« Les Chevaliers des Highlands tome 5 : Le Saint » de Monica McCARTY

Les chevaliers des highlands tome 5

Quatrième de couverture : Magnus MacKay est l’essence même du Highlander : dur, fier, intrépide et conquérant. On le surnomme « Le Saint » parce qu’il refuse de parler des femmes mais également pour son commandement froid et rigoureux. Sa réserve cache en réalité une profonde blessure amoureuse et un deuil qui l’ont meurtri au point qu’il ne supporte pas d’en parler. Jusqu’au jour où, Helen, la femme qui l’a éconduit se retrouve fiancée avec un de ses compagnons de la Garde. Dès lors, Magnus va alors devoir livrer la bataille la plus difficile de sa vie : celle des sentiments.

Avis :

Encore une fois Monica McCarty fait un coup de maître et offre une excellente romance historique à ses lecteurs même si on est en dessous de l’intensité du tome précédent (chose difficile tellement il est extraordinaire !).

Magnus MacKay, dit le Saint, est un homme secret qui ne parle jamais des femmes et qui reste l’un des plus discret de la Garde. Ce que ses compères ne savent pas, c’est que Magnus a été rejeté par la seule femme qu’il ait aimé et à qui il a offert le mariage. Aujourd’hui, cette jeune femme, qui n’est autre que Helen Sutherland la fille du clan ennemi des MacKay, est fiancée à William Gordon son meilleur ami dans la Garde. Le jour où le deuil vient le percuter, tout change, Mackay résistera t-il à la force de ses émotions ?

Le roman démarre 3 ans plus tôt, Magnus est un homme d’une vingtaine d’année, fier et fort participant depuis des années aux jeux des Highlands au cours desquels il rencontre en secret la jeune Helen Sutherland. Après s’être liés d’amitié, leurs sentiments ont évolués vers un amour complice, platonique et profond, allant chacun à l’encontre de leurs clans, ennemis rivaux. Cette année là, il a toute les chances d’être le nouveau gagnant et il espère ainsi montrer sa valeur et demander la main d’Helen. L’intervention de Kenneth, son frère, viendra cependant ternir ce projet, Helen face à son amour et à sa famille, choisit de suivre son frère, laissant Magnus meurtri et le coeur brisé. C’est à ce moment là que Bruce propose à MacKay de rejoindre les rangs de la Garde Royale et Magnus, n’ayant plus rien à perdre, accepte. On retrouve ensuite la Garde là où on l’avait laissé dans le tome précédent en pleine préparation des noces du Templier (William Gordon) et de Lady Sutherland.  Magnus s’est tu depuis tout ce temps et n’a jamais dit la vérité à son compagnon et ami Gordon. Le mariage à lieu, Gordon apprend la vérité, Helen lui raconte tout, mais une mission urgente ne lui laissera pas le temps tirer les choses au clair avec Magnus. Et puis, c’est le drame. Monica McCarty a osé, un événement qui remue, qui nous questionne et on espère bien sûr au fil des pages un retournement. Pour Magnus, cela va profondément le changer, déjà fier et têtu, il va se fermer davantage et n’aura de cesse de lutter entre ses sentiments et sa moralité. Dans ce roman, c’est donc la femme qui va prendre les choses en main pour reconquérir celui qu’elle a toujours aimé. Helen est spontanée, intrépide et bohème, loin des clichés des femmes dus à son rang, elle parcourt les terres de son clan comme une paysanne et est très proche de son peuple. Ses talents de guérisseuse y sont pour beaucoup, et c’est une hôte remarquable. Elle est aussi, malgré son innocence, très surprenante dans sa façon d’être et dans son comportement pour obtenir les faveurs de Magnus McKay et la pauvre devra user de tous les stratagèmes avant d’obtenir des résultats. Un personnage haut en couleur et très attachant.

Par ailleurs, nous suivons également dans ce tome une romance secondaire entre l’aîné des Sutherland et la guérisseuse du Clan Muriel. William est un personnage pas toujours très sympathique et au comportement douteux face à son aimé mais il doit également tenir compte de sa place de chef et de son devoir. Muriel est un personnage féminin fort, atypique, très indépendante et au passé horrible.  Leur histoire est vraiment plaisante bien qu’un peu effacée et trop rapide.

Concernant l’aspect historique, le roi et la Garde profite de la paix temporaire pour faire le tour des clans et notamment des plus réfractaires et des derniers soumis dont le clan Sutherland fait parti. A cela, s’ajoute de multiples tentatives pour tuer Bruce, des trahisons et des combats puissants entre les plus grands guerriers des Highlands.

L’auteure conserve sa plume fluide et addictive, les pages défilent à grande vitesse et les sentiments éprouvés par le lecteur sont intenses, ce dernier est complètement dépaysé et embarqué et vit pleinement les choses. Difficile à chaque tome de faire original sur la qualité de romancière de Monica McCarty, « Les chevaliers des Highlands » fait  parti de ces séries incontournables, alimentées par des tomes tous de qualité, des histoires d’amour passionnées et enivrantes,  un contexte historique passionnant et fouillé et des personnages forts, attachants et tous différents.

En bref, pour celles et ceux qui aiment les romances passionnées aux aventures épiques, n’hésitez plus, cette série est juste une « lichouserie » dont les tomes sont trop vite consommés !

Challenge un baiser avec plaisri binôme3

Cet article, publié dans Chroniques, Historique, Romance, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.