« Les Gardiens de l’Océan » d’Irène SALVADOR

les gardiens de l'océanQuatrième de couverture : En plongeant pour sauver son père de la noyade, Marco, 14 ans, découvre qu’il a l’incroyable capacité de respirer sous l’eau. Mais son émerveillement est de courte durée car il apprend bien vite la vérité : il appartient à un peuple millénaire, les Gardiens de l’Océan, et l’apparition de ses pouvoirs a fait de lui une cible de choix pour ceux qui souhaiteraient empêcher la naissance d’un nouveau protecteur des mers. Afin de préserver les siens, il doit les quitter, et partir apprendre à contrôler ses nouveaux dons à Acqualys, la cité des Gardiens. Mais avant d’en devenir un à part entière, il devra affronter des pirates, explorer les fonds marins et braver le seul interdit qu’on lui a imposé… un interdit qui porte le nom de Laura.

Avis :

Ce roman est la preuve parfaite qu’un bel emballage et un synopsis alléchant peuvent parfaitement berner son lecteur. Ce roman jeunesse promettait beaucoup,  un univers innovant, des aventures épiques, des personnages attachants et pourtant, il ne tient pas toutes ses promesses, loin de là et c’est une grosse déception !

Marco vit dans le Sud de l’Italie dans un petit village de pêcheur. Alors qu’il accompagnait son père sur le Mistral, le chalutier familial, une terrible tempête les prend au dépourvu ; Alessandro passe par dessus bord. Voulant sauver son père, Marco plonge dans l’océan animé et se découvre d’étranges capacités qu’il met de prime abord sur le compte de l’émotion. Le lendemain, un homme se présente à lui et lui révèle sa véritable nature, un enfant d’Acqualys, peuple de l’Océan et berceau des Gardiens de l’Océan. Cependant, il n’est pas n’importe qui pour le peuple et son héritage attire la malveillance des bannis. Il doit donc quitter sa famille pour être formé et défendre la cité des gardiens. Dans son apprentissage, les dangers, les menaces et les trahisons seront autant d’épreuves à affronter.

Ce livre avait énormément de potentiel, potentiel sublimé par une couverture très réussie, soignée, un bleu sobre aquatique avec quelques touches colorées, un plaisir pour les yeux et de quoi faire rêver le lecteur. Et pourtant !

L’auteure propose un monde assez intéressant, original et magique au cœur de l’Océan. Elle décrit un peuple en lien avec la nature maritime : l’océan, les bas fonds et la croûte terrestre. Un peuple capable de respirer sous l’eau, de nager rapidement, dont les membres féminins répondent à de doux noms de pierres précieuses et les membres masculins à des noms très significatifs sur leur trait de caractère. Ce peuple vit dans une cité inconnue des humains, Acqualys, protégée par les Gardiens, des membres du Conseil plus forts, plus rapides et aux pouvoirs spécifiques en lien avec les éléments naturels : la glace, les courants marins, le feu… Ces gardiens ont des « doubles », des animaux marins qui leur permettent de se déplacer et parfois de se défendre. On a bien compris que l’auteure jouait sur une thématique qui plaira au plus jeune : la nature (flore comme faune) et l’écologie. On a donc de jolies descriptions poétiques de l’environnement mais quand on passe au fond, à l’intrigue et aux événements, là ça se gâte.

Il ne suffit pas d’un bel environnement pour embarquer son lecteur, il faut aussi lui présenter des personnages attachants, une intrigue qui tient la route et des moments d’action qui permettent de le tenir en haleine. Ce n’est pas le cas ici, les personnages sont insipides et manque de caractère, à un moment ils sont hostiles et le moment suivant deviennent très amicaux (je pense à la relation de Marco et Léo entre autre), pour résumer ils sont lunatiques, (on lève un sourcil). Ensuite, il y a l’éclosion, c’est à dire l’apprentissage et la révélation des pouvoirs des Gardiens, là c’est survolé, deux années passent en à peine 80 pages et on ne comprend pas bien, qui ? quoi ? comment ? (là on lève le second). Puis, il y a les fameuses missions, prétexte pour avoir un minimum d’action, on a à peine le temps de sentir le danger que c’est déjà fini, hop, les Gardiens ont sauvé le monde. (là, on souffle !) La confrontation avec le grand méchant (Arès) est assez ridicule pour le souligner, pas franchement terribles et crédibles ces méchants là ! Il y a donc un gros soucis du détail.

L’auteure a écrit pour faire rêver son fils et ça se ressent, le style est jeune et immature, c’est écrit de manière très scolaire, c’est un peu saccadé, ça manque de fluidité dans les événements qui se suivent. Les chapitres sont courts, les actions aussi, ça se lit donc vite mais trop vite justement. C’est vraiment dommage d’avoir sombré dans autant de facilités car cela méritait bien plus de développement et de descriptions, même si le roman est dédié à la jeunesse !  Par ailleurs, le synopsis est plutôt mensonger et mal tourné, et en dit peut-être trop ou pas assez, c’est selon les points de vue, plus particulièrement sur le personnage de Laura. Le seul interdit imposé ?! Non pas franchement, c’est juste une pauvresse adolescente qui défaille au premier regard de Marco, je n’en dis pas plus, car je n’ai pas bien compris l’intérêt de cette relation par rapport à l’intrigue.

En bref, un roman jeunesse qui promettait beaucoup mais qui ne donne pas grand chose au final. Le seul point positif, c’est l’évocation de la Terre dans ses profondeurs les plus intimes ; l’océan et la profondeur des Abymes mais aussi les phénomènes naturels (éruption d’un volcan, tsunami…) associés au mouvements telluriques (tremblement de terre).

Je remercie les éditions Michel Lafon et plus particulièrement Camille pour ce partenariat.

magieténèbres 

Jtaime

Cet article, publié dans Chroniques, Fantastique, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour « Les Gardiens de l’Océan » d’Irène SALVADOR

  1. louve2a dit :

    dommage que tu n’ai pas aimé ^^ ta chronique est quand même top !
    Et je t’ai nominé par ici
    http://lesvictimesdelouve.blogspot.fr/2015/10/blogger-recognition-award-vos-souhaits.html

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.