« Rebecca Kean tome 1 : Traquée » de Cassandra O’DONNELL

Rebecca Kean 1

Quatrième de couverture : Nouvelle-Angleterre, Burlington… Pas de délinquance, élue la ville la plus paisible des Etats-Unis, bref, un petit havre de paix pour une sorcière condamnée à mort et bien décidée à vivre discrètement et clandestinement parmi les humains. Malheureusement, en arrivant ici, je me suis vite aperçue que la réalité était tout autre et qu’il y avait plus de démons, de vampires, de loups-garous et autres prédateurs que nulle part ailleurs dans ce foutu pays. Mais ça, évidemment, ce n’est pas le genre de renseignements fournis par l’office de tourisme. Maudit soit-il…

Avis :

Une bit lit française qui n’a rien à envier à ses grandes sœurs américaines et qui nous rappelle de manière troublante la série Anita Blake !

Burlington, petite ville américaine où rien ne semble s’y passer, endroit discret idéal pour une être surnaturelle cherchant à se cacher. Sauf que la Nouvelle – Angleterre fait parti des États les moins peuplés humainement, mais étonnamment l’un des plus attractif pour la gente surnaturelle. Difficile d’éviter d’attirer l’attention des chamans, des loup-garous, des vampires, des démons ou autre potionneuses et métamorphes pour une sorcière d’une certaine trempe, plus particulièrement quand certains d’entre eux disparaissent… Cette sorcière, c’est Rebecca Kean, elle pensait être tranquille, elle s’est trompée…

Ce roman ne dénote pas dans l’ensemble par son originalité, pour celles et ceux qui ont lu la série Anita Blake, l’héroïne et ses relations avec les autres créatures fantastiques rappelleront cette consœur américaine qui en a plus dans le pantalon que certains gros malabars qu’elle côtoie. Rebecca Kean est également une héroïne forte tête qui fait vraiment penser à Anita Blake si ce n’est par leur physique, Anita est une petite blonde, Rebecca est une grande brune. Elles présentent le même tempérament de feu, sont intelligentes, téméraires, bravent l’autorité, ont un côté insolent marqué et elles peuvent tuer sans se retourner… Bref, des héroïnes incroyablement fortes qui font le succès du genre !

Rebecca cherche à se fondre dans la masse humaine pour échapper aux siens mais aussi à une horde de vampires. Professeur de littérature française à l’université, elle vit seule avec sa fille et n’a pour relation que son amie Beth. C’est une sorcière de guerre très puissante, le seul hic c’est qu’elle ne gère pas toujours sa puissance alors mieux vaut ne pas trop la provoquer. Ses pouvoirs font d’elle une recrue idéale pour gérer les affaires du Directum (sorte de conseil rassemblant les représentants de chaque clans pour assurer la paix) de Nouvelle Angleterre et les conflits inter espèces de la zone. Pleine de sarcasmes, son ton ironique donne place à des dialogues plein d’humour, et elle ne se formalise pas des détails, des règles ou du babillages, elle parait donc assez froide et dénuée d’émotions, avec elle on peut dire que c’est direct ! Une héroïne pleine de charme donc que l’on adore voir botter le derrière des gros méchants. Comme toute héroïne d’Urban Fantasy qui se respecte, elle est aussi très jolie, alors forcément un certain nombre de mâles dominants des différents clans seront attirés par son sex appeal ! La demoiselle est restée chaste pendant des années mais cela va bien vite changer !Elle aura le droit au discours direct et cru d’un mâle en rut, à la séduction  raffinée et pleine de douceur, à la passion physique ou encore au protecteur qui joue de son charme plus qu’il ne la drague. Un côté toutefois un peu excessif, mais bon dans ce genre littéraire, il faut son quota d’érotisme et son armada de testostérones,  même si au final la Sorcière se laisse vraiment charmer que par un seul…

