« Les Ombres de la nuit tome 10 : Lothaire » de Kresley COLE

les-ombres-de-la-nuit,-tome-10---lothaire-415567-250-400

Quatrième de couverture : Vampire sanguinaire, guidé par son insatiable appétit de vengeance, Lothaire s’est juré qu’il s’emparerait un jour du trône de la Horde. La haine qui le dévore depuis l’enfance inspire la terreur à tous, et on le croit volontiers sans coeur. Pourtant, il a offert son amour à Saroya la Faucheuse d’Ames, qu’il vénère plus que tout. Or, victime d’une malédiction, cette dernière a besoin d’un corps charnel pour se réincarner. Et elle a jeté son dévolu sur la ravissante et innocente Elizabeth, à qui Lothaire devra, tôt ou tard, ôter la vie. Pour celui qui a fait couler tant de sang, cet acte devrait être un jeu d’enfant. Et pourtant.

Avis :

Avec ce 10ème tome, Kresley Cole nous offre une romance paranormale passionnée, sensuelle et intimiste concentrée essentiellement sur le couple vedette.

Lothaire est craint de tous, vampire violent et sans scrupule, il a cumulé depuis des millénaires une haine des autres et aspire dans l’ombre à sa vengeance : récupérer le trône de Dacie et anéantir la Horde. En parallèle, son coeur s’est animé pour une Déesse sanguinaire qui voue un culte au sang et à la mort ; Saroya. Cependant, une malédiction l’a contrainte à prendre possession de corps humain. Et, afin de redevenir à nouveau immortelle, elle demande à Lothaire de tuer l’âme de son hôte, Ellie, une humaine qui ne cessera de déconcerter l’Ennemi de toujours.

La recette magique, un homme sanguinaire, froid et imbu de lui-même et une femme frêle d’apparence mais au caractère affirmé, fait encore mouche dans ce tome particulièrement émoustillant. Certes, le tome est moins concentré sur le mythos, ses légendes, ses créatures et les événements qui s’y passent que les autres, mais il n’en reste pas moins passionnant et au contraire, cette intimité développée était même indispensable pour comprendre ce personnage énigmatique qu’est Lothaire.

Ce vampire aux yeux rouges et à la réputation menaçante est animé d’une vengeance extrême qu’il pense avoir besoin d’assouvir pour enfin venger sa mère et tout ceux qui l’ont trahie. Afin d’atteindre ses objectifs, il a cumulé depuis des millénaires des dettes auprès d’autres créatures et  tuer plus que de raison, sa folie le gagnant de plus en plus chaque jour. Pourtant, cet être cruel et a priori sans états d’âmes, a été animé et il espère de sa femme qu’elle l’aide à conquérir le trône de la Horde et celui de Dacie. L’heureuse élue n’est autre que Saroya, une déesse adoratrice des autels de cadavres et prenant un plaisir jouissif à tuer sans aucune raison apparente. Pour Lothaire, c’est la femme parfaite aussi violente et impitoyable que lui. Le problème, c’est que Saroya est maudite et qu’elle n’a plus de corps à elle et doit donc prendre possession de corps humains. Lorsque Lothaire la rencontre, elle possède Elizabeth Pierce, une très jeune humaine des Appalaches, vivant dans un mobilhome auprès de sa famille pauvre. Pour permettre à Saroya de jouir pleinement de ce corps d’humaine, que ce corps devienne immortel et qu’enfin il puisse prendre du plaisir avec sa femme, Lothaire doit tuer l’âme de l’humaine et part donc en quête de l’anneau de la Dorada pour y arriver. En attendant, il doit supporter l’humaine, Saroya ayant besoin de se ressourcer en s’occultant, il s’agit aussi surtout d’une excuse égoiste de la déesse pour fuir les besoins charnels et maritaux de Lothaire, cette dernière ayant en horreur toutes relations sexuelles avec un homme.  Bref, Saroya abuse Lothaire et ce dernier ne semble pas s’en rendre compte, c’est un personnage aussi détestable qu’antipathique. Ellie a une soif de vivre et fera preuve d’intelligence pour tenter de détourner Lothaire et ainsi survivre. Elle joue avec le vampire, l’offusque, lui répond sans la moindre crainte, ose lui dire sa façon de penser et le provoque avec le plus grand des plaisirs, engendrant des scènes pleines d’humour et d’une intensité joyeuse ! Cette attitude perturbe Lothaire qui a l’habitude d’être craint par tous et cette petite humaine innocente et insignifiante ose l’affronter malgré ses menaces mais réussie tout de même à faire prendre conscience au vampire qu’il ne connaît la signification du bonheur. Ellie est loin d’être une idiote, c’est une femme déterminée, pleine de réparties et de curiosité, ses interrogations permettront à Lothaire d’avoir de véritables discussions qu’il n’avait plus eu depuis longtemps. Et si sa femme n’était pas celle qu’il croyait ? Pour Lothaire, impossible que sa femme soit une simple humaine, pauvre et inculte, indigne de son rang, cette conception de sa personne le rendra agressif et cruel vis à vis d’Ellie par ses remarques acerbes, ne cessant de la rabaisser face à Saroya et à sa condition d’humaine sans le sous. Pourtant, Ellie est charnelle et sensuelle et contentera pleinement le vampire lors de leurs ébats atypiques. Leurs scènes intimes sont particulièrement émoustillantes, on se surprend à avoir les joues échauffées et d’être complètement happés dans leur échanges torrides. On garde toutefois en tête que Lothaire est un personnage violent, dont les actes effroyables sont difficiles à pardonner, cependant Kresley COLE réussi son pari de faire d’un personnage arrogant et meurtrier un personnage romantique auquel on s’attache par son passé révélé et que l’on a envie de pardonner au regard de ses centaines d’années de tortures endurées.

Par ailleurs, on retrouve d’autres personnages tel que Thaddeus, mi-fantôme, mi-vampire qui voue une fidélité à Lothaire et qui se révèle être son seul ami et soutien. On en découvre un peu plus sur le passé commun et l’ancienne amitié de Lothaire et Nix, cette dernière, épuisée voit sa folie et ses pertes de conscience de plus en plus présentes. Enfin, il y a Balery, l’Oracle Fey de Lothaire à la peau venimeuse, celle qui lui a révélé le nom de sa promise.

En bref, un des meilleurs tomes de la série, très intimiste, on retrouve cependant les recettes faisant le succès de cette série, de l’humour, des personnages attachants et loin des clichés romantiques portant leur quantité de faiblesses et de noirceur et une sexualité débridée et torride. Finalement, le seul point négatif, c’est cette fin un peu trop sucrée et trop facile qui aurait mérité plus d’intensité ! Mais cette série reste vraiment un incontournable du genre !

challenge mords-moi Challenge Magie et transformation Challenge un baiser avec plaisri

Publicités
Cet article, publié dans Bit-lit, Romance, est tagué , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

4 commentaires pour « Les Ombres de la nuit tome 10 : Lothaire » de Kresley COLE

  1. nikita748 dit :

    j’ai adoré ce tome aussi et je viens de commencer le tome 11

  2. Yezahel dit :

    Ton avis me donne vraiment envie de reprendre la lecture de cette série ^_^ Bon je n’ai lu que les deux premiers donc j’ai beaucoup de retard à rattraper…

    • Walkyrie dit :

      Ah oui il faut ! Il y a vraiment de très bons tomes derrière dont le 6 (Rydstrom !!!) et le 8 de mémoire. Et cette série se bonifie avec le temps, on est toujours immergée dans une histoire assez originale.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s