« Le Demi-Monde tome 1 : Hiver » de Rod REES

demi-monde Quatrième de couverture : Le Demi-Monde est une simulation informatique créée pour entraîner les soldats à la guérilla urbaine. Ce monde virtuel est bloqué dans une guerre civile éternelle. Ses trente millions d’habitants numériques sont dirigés par les avatars des plus cruels tyrans de l’Histoire : Heydrich, l’architecte de l’Holocauste ; Beria, le bourreau de Staline ; Torquemada, l’Inquisiteur sans pitié ; Robespierre, le visage de la Terreur… Mais quelque chose s’est détraqué à l’intérieur même du Demi-Monde, et la fille du Président des États-Unis y est restée coincée. Il incombe à l’agent Ella Thomas d’aller la récupérer, mais, une fois sur place, la jeune femme se rend compte que rien n’est à sa place.
Pire, les murs virtuels peinent à contenir le mal insidieux qui semble pervertir toute chose… Le monde réel pourrait bien courir un danger que nul n’a encore osé imaginer !

— Chronique —

Cette lecture s’est faite dans le cadre d’une lecture commune avec Louve du blog « Les victimes de Louve » dont je vous invite à découvrir son univers si ce n’est pas déjà fait et à découvrir très vite son avis sur ce roman. 

Immergez – vous dans le Demi-Monde et vous n’en sortirez probablement pas avant un moment et encore moins indemne ! Ce roman de science – fiction est une vraie pépite, le genre de roman dont on parle peu et pourtant qui le mériterait amplement. Venez, entrez et bienvenue dans le pire des Enfers numériques !

Tout d’abord, le Demi-Monde, qu’est ce que c’est ? Un univers riche et intelligent, franchement chapeau à l’auteur d’avoir imaginé un monde pareil ; cinq secteurs géographiques distincts aux ethnies, mœurs et religions bien individualisés où trente millions de « citoyens » ou dupes (tous inspirés de personnes réelles existantes ou ayant existé dans le monde réel) occupent un espace bien insuffisant. Alors que le monde réel se situe au 21ème siècle, le Demi-Monde évolue dans l’ère Victorienne de 1870 et steampunk avec ses chars à vapeur.

carte demi-londe

Carte du Demi-Monde (extrait du livre VO)

Pour décrire rapidement ces cinq secteurs et bien comprendre ce qui fait que ce dernier est si terrible, on distingue :

  • Les Essaims, occupés par les Anglo-saxons, on y parle anglais et y pratique une religion ascétique (basé sur le refus du plaisir) : le non-hédonisme. Le secteur est actuellement régit par Heydrich dans sa partie politique et Crowley dans sa partie « spirituelle ».
  • Le Rodina, occupé par les Slaves, on y parle russe et y pratique une religion athéiste militante (rejette toute interprétation d’ordre surnaturelle) : le rationalisme, enfin c’était avant que la zone soit annexée par Heydrich, formant ainsi avec les Essaims ; le Quatrième Règne. La zone est maintenue par Beria, un ancien partisan de Staline.
  • Le Quartier-chaud, occupé par les Méditerranéens, on y parle français et y pratique une religion hédoniste (basé sur l’exaltation du plaisir) : l’impuritanisme. La zone est le siège de Robespierre et Torquemada.
  • NoirVille, occupé par les Africains et Arabes, on y parle arabe et y pratique une religion louant la suprématie des hommes et la soumission de la femme : l’ilpérialisme, on y pratique également le Vaudou. La zone est le point d’ancrage de Chaka Zoulou.
  • Le Coven, occupé par les Sino-japonnais, on y pratique une religion en faveur de la femme : la Doctrine Ellétique. Il est le siège d’un groupuscule terroriste et féministe : Les Soufrigettes. Le secteur est actuellement dirigé par l’impératrice Zu.