Les personnages secondaires sont d’ailleurs essentiellement des hommes si ce n’est la meilleure amie de Rebecca, Beth, une loup garou pleine de panache, ultra protectrice comme toute louve qui se respecte et la fille de Rebecca, Léonora, dont les pouvoirs commencent quelque peu à être gênant et difficiles à maîtriser. Du côté des hommes (et quels hommes !), on a toute la panoplie pour plaire au plus grand nombre. Raphaël, le vampire au look de dandy, le charme raffiné, de longs cheveux blonds, des yeux translucides, un peu métrosexuel mais ne nous laissons pas berner, il est très vieux et très puissant ! Il traîne un passé sanglant et a fait son lot de victimes durant la guerre. Sa relation avec Rebecca est rapidement ambiguë, elle déstabilise cet ancien guerrier sans cœur (après tout les vampires restent des morts…), ce qui est surtout intéressant entre ces deux là, c’est la façon dont leur pouvoir semble s’attirer. Ensuite, il y a le semi-démon, le grand (immense !) brun aux yeux sombres et à la musculature parfaite, ici c’est le charme de la virilité, sa relation avec Rebecca est surtout basée sur une attraction sexuelle intense que la jeune femme va tenter de repousser. Il a un côté parfois agaçant, un peu trop possessif, et le pauvre se fera vivement rabroué ! On peut également citer Bruce (mon chouchou !), un loup garou, là c’est beaucoup d’échanges de charme, du flirt mais c’est surtout du jeu, il se révèle bien vite amical et protecteur, particulièrement avec Léo dont il devra souvent s’occuper lorsque Rebecca sera en mission. Il cache un certain nombre de secrets et on espère que les révélations soient au rendez – vous dans le futur. Bien sûr, il y en a d’autres, les chefs de clans notamment ; Baetan (il ferait presque peur celui – là) et Gordon entre autre, et puis le jeune Loup garou, William, qui révèle bien des surprises et son évolution sera très intéressante à suivre dans les prochains tomes. On a donc un défilé de personnages et de créatures fantastiques en tout genre, il y en a vraiment pour tous les goûts. D’ailleurs ce melting pot de personnage est une des plus grandes richesses du récit, alors que la paix entre les Vampires et démons d’un côté et les chamans, potionneuses, loup garou et muteurs de l’autre est plus que fébrile…

Concernant l’intrigue, car il y a une quand même, Rebecca ayant transgressé les règles du Directum, se retrouve à avoir une dette envers celui qui le dirige ; Raphaël. Ce dernier a découvert sa nature et souhaite donc en profiter. On lui demande de mener l’enquête sur d’étranges disparitions qui ont affectés plusieurs clans. Elle n’a donc pas le choix d’accepter pour éviter toutes représailles et devient une espèce de médiatrice neutre entre les clans, ce que les autres appellent l’Assayim, le bras armé du Directum en somme. L’enquête est plutôt palpitante, on ne devine pas forcément les choses de suite et c’est plutôt bien amené. On a le droit aux combats au corps à corps, aux démonstrations magiques, aux potions interdites, aux froides scènes de tortures et aux querelles inter-espèce bien sûr ! Par ailleurs, l’auteure a su créer son propre univers, c’est assez riche d’un point de vue personnages, on vogue d’une créature à l’autre. On baigne en plein dans l’urban fantasy. Ce qui est dommage, c’est qu’étant française, l’auteure n’ait pas introduit son action en France (certes l’héroïne est française). Du côté de l’écriture, c’est très fluide et addictif, les pages se dévorent !

En bref, un premier tome d’une série d’urban fantasy très divertissant, c’est frais, léger et sexy, on en redemande !

Ayant lu ce premier tome avec Louve, je vous invite à lire très bientôt son avis sur son blog.

MA PALfrancopleine lunechallenge mords moimagieJtaime

Cet article, publié dans Bit-lit, Chroniques, est tagué , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.