« Tout sauf le grand amour » de Kristan HIGGINS

Tout sauf le grand amour

Quatrième de couverture : Ce que cherche Lucy Lang à l’aube de ses trente ans ? Un homme sympa et honnête. Un homme qui s’occuperait du jardin, des barbecues, et qui jouerait au foot avec les enfants. Et surtout, surtout, un homme qui ne déclencherait en elle aucun émoi amoureux, aucune grande passion. Car Lucy refuse l’idée de souffrir de nouveau, comme elle a souffert cinq ans plus tôt en perdant son mari. Alors, même si le passé se rappelle encore à elle, aujourd’hui, elle le sent : elle a atteint les limites d’une vie exclusivement consacrée à son chat, Fat Mikey, le plus intelligent et le plus capricieux des félins, et à son travail qu’elle adore, dans la petite pâtisserie familiale de Rhode Island. Oui, il est temps, après cinq ans, de tourner la page, et de se lancer dans une nouvelle vie. Première étape : prévenir Ethan Mirabelli, son amant sexy mais inépousable, qu’il est temps de revenir à une relation strictement amicale. Deuxième étape : se lancer dans la quête de son futur mari, celui qui sera tout pour elle. Tout, sauf le grand amour.

Avis :

Une petite romance contemporaine attendrissante et pleine d’humour comme on les  aime !

Lucy a perdu son mari, il y a 5 ans après seulement quelques mois de mariage. Anéantie, elle a lâché son travail de pâtissière et est devenue la boulangère du commerce particulier des « Veuves noires » : sa mère et ses deux tantes. Elle couche avec son meilleur ami et ex beau frère Ethan. Lucy se lance à la conquête d’un mari, qu’elle n’aimera pas de trop et qui lui fera les enfants qu’elle souhaite. Pour cela, il faut commencer pas cesser toutes activités torrides avec le charmant Ethan.

Ce roman nous conte donc l’histoire de Lucy, une jeune trentenaire veuve depuis ses 24 ans. Passionnée de pâtisserie, elle confectionne des lichouseries délicieuses qui font le bonheur de son voisin et ex beau frère, Ethan. Elle ne peut cependant plus en manger depuis la mort de son mari, ses douceurs sont devenus insipides et sans goût, à l’image de sa vie personnelle. Voyant le temps filé, elle se met en tête de trouver un mari qui la chérira, ayant un grand potentiel de survie et pour lequel une sincère tendresse remplacera l’amour. Elle ne veut plus souffrir et ne souhaite donc plus s’attacher suffisamment à un homme si cela peut arriver. C’est parfois un peu trop, on aimerait la secouer et lui dire « ouvre les yeux bon sang ! » On suit donc ses rencontres un brin loufoques, ses situations délirantes ou encore ses têtes à tête improbables.  Au contraire de ses tantes, Lucy veut une vie de famille, le club très fermé des « veuves noires » ne cautionnent pas forcément son besoin de remplacer son défunt mari Jimmy. Ces femmes aux personnalités opposées et extrêmes nous réservent des moments amusants, plus particulièrement lors de leur séance de spiritisme avec une bohémienne un peu douteuse et au look édulcoré. Ethan, lui est le meilleur ami que l’on rêve d’avoir, le gendre idéal, présent, patient et vraiment très compréhensif. Il se révèle peut-être un peu trop gentil parfois face aux attitudes égoïstes de Lucy, pourtant, on ne peut s’empêcher de s’attacher et d’espérer pour lui qu’elle finira par ouvrir les yeux. C’est un personnage blessé depuis des années et qui vit dans l’ombre d’un grand frère parfait que tout le monde adorait et que ses parents vénéraient. En plus de cela, c’est un cuisiner hors pair et il a un charme fou entre ses petits sourires en coin et ses réparties taquines. Un personnage fantastique !

Kristan Higgins a vraiment le talent pour nous embarquer dans cette romance familiale traitant d’un sujet délicat qu’est le veuvage avec suffisamment d’humour et de recul pour ne jamais sombrer dans le mélo. On ressent les peines de ses femmes qui aimeront leur mari toutes leurs vies mais aussi leurs joies de vivre, l’ironie de certaines situations face aux hommes. Ces pauvres en prennent plein la figure mais toujours avec une classe amusante. Ajouté à cela une écriture fluide et efficace, les mots sonnent juste, les longueurs sont rares et on est vite happé dans cette histoire d’amour plutôt originale même si le dénouement est sans réelle surprise. On s’en fiche, notre sourire est là quand on tourne la dernière page et notre cœur satisfait de cette conclusion.

En bref, un roman destiné principalement aux romantiques mais pas que, l’humour et les situations familiales amusantes et dramatiques sont suffisamment présents pour satisfaire un public plus contemporain. Une histoire à découvrir !

Challenge un baiser avec plaisriChallenge je suis une héroïne

Publicités
Cet article, publié dans Chroniques, Roman contemporain, Romance, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s