En résumé et vous l’aurez compris, le Demi-Monde est un  condensé de ce que l’homme à fait de pire : des nazis, des fascistes, des maîtres dans l’art de la torture, des tueurs froids et sanguinaires, des racistes prônant l’esclavagisme, du sectarisme racial, de l’eugénisme, l’extermination des « sous races », des droits brimés pour les femmes et les personnes de couleurs, etc. Le but des concepteurs est que cet univers soit en guerre perpétuelle, il a  spécifiquement été créé pour constituer un entraînement de choix pour les militaires du monde réel à des guerres asymétriques, la paix dans le Demi-Monde serait donc la mort du Demi-Monde. Pour cela, la violence et le conflit doivent être maintenus et avec des meneurs aux noms bien connus (malheureusement pas pour leur bonté et leurs actes solidaires), cela ne semble pas difficile. A tout cela, les concepteurs ont ajouté une « denrée rare et vitale » aux Demi-mondiens ; le sang, source bien évidemment de conflits, de monnayages et de trahisons.

Ella Thomas est une jeune métisse, engagée et envoyée par l’armée américaine dans le Demi-monde. Sous la couverture d’une chanteuse de Jad, elle est missionnée pour sauver Norma Williams, la fille du président, kidnappée et détenue par le Leader Reinhard Heydrich  dans cet univers informatisé. Cependant, les choses ne se passent pas exactement comme prévu et Ella se retrouve malgré elle entraînée dans les conflits du Demi-monde pour mener à bien sa mission. Ella découvrira entre autre qu’Heydrich souhaite imposer sa loi également dans le monde réel.

A travers ses mésaventures demi-mondiennes qui la mèneront jusqu’à la rébellion du Ghetto de Varsovie, Ella rencontre de nombreux personnages aux caractères bien définis, des personnages marquant soit par leur charisme, c’est le cas de Vanka, un personnage truand et filou mais surtout protecteur avec Ella, un mystère plane autour de ce personnage et il me tarde de savoir de quoi il retourne,  soit par leur évolution radicale à contre courant, c’est le cas de Trixie, cette jeune fille de bonne famille est étonnante, même si son changement apparaît un peu trop brutal pour être réaliste. D’autres personnages plus secondaires ou dont le rôle majeur se profile dans les suites viennent également pimenter le tout : Burlesque, Norma, le Professeur Bole, etc.  Ella en tant que « Daemone » (pour les demi-mondiens, ce sont des êtres à cornes et à queue issus de l’au – delà démoniaque et pouvant saigner dans leur monde ce qui n’est pas leurs cas.) doit absolument cacher son identité et éviter d’attirer l’attention, ce qui n’est pas des plus simples quand on est une « foncée » dans un monde empli de SS.

Inévitablement, on pense à Matrix quand on imagine le mode d’immersion des vivants du monde réel dans cet univers informatisé. La guerre est une thématique majeure, rien de plus étonnant au regard des caractéristiques du Demi-Monde et de son objectif.  C’est sombre, glauque, sale, violent et aussi terriblement effrayant ! L’horreur est un euphémisme ; l’auteur offre un panaché de personnalités historiques plus psychopathes les unes que les autres ayant fait les plus grandes horreurs du monde. Les actions et les renversements de situations sont nombreux, on ne sait pas où l’auteur nous mène, on a vraiment une intrigue réussie, complexe et surprenante ! Il réussit aussi le tour de force de nous happer dans son univers dès les premières informations parfaitement intégrées (ou digérées, c’est selon) par son lectorat, si vous êtes perdus dès le début du roman, ça serait vraiment dommage de continuer votre lecture car de la compréhension du monde créé par l’auteur découle le plaisir de cette lecture. C’est d’ailleurs un roman plutôt pour un public averti et affectionnant le genre, conscient de la densité de l’univers du roman, de sa richesse de vocabulaire et de sa galerie de personnages, nombreux et variés. C’est parfois scandaleusement vulgaire frôlant une certaine crudité et terriblement drôle aussi (on pense entre autre au Dieu ABBA, aux douze apôtres d’Ella, devenue prophétesse, etc.), toutefois, le sujet est grave et historique, et la piqûre de rappel est bien là quand on tourne la dernière page.

Concernant les défauts, ils se résument pour l’essentiel à de l’incompréhension