Nouveau partenaire : Kitsunegari Éditions !

Bonjour à tous !

Depuis samedi, le blog est officiellement sur la liste des partenaires de cette petite maison d’éditions prometteuse. Je suis très touchée par leur demande et les remercie pour leur confiance. J’espère remplir ce contrat de partenariat comme il se doit.

Si vous ne connaissez pas cette maison d’éditions auvergnate, je vous propose une rapide présentation ci-dessous. N’hésitez pas à aller visiter leur site pour, peut-être, y trouver de futures lectures… A ce sujet, sachez que Kitsu fête actuellement ses deux ans et  fait donc une promotion plus qu’intéressante sur l’ensemble de ses ventes sur sa boutique !
( 22 % de remise !) C’est donc le moment pour la découvrir !

329232_5bb5ef56da084e7e8b03fc3cdb440db5 teaserbox_1924869

Mais qui sont ces renards ?

Derrière Kitsunegari Éditions se cache une jeune femme : Perrine Rousselot, auteure également des titres La Guerre des éléments tomes 1 et 2.  Je vais reprendre son discours de lancement dont les mots me semblent bien plus parlants que si je devais le reprendre, le transformer, le décortiquer et le résumer, il en perdrait sûrement toute sa saveur !

Je cite donc :

« Depuis un peu plus de deux ans maintenant, j’écris et découvre d’autres auteurs qui, comme moi, ont dû faire face à la jungle de l’édition. Malheureusement, encore trop d’auteurs en quête de reconnaissance pour leurs écrits tombent dans les filets des maisons à compte participatif qui demandent une somme exorbitante pour éditer et vendre votre livre. Qu’il soit bon ou mauvais importe peu pour ces maisons et être accepté chez eux ne signifie donc pas que ce que vous écrivez est digne d’intérêt. Ce n’est rien d’autre que du compte d’auteur dissimulé. Comme répétait Maxime Chattam quand je le rencontrai en décembre dernier, nul auteur ne doit payer pour être édité par une maison. J’ai la chance d’avoir pu arrêter de travailler pour me consacrer à l’écriture sans que la vie de ma famille en pâtisse. Mon mari m’a proposé d’aller encore plus loin et d’aider d’autres jeunes auteurs. J’ai donc attrapé ma liane et me suis lancée dans la création d’entreprise. Ça passera ou ça cassera, mais, comme on dit toujours, qui ne tente rien… Je ne crée pas cette maison juste pour publier mes livres, je m’en passais très bien jusque là, je la crée pour donner l’opportunité à des auteurs de se faire connaître sous un label sans avoir à y passer du temps et, surtout, de l’argent. »

Pourquoi Kitsunegari ?

Je cite encore :

« Vous allez peut-être trouver que c’est tiré par les cheveux, mais ça représente beaucoup pour moi. Kitsunegari est le titre de l’épisode 8 de la saison 5 d’une série télévisée américaine qui a bercé ma jeunesse et créé mon imaginaire. Les plus jeunes d’entre vous ne connaîtront peut-être pas, mais il s’agit d’une série emblématique des années 90. Je parle bien entendu de « The X-files » qui fut sous-titrée en son temps en France par « Aux frontières du réel ». (…) Kitsunegari signifie en japonais, « Chasse au renard ». Une manière d’assimiler ma recherche de nouveaux talents à une chasse telle que la pratiquent les sociétés de recrutement ou les dénicheurs de mannequins. »

Quelles sont leurs proies favorites ?

Les renards sont friands d’imaginaire et présentent des titres variés mais toutefois à dominance fantastique.  Les genres des publications sont donc de l’ordre de la Science-Fiction, du Fantastique, de la Fantasy avec précisément : « Le récit devra prendre place pour tout ou partie dans le monde réel qu’il soit passé, présent ou futur. »

Pour reprendre plus précisément la réponse à cette question, je cite de nouveau Perrine :

« Et voilà exactement la ligne que je souhaite donner aux écrits publiés sous le label Kitsunegari. Les histoires prendront place dans le monde réel qu’il soit passé, présent ou futur, ou dans un univers qui pourra être assimilé à celui dans lequel nous, humains, évoluons, jusqu’à ce que… Vous avez compris, je devine, à ce stade. Pour citer Wiki, nous rejoignons ici la définition originelle du registre littéraire fantastique : « Le fantastique se caractérise par l’intrusion du surnaturel dans le cadre réaliste d’un récit. » L’œuvre de ce genre la plus connue à ce jour étant, évidemment, la saga Harry Potter. Mais en ouvrant le champ du possible au monde futur, j’élargis au registre qu’on appelle science-fiction et plus particulièrement à celui de l’anticipation. »

Les renards écrivains en image :

Tom Elensis  Astrid mean  Vanille Bardoz

Tom Elemsis                               Astrid Méan                         Vanille Bardoz

Deborah j marazzu   Elodie philippe   Hina Corel

Déborah J. Marrazzu                 Elodie Philippe                                 Hina Corel

Michael   Anne claire chilian    perrinee rousselot

Michaël Sailliot                    Anne – Claire Chilan                  Perrine Rousselot

Et enfin, le petit renardeau (pas si mignon…) qui m’a tant plu chez eux et que je conseille vivement :

le goût du sang.resized

Publicités
Cet article, publié dans Chroniques, Uncategorized, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s