« Un avion sans elle » de Michel BUSSI

unavionsanselle

Quatrième de couverture : 23 décembre 1980. Un crash d’avion dans le Jura. Une petite libellule de 3 mois tombe du ciel, orpheline. Deux familles que tout oppose se la disputent. La justice tranche : elle sera Émilie Vitral. Aujourd’hui, elle a 18 ans, la vie devant elle mais des questions plein la tête. Qui est-elle vraiment ? Dix-huit ans que Crédule Grand-Duc, détective privé, se pose la même question. Alors qu’il s’apprête à abandonner, la vérité surgit devant ses yeux, qu’il referme aussitôt, assassiné. Il ne reste plus qu’un vieux carnet de notes, des souvenirs, et Marc, son frère, pour découvrir la vérité…

Avis :

Un avion sans elle est un roman haletant, plein de surprise et plutôt bien écrit.

1980, un avion se crashe contre le Mont Terrible dans le Jura. La majorité des passagers ont péri, pour la plupart, brûlés vif. Pourtant parmi les décombres, un seul survivant, un bébé de 3 mois, qui suscitera l’engouement des médias et le déchirement de deux familles qui affirment que ce nourrisson appartient à leur famille. Lyse – Rose ou Emilie ? La petite surnommée Libellule deviendra une Vitral. Pourtant le doute demeure et 18 ans plus tard, Lylie disparaît laissant le carnet de note du détective Grand Duc à son frère Marc. Ce dernier comprend peu à peu que ses propres doutes ne sont peut-être pas que des élucubrations.

Un roman qui a fait parlé de lui, qui a eu beaucoup de succès et comprend aisément pourquoi à sa lecture. Palpitant du début à la fin, ce thriller tient parfaitement son rôle et emporte son lecteur dans une quête de vérité qui sera bien plus surprenante que l’on ne pouvait l’imaginer. Des bribes d’éclaircissement puis à nouveau le lecteur est vite perdu dans de nouvelles révélations. Qui est vraiment Lylie ? Quel secret se cache dans chacune des familles ? A travers la lecture des notes reconstituant le passé et la guérilla des deux familles, les liens de Crédule avec la famille Vitral et les pistes maintes fois sans issues, on suit le périple de Marc et les dangers qu’il rencontre. Ce dernier cherche avant tout à enfin faire le jour sur la vérité et retrouver celle qu’il aime peut-être bien plus qu’il ne devrait, et peu à peu la reconstitution du puzzle se met en place.

Les personnages sont relativement simples et réalistes. L’aîné des Vitral est un jeune homme de 20 ans, qui entre dans le moule et ne présente rien d’exceptionnel, il suit des études et tentent de les réussir et se montre très protecteur avec sa petite soeur. Lylie est tout son contraire, brillante et d’une beauté excessive, elle réussie tout ce qu’elle entreprend depuis toujours, seuls leur blondeur et leurs yeux bleues semblent les lier. Malgré 18 ans d’enquête, le détective Grand Duc, mystérieux personnage embauché par la famille Carville, découvre la vérité en relisant, à la porte de son suicide, le journal de 1980 relatant la catastrophe, avant de mourir assassiner, laissant derrière lui ses notes d’enquête et les doutes qui l’habitaient. Malvina, l’aînée des Carville ayant perdu sa petite soeur est devenue aigrie par la colère et la vengeance et présente une grande instabilité menaçante pour finalement se révéler n’être qu’une victime collatérale de plus dans cette sombre affaire. Enfin, il y a les deux grands – mères, l’une est aussi froide que l’autre est chaleureuse, chacune meurtrie par le drame et cachant bien des secrets.

Michel Bussi montre une imagination et une logique sans faille, une fois les éléments du mystère remis dans l’ordre, le dénouement s’éclaire et le lecteur atteint la fin du roman. L’auteur réussie parfaitement à désorienter, à faire douter, qui est-elle ? Qui l’a tué ? Que cachent-elles ?, des questions que l’on se pose au fur et à mesure de la lecture et qui trouveront toutes leurs réponses en temps voulu. Par ailleurs, l’auteur présente une plume d’une lisibilité déconcertante, c’est fluide, bien écrit, bien raconté, les mots sonnent justes, les parenthèses de vie et les descriptions de Grand Duc apportent une grande part de réalisme et au final le roman se dévore.

En bref, un roman à découvrir, tout simplement !

Challenge Mal pal je vaincrai Challenge un baiser avec plaisri

Publicités
Cet article, publié dans Policier / Thriller, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour « Un avion sans elle » de Michel BUSSI

  1. Ge Murielle Chapelle dit :

    Superbe livre ! J’ai vraiment beaucoup aimé 🙂 Merci pour cette belle chronique qui me donne envie de le relire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s