« Les Loups de Kharkov » d’Alexis LORENS

loupsgrand-565x800

Quatrième de couverture : Novembre 1936. A Paris, la police est sur les dents : les cadavres se succèdent, plus mutilés les uns que les autres. Seul indice, les victimes sont de jeunes et jolies danseuses de ballet.
Est-ce l’œuvre d’un psychopathe ? La machination d’une secte satanique ? Les inspecteurs Xavier Kerlann et François Hernandez ignorent qu’ils viennent de tirer le fil d’un écheveau sanglant qui les conduira de Paris à New York sur la piste d’un ennemi plus terrifiant encore…

Avis :

Que c’est agréable de découvrir la plume d’un dirigeant d’une maison d’édition ! Surtout quand le roman présente une intrigue bien ficelée, que l’ambiance jazzy des années 30 et celle plus politisée d’avant seconde guerre mondiale est rudement réussie et qu’en bonus, le protagoniste principal est un petit breton qui se retrouve jeune enquêteur au quai des Orfèvres à Paris !

Novembre 1936, le froid hivernal approche à grand pas sur la capitale Parisienne où une jeune fille est retrouvée morte, exsangue, nue et la gorge arrachée. Un meurtre atroce où les indices sont rares et dont le rituel questionne les enquêteurs. Une odeur parfumée, un roman de Maupassant et un fauteuil hors de prix sont les seuls éléments retrouvés par les enquêteurs, ils piétinent. Un second meurtre révèle que les victimes sont des danseuses étoiles et que les meurtriers semblent boire le sang de leur victime. Xavier Kerlann, jeune enquêteur fraîchement promu aux quais des Orfèvres est mis sur l’affaire.

Le roman est court mais très riche et fouillé tant dans ses données historiques et politiques : conflit russo-polonais des années 20 et contexte politique européenne difficile prémices à la seconde guerre mondiale entre autre, que des données scientifiques et policières. L’auteur mélange avec un certain succès atmosphère jazzy et insouciance des années 30, tension politique européenne extrême, rêve d’opéra avec les danseuses de ballet et subtile touche surnaturelle pour nous raconter une enquête violente et sanglante mettant en scène des meurtriers au rituel étrange et aux mœurs troublants. Entre le Paris des bobos et le Paris industriels aux ères abandonnées, on voyage à bord du paquebot « Le Normandie » jusqu’aux États – Unis, là la ville de New York nous accueille dans toute sa splendeur entre les parrains de l’époque régissant certains quartiers de la ville et les idéaux post prohibition d’un maire qui rêve de nettoyer la ville du crime. Tous ces éléments servent le roman et lui confère une atmosphère très particulière, à la fois sombre et réaliste. Un point qu’il convient de souligner car il montre indéniablement tout le travail de recherche de l’auteur ou peut-être aussi une passion de celui-ci pour cette époque particulière ?

Xavier Kerlann est un jeune enquêteur qui vient de débarquer à Paris espérant avoir enfin des affaires intéressantes à traiter. On peut dire qu’il est servi par ces cadavres féminins mutilés et abandonnés, la gorge déchiquetée, les victimes ont été vidées de leur sang par succion. Xavier a la force et la motivation de la jeunesse, c’est un personnage très attachant qui présente énormément de qualité : humain avec les autres, il a le contact facile, intelligent au travail, il a de grandes capacités de déduction, courageux, il n’hésite pas à affronter le danger. Un être presque parfait que l’on aime dès son entrée en scène ! Autour de lui gravitent d’autres personnages aux caractères bien individualisés ; le commissaire Daniel Hemerin, gère son équipe d’une main sûre et juste, François Hernandez, d’origine espagnol présente un caractère blasé et une petite pointe d’humour ou encore la jolie Emilie, qui apporte sa touche de douceur et de romantisme. Chaque personnage est réaliste, justement dosé dans son stéréotype et chacun à son rôle à jouer dans cette intrigue.

Par ailleurs, le récit présente un rythme prenant et très efficace, entre les chapitres courts, la succession des événements et des révélations, les changements de lieux entre Paris et New – York, Alexis Lorens a parfaitement su tenir son lecteur en haleine pour savoir si les monstres sanguinaires seraient attrapés ou non. Ces monstres  qui amènent quelques clins d’oeil à des meurtriers réels de l’époque (Le Vampire de Düsseldorf notamment), l’auteur garde ainsi toujours un pied dans la réalité pour conter sa fiction. Le style est fluide, l’auteur écrit à sa manière et se lit vraiment très bien, il est presque lyrique quand il aborde la relation entre Xavier et Emilie, on reste toujours dans l’évocation de cette ambiance si particulière des années 30 vraiment réussie. Le lecteur s’immerge complètement et sombre dans l’enquête aux côtés de ces personnages terriblement attachants.

En bref, un roman écrit avec une grande finesse et un respect du contexte de l’époque des années 30. L’intrigue est rondement menée, les révélations sont intelligentes et les personnages très réalistes. Un polar surfant sur la frontière du fantastique plutôt réussi !

Ce livre est lu dans le cadre de l’événement « un mois, une maison, un achat… Soutenons les petites maisons d’éditions » du mois d’octobre lancé par Vision Livre.

Challenge-Francofou-300x300francoJtaimechallenge mords moi

Publicités
Cet article, publié dans Policier / Thriller, est tagué , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour « Les Loups de Kharkov » d’Alexis LORENS

  1. dorisfac dit :

    Chronique presque complète! Il manque juste un petit quelque chose 😉
    Ceci dit ce livre a l’air plus intéressant après avoir lu ton avis que quand j’ai lu le quart de couverture 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s