« Beautiful Disaster » de Jamie McGUIRE

beautifuldisaster

Quatrième de couverture : Travis Maddox est sexy, bâti comme un dieu et couvert de tatouages. Il participe à des combats clandestins la nuit, et drague tout ce qui bouge le reste du temps. Exactement le genre de mec qu’Abby doit éviter si elle veut reprendre sa vie en main. Mais Travis insiste et lui propose un pari. Si elle gagne, il renonce au sexe pendant un mois. Si elle perd, elle s’installe chez lui pour la même durée. Ce que Travis ignore, c’est qu’il a affaire à bien plus joueur que lui. Une fois toutes les cartes abattues, seront-ils vraiment prêts à suivre les règles établies ?

Avis :

Un roman que j’ai souhaité lire après tout le tapage médiatique qu’il a suscité afin de ne pas être influencée par l’engouement collectif.  Franchement, c’est un roman sympa mais loin d’être exceptionnel, j’avoue avoir été déçue. C’est une histoire d’amour surfant sur la nouvelle vague littéraire 2014 : Le New adult. Tout d’abord platonique et plutôt attendrissante, cette romance devient rapidement chaotique entre deux personnages meurtris où règne violence et autodestruction, bref deux personnes complexes qui ne savent pas s’aimer sans se faire du mal.

Abby, 19 ans à peine, est étudiante et a choisi de vivre loin de sa famille pour fuir un passé qui ne lui convient plus. Travis Maddox est le bad boy de l’université, un garçon tatoué, qui gagne sa vie en participant à des combats clandestins et dont la majorité des filles du campus n’ont pas résisté. Lorsque ces deux personnages que tout oppose se rencontrent, c’est le début d’un jeu tour à tour amusant et destructeur.

Ce roman raconte donc la relation tumultueuse entre deux personnages qui ne semblent pas fait pour s’entendre et pourtant ! Abby, look sage entre cardigan et boucles de perle soigneusement portés, accompagne sa meilleur amie, America, et son copain Shepley, à un combat clandestin dans les sous-sols du campus. Là, elle rencontre pour la première fois Travis Maddox, un jeune homme qu’elle doit fuir si elle ne souhaite pas être affichée à son tableau de chasse. Pourtant, inévitablement, elle attire son attention. Elle décide donc de jouer l’indifférente et l’envoyer balader dès qu’elle le peut, une des scènes les plus amusantes à ce sujet, c’est lorsqu’Abby veut faire fuir Travis en s’habillant et se coiffant comme un sac avec ses grosses lunettes de myope et que celui-ci semble complètement indifférent allant même jusqu’à l’inviter à dîner. Abby a du caractère et ne se laisse pas faire. Curieusement au lieu de le faire fuir, cela attise la curiosité de Travis qui voit en Abby, une jeune femme au comportement naturel, directe et qui n’est pas intéressée par son sex appeal. Travis est l’archétype du bad boy, le crâne rasé, couvert de tatouages, violent, une prédisposition pour l’alcool et aux conquêtes nombreuses car chaque passage de Travis est accompagné d’une horde de fille en chaleur, toutes la bouche en coeur et complètement niaises pour la plupart ! Bien évidemment, il se balade à moto. Pourtant ce n’est pas ce côté là qui le rend attirant, mais plutôt ce qu’il intériorise aux autres et dévoile à Abby ; un garçon serviable, intelligent et attentionné qui traîne ses blessures et une réputation exécrable. Leur relation démarre sur des joutes verbales incisives mais risibles, une amitié qui deviendra très vite pleine d’ambiguïté pour les autres d’abord mais aussi pour tous les deux. Travis suscite en elle des sentiments profonds mais Abby refuse de s’engager dans une relation avec lui qui serait vouée à l’échec. Voir ses deux personnages se charmer et se chercher, observer un Travis Maddox sombrer peu à peu dans l’amour, se transformer et une Abby aveugle à tous ses sentiments amoureux, est probablement la partie la plus intéressante du roman.

Lorsque la relation devient une véritable histoire d’amour, là ça chavire et devient plus explosif ! La jalousie et la possessivité de Travis amènent à des moments de violence d’une ampleur inappropriée et le romantisme platonique du début se transforme en une relation dénuée de charme et fortement assombrie par la violence du personnage et la guimauve de scène incongrue qui ne colle pas aux caractères des protagonistes. Malheureusement Travis ne se contrôle pas et, pour une romance de ce genre, le sang est assez omniprésent entre les combats clandestins et les crises de colère de Travis face aux autres hommes. Violence qui au passage semble être normale et complètement impunie. Personnellement, j’adore les personnages un peu violent mais ici c’est gratuit et sans conséquence donc complètement surréaliste et inadapté. Quand il est amoureux, c’est un personnage jaloux, protecteur et possessif à l’excès, cela le rend complètement dingue et ses pétages de plomb sont complètement disproportionnés et bien trop nombreux. Il faut dire aussi qu’Abby a aussi son lot de fautes ; une attitude égoïste et immature, qui n’apaise pas toujours notre mauvais garçon et parfois même carrément irrespectueuse, on pense au pauvre Parker, un de ses prétendants, planté seul en plein restaurant. L’Abby réaliste et pleine d’humour du début reprend vite ses habitudes passées irritables et ce n’est pas joli joli. D’ailleurs, ce passé révélé est loin d’être extraordinaire et on en attendait beaucoup plus.

L’auteure a par ailleurs une écriture assez simple et basique qui aboutit à une lecture rapide sans prise de tête mais disons le franchement, ce n’est pas de la grande littérature. C’est addictif mais on est un peu déçu par cette fin pleine de guimauve qui là encore ne colle pas du tout au contexte de l’histoire (ils sont quand même seulement 19 ans…). Quand au « ma Poulette », j’imagine que c’est un défaut de traduction, mais on est tous d’accord c’est ridicule et je détesterai me faire surnommer ainsi ! Par contre, la couverture est suffisamment réussie pour la souligner, indéniablement elle attire le regard et donne envie d’avoir ce beau livre dans sa bibliothèque.

En bref, un roman qui se lit très vite et qui nous fait passer un agréable moment, vite oublié cependant, et qui au regard de son contenu ne méritait pas autant de médiatisation que ce dont il a fait l’objet !

Septembre Challenge je suis une héroïne

Challenge un baiser avec plaisri

Publicités
Cet article, publié dans Chroniques, Romance, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

3 commentaires pour « Beautiful Disaster » de Jamie McGUIRE

  1. Yezahel dit :

    Comme tu le dis, vu tout la médiatisation autour de ce livre, je m’attendais une bombe atomique… Sauf que j’ai franchement été déçue. Trop de facilités à mon gout et des pistes intéressantes non explorées. Dommage.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s