« La petite marchande de rêve » de Maxence FERMINE

La petite marchande de rêve Quatrième de couverture : Le jour de ses onze ans, Malo tombe accidentellement dans la Seine. Aspiré dans un toboggan, quand il ouvre les yeux, il découvre un monde en noir et blanc, éclairé par une lune de diamants. Il vient de pénétrer au Royaume des Ombres, un lieu magique où les habitants sont aussi étranges que fascinants: Arthur, l’arbre qui ne cesse d’éternuer ; Mercator, le chat si bavard vieux de deux cent treize ans ; Lili, la petite marchande de rêve au regard d’or qui capture les songes… Sans compter les spectres inquiétants et un dangereux alchimiste qui lui jette un terrible sort. Pour briser le maléfice, Malo a un énorme défi à relever. Et une nuit…

— Chronique —

Maxence Fermine est plus connu certainement pour ses écrits contemporains à la fois doux et poétiques tel que l’incroyable « Neige ». Dans ce récit jeunesse, l’auteur use de sa plume douce et poétique pour emporter son lecteur dans un univers magique aux êtres étranges suivre les péripéties d’un petit garçon perdu sur le chemin de son anniversaire. Une lecture tendre débordante d’imagination et d’imaginaire à lire et à faire lire à vos enfants !

Malo est un petit garçon de 11 ans vivant entre deux parents débordés par leurs vies professionnelles respectives. Le jour de son anniversaire, sa mère le jette dans un taxi et l’envoie à l’auberge des trois Brigands où l’attendent ses amis. Sur la route cependant, c’est l’accident et le taxi bascule dans la Seine. Un hublot, un toboggan géant et le voilà propulsé dans le Royaume des Ombres, un monde en noir et blanc où les couleurs semblent appartenir aux rêves. Il y rencontre d’étranges personnages et plus particulièrement Lili, la petite marchande de rêves aux yeux d’or et aux souliers violets. Le rêve est de courte durée quand l’alchimiste Dom Perlet lui jette un sort ; il a une nuit pour obtenir ce qu’il lui demande ou alors… De là, sa quête l’entraînera dans des rencontres atypiques.

La petite marchande de rêve est le genre de roman jeunesse que j’affectionne particulièrement, c’est le genre d’écrit qui vous emporte, on passe du monde réel parisien, d’un petit garçon esseulé baladé par deux parents pris par leur profession mais aussi par leur passe temps futile et artificiel au détriment de leur enfant, à un monde onirique et empli de magie où de drôles de personnages y vivent. Les personnages sont attendrissants, très individualisés, originaux, seul Malo, garçon innocent mais à la répartie intelligente nous rattache au monde réel pour les autres, ils alimentent notre innocence enfantine, nos rêves perdus et plébiscitent notre imagination : les arbres parlent et s’enrhument, les chats gourmands et paresseux dévorent des gâteaux de rubis aux framboises et du jus de pruneaux, d’affreux spectres hantent les nuits, les alchimistes et les sorciers foisonnent tant du côté du mal que du bien et une tendre petite fille, armée d’un filet à papillon écume les cimetières à la recherche de rêves multicolores à capturer.  Malo atterri dans ce Royaume des Ombres de manière innocente, rappelons qu’il n’a que 11 ans, sa première rencontre avec un arbre qui parle le laisse songeur mais son innocence est suffisante pour accepter cela. Equipé d’une boussole à double aiguille, d’un grimoire de poche, d’une boîte de maquereaux et de jumelles cassées, Malo tente de trouver son chemin pour rentrer chez lui, peine perdue… Il se retrouve victime d’un maléfice puissant qui peu à peu le transforme en spectre. Ces êtres menaçants du Royaume des Ombres. Une nuit pour être sauver, une nuit pour vivre de belles rencontres ; un clown blanc d’une pâle tristesse, un clochard céleste contemplatif, un peintre un tant soit peu narcissique, un sorcier au langage hilarant, Malo visite ce Royaume qui semble être un reflet de la ville parisienne qu’il connaît, tout comme ses personnages humains qui lui rappellent ses amis du monde réel.

Voici donc ce que propose Maxence Fermine dans ce roman, beaucoup d’imagination, énormément de créations farfelues tant au niveau des personnages que de l’univers et, du rêve… L’auteur n’a pas son pareil pour faire voyager son lectorat, un univers soigneusement confectionné, beaucoup d’innocence, de douceur et de tendresse, le récit n’est pas apathique mais il n’est pas non plus criant d’actions et de rebondissements, on se laisse porter sur la vague des rencontres, on s’amuse des inventions de l’auteur tant visuelles que verbales, on s’émerveille avec Malo, on plonge dans les beaux yeux dorés de la petite marchande de rêves. Personnage joliment représenté sur la couverture absolument magnifique qui appelle à l’acquisition de l’ouvrage !

En bref, un roman jeunesse empreint de poésie liée à la plume unique de son auteur, Maxence Fermine me subjugue une nouvelle fois, et qui vous invite aux rêves peuplés d’êtres incroyables et à la magie d’une rencontre unique. Un joli petit moment de lecture !

— Challenge concerné par cette lecture —

Challenge-Francofou-300x300

Publicités
Cet article, publié dans Chroniques, Fantastique, est tagué , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour « La petite marchande de rêve » de Maxence FERMINE

  1. Ping : Challenge Francofou 3 : bilan final - La Magie des Mots

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s