« Delirium tome 1 » de Lauren OLIVER

Delirium t1

Quatrième de couverture : Lena vit dans un monde où l’amour est considéré comme le plus grand des maux. Un monde où tous les adultes de 18 ans subissent une opération du cerveau pour en être guéris. A quelques mois de subir à son tour « la Procédure », Lena fait une rencontre inattendue… Peu à peu elle découvre l’amour et comprend, comme sa mère avant elle, qu’il n’y a pas de plus grande liberté que laisser parler ses sentiments. Même si cela implique de quitter ses certitudes…
« Ils prétendent qu’en guérissant de l’amour nous serons heureux et à l’abri du danger éternellement. Je les ai toujours crus. Jusqu’à maintenant. Maintenant, tout a changé. Maintenant, je préférerais être contaminée par l’amour ne serait-ce qu’une seconde plutôt que vivre un siècle étouffée par ce mensonge. »

Avis :

Un roman au sujet de fond intéressant mais qui démarre bien trop lentement.

Magdalena, dit Lena, est une jeune fille qui a bientôt 18 ans et doit donc prochainement subir la « guérison » pour éviter d’attraper le mal absolu : l’amour.  Ensuite, sa vie sera régie de manière prédéfinie ; un mari et une orientation professionnelle lui seront associés en fonction des résultats de son examen définitif. Lena a hâte que cette nouvelle vie démarre, excluant son passé peu reluisant ; une mère ayant sombrer suite à la mort de son père et une sœur ayant affecté le mal avant de subir la « procédure ». Jusqu’au jour où elle rencontre Alex, là toutes ses idées préconçues volent en éclat.

Un roman basé sur une histoire originale, un monde où l’amour et les émotions sont complètement occultés après une « procédure » subie par la population vers l’âge de 18 ans et interdits, sous peine de conséquences graves, à ceux qui ne l’ont pas encore subis. Taire les émotions semble avoir engendré une froideur et des automatismes à la population qui accepte leur train de vie imposé et leur quotidien redondant. La population est soit-disant protégée par des milices semblant se satisfaire dans la violence de leur punition.

Lena vit dans ce monde et accepte ces lois invraisemblables qu’elle soutient. A bientôt 18 ans, elle aspire à retrouver une paix et un bonheur soit disant promis après la Guérison. Bien sous tout rapport, elle est élevée par sa tante depuis le suicide de sa mère, gravement « malade ». Elle a d’autant plus la pression de réussir ces examens finaux, que les rumeurs circulent bon train sur sa famille. Elle est amie avec Hana, grande et d’une beauté indéniable, mais ayant aussi une joie de vivre inépuisable. Elles courent régulièrement ensemble pour de rares moments de liberté. Le jour où elle passe ses entretiens, le bâtiment est envahi par des bovins et elle aperçoit un jeune homme riant de cette mésaventure. Les rumeurs font état d’une intervention des « Invalides », des personnes non immunisées vivant dans « la nature », officiellement il ne s’agit que d’un échange de marchandises. Hana et Lena doutent de cette version officielle et s’aventurent près des laboratoires, où elles rencontrent Alex, le gardien du site qui n’est autre que le jeune homme que Lena a vu le jour de ses examens. Alex porte la marque des guéris et trouble de manière inconvenable Lena.

De manière générale, le roman porte une trame intéressante mais les descriptions successives alourdissent le récit qui est bien lent à démarrer. L’action ne démarre finalement qu’une fois la fin du roman atteint. Par ailleurs, la relation entre Lena et Alex passe bien trop vite du rejet de Lena vis à vis de ses sentiments à son acceptation d’une relation amoureuse. C’est peu crédible, une jeune fille formatée dans des croyances tel que l’amour est mal et intolérable, que c’est une maladie grave pouvant vous mener à la mort, se met à embrasser aussi rapidement un jeune homme, alors qu’elle n’avait jamais parlé à un garçon plus de 5 minutes et le plus souvent par courtoisie. Ensuite, la relation des deux jeunes gens est plutôt innocente et fait penser à une relation d’amour adolescente plus qu’à une relation d’amour pré-adulte. Ceci est toutefois compréhensible au regard du passé de Lena, Alex souhaitant la protéger avant tout. Malgré tout le comportement enfantin et capricieux de Lena peut quelque fois paraître très agaçant ! Il est tout de même intéressant de suivre les désillusions de Lena face à la réalité du monde qu’elle a toujours connu, que ce soit au niveau des lois ou des personnes de sa famille.

Concernant, le style de l’auteure, c’est assez simple, une écriture posée sans être trop travaillée non plus, accessible au plus grand nombre. C’est un roman qui se lit vite. Le fait de présenter à chaque début de chapitre un extrait de l’ouvrage régissant les lois du monde décrit permet au lecteur de prendre conscience de l’extrémité des convictions de cette société.

En bref, un roman lent avec peu d’action et peut-être un peu trop innocent pour un public adulte. Il se destine définitivement à un public jeune (15/25 ans environ). La fin fait cependant relever le niveau puisqu’il devient plus haletant dans les 20 dernières pages avec un dénouement qui suscite fortement l’intérêt et la curiosité sur l’avenir des personnages.

Challenge je suis une héroïne Challenge un baiser avec plaisriChallenge et le monde changea

Publicités
Cet article, publié dans Science fiction, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s