« Il était une fois tome 3 : La princesse au petit pois » de Eloisa JAMES

Il était une fois 3 Quatrième de couverture : Par une nuit d’orage, Olivia Lytton frappe à la porte du duc de Sconce après que sa calèche a versé dans le fossé. Sublime apparition : ses longs cheveux dénoués ruissellent, sa robe trempée souligne des courbes somptueuses. Ébloui, Quin ne peut s’empêcher de lui voler un baiser. Lui le mathématicien de génie imperméable aux émotions s’embrase soudain pour cette femme au franc-parler déconcertant et au langage fleuri. Aurait-il enfin trouvé sa duchesse ? Mais n’est-il pas déjà fiancé ? À la sœur d’Olivia, très précisément ?

— Chronique —

Une série Aventure & Passion absolument savoureuse et cela un peu plus de tome en tome. Le titre précédent était excellent celui-ci l’est tout autant !

Olivia Lytton est élevée depuis son plus jeune âge pour devenir Duchesse, promise à un mariage avant même sa naissance, elle s’est faite à l’idée d’une vie maritale sans passion. Surtout que l’heureux élu ne semble pas avoir beaucoup d’esprit.  Pourtant, Olivia est tout le contraire de la jeune fille bien sous tout rapport, adorant les jeux de mots et les coquineries, elle surprend et agace par son franc-parler et ses expressions peu vertueuses. Alors qu’elle accompagne sa sœur, probable future fiancée, chez le Duc de Sconce, un orage entraîne un accident de calèche. Elle se présente devant Quin, trempée et plus sauvage que jamais, pour l’avertir du malheur. Ce dernier, froid de réputation, se laisse aller à la chaleur du désir pour cette apparition et l’embrasse…

Une fois encore l’intrigue est centrée sur la romance mise en avant avec deux personnages charismatiques, surtout du côté féminin !

Olivia est un personnage extraordinaire, peut-être irréaliste pour cette époque où les jeunes filles devaient bien se présenter et respecter les codes de la société ? Tout est que ce personnage est plein d’humour, de réparties, de tendresse et de passion. Si en surface, on ne voit que la partie non vertueuse de la jeune femme avec son franc-parler qui donne des maux de tête à sa jumelle ou met mal à l’aise sa mère, ses jeux de mots lubriques qu’elle partage avec les hommes, ses insultes qu’elle invente dans des concours avec le cousin du Duc de Sconce ou encore ces surnoms des hauts membres de la société qu’elle moque s’en vergogne avec sa sœur, la choquant (presque), Olivia est avant tout une femme qui s’est faite à l’idée qu’elle ne connaîtrait jamais une vie de couple passionnée. Du coup, elle se réfugie dans ce qu’elle sait faire de mieux et qui l’amuse : faire de l’esprit. Promise à un Duc, de cinq ans son cadet suite à une promesse d’adolescents, elle est formée sous la pression de ses parents nobles non issus de l’aristocratie, la « duchéfication » est tout ce qu’elle déteste, les manières, la tenue, les mondanités, etc… et elle s’y pli sans grande conviction depuis toujours. Elle est d’ailleurs d’une gentillesse incroyable avec son futur époux auquel elle porte une certaine affection et qui à dix-huit ans n’est qu’un gamin sensible aux pleurs et un peu benêt face à sa chienne, Lucie, qu’il adule. Par ailleurs, elle présente un physique tout en formes généreuses, que la société catalogue de « grosse » contrairement à sa sœur jumelle qui porte sur elle, la minceur et l’élégance naturelle. Bref, elle ne semble a priori pas faite pour être duchesse et pourtant, sa destinée ne lui laisse pas vraiment le choix. Alors que son futur époux part à la guerre, elle est invitée à accompagner sa sœur qui doit rencontrer le Duc de Sconce. On peut dire qu’entre le Duc et Olivia, le mot passion prend tout son sens.

Quin est un mathématicien passionné qui passe beaucoup de temps dans son bureau, le nez dans des ouvrages scientifiques et perpétuellement à l’affût de nouvelles expériences et questionnements à élucider. De là, il tient une réputation froide et hautaine. Suite à un premier mariage déplorable, épris de passion amoureuse, le Duc s’est vite mariée avec une femme aux mœurs légères qui l’a trompé à maintes reprises. Depuis elle est morte et Quin ne veut plus revivre d’émotions aussi vives de peur de souffrir à nouveau. Sa mère, pointilleuse sur les bonnes manières, a pourtant décidé de le remarier et a convié deux jeunes filles qui feraient  potentiellement de bonnes duchesses. L’apparition d’Olivia, trempée, sauvage, les cheveux collés à son visage, le corps plantureux magnifique joliment moulé par l’humidité imprégnant les tissus de sa robe, le regard vif et la langue aiguisée pour une jeune fille, ont raison de son désir. L’embrasser, voilà la seule réaction qui lui vient à l’esprit quand il la rencontre. Pourtant, c’est la sœur d’Olivia qui est destiné à Quin.

Entre une Olivia prise en étau entre son futur fiancé qui brave les dangers de la guerre (et encore que…) et sa loyauté envers sa soeur jumelle, et un Quin qui refuse d’accepter de ressentir de nouveau des sentiments amoureux, on peut dire que la relation est mouvementée ! L’attirance est indéniable, le désir encore plus ! Quin est curieux de cette femme pas comme les autres, jaloux de sa relation avec son jeune cousin, envieux de ce fiancé parti à la guerre, Olivia est magnifique pour lui sur bien des points, comment lui résister ? Olivia se rend compte qu’un homme peut-être plus qu’agréable à regarder, cette musculature, cette mèche blanche parmi ses cheveux noirs, ses yeux pétillants de malice et d’humour refoulés, Quin l’intrigue, l’attire, paraît être l’homme fait pour elle. Alors on suit ce petit jeu passionnant et passionné entre eux et ces moments de désir volés à l’abri des regards des autres jusqu’à ce que l’amour prenne le pas sur tout le reste. Eloisa James a toujours autant de talent pour nous faire vivre des passions amoureuses qui font du bien.

Qui dit romance historique, dit aussi historique ! Cet aspect est évoqué tout au long du roman par le fait que le fiancé d’Olivia soit parti au sein du conflit entre la France, menée par Napoléon et l’Angleterre. On y entre d’ailleurs plus vivement à la fin du roman pour une partie avec un plus d’action.

 En bref, un troisième opus encore très réussi ! Vous voulez de la passion, des joutes verbales pleines d’humour, des personnages charismatiques et vivants, de l’amour ? Alors cette série est vraiment à découvrir !

— Challenge concerné par cette lecture —

suite-10

Publicités
Cet article, publié dans Chroniques, Historique, Romance, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s