nuit.
Un huis-clos terrifiant qui confronte l’Homme à ces ombres incertaines que la nuit fait danser devant ses yeux…

Avis :

Une nouvelle horrifique prenante et déstabilisante par son dénouement.

Un couple décide de passer quelques jours de vacances dans un chalet montagnard isolé et en pleine période hivernale afin de se retrouver et tenter de faire le deuil de la perte de leur enfant. La jeune femme tombe rapidement dans les songes du repos ensommeillé et l’homme se réveille la nuit, grelottant et terrifié, et découvre que des créatures étranges aux yeux rouges  traînent nonchalamment à proximité du chalet.

Cette nouvelle nous propose un huit clos angoissant nous faisant sans cesse douter ; l’auteur perd son lecteur entre réalité et cauchemars imaginaires. Comment déceler le vrai du faux ? En ne lâchant pas cet ouvrage avant la fin un peu incertaine qui attise des questions mais surtout notre imagination. Anthony HOLAY a su manier les ingrédients du genre ; atmosphère sombre, silence pesant, ombres massives et inquiétantes et environnement claustrophobe pour affoler son lecteur et le tenir en haleine. Le texte est narré à la première personne ce qui intensifie notre immersion dans cette histoire d’horreur. On suit les impressions et les envies sur ce séjour de l’homme avec celle qu’il aime. La femme est sans cesse en retrait, dormant des heures et n’intervenant quasiment jamais, ce qui ajoute à la solitude de l’homme et au sentiment d’oppression ressenti. On suit seulement les émotions et les angoisses aromatisées d’alcool fort de l’homme qui voit ces êtres tous droit sortis de l’enfer rôdant près du chalet. Ce personnage masculin dérive au fur et à mesure avant de sombrer dans une certaine folie.

L’auteur a une belle écriture qui se lit aisément, les mots sont justes et simples, on avale ce court opus en peu de temps. Il a parfaitement su nous manipuler même si le dénouement se dessine peu à peu juste avant la fin de la nouvelle. On doute, on hésite et finalement, on est plutôt surpris.

Une nouvelle intense à dévorer et qui ravira sans aucun doute les amateurs du genre !

Je remercie l’auteur Anthony HOLAY pour cette découverte franchement très réussie.

Challenge je suis ecclectique

Publicités
Cet article, publié dans Chroniques, Horreur, Mes favoris, Nouvelles, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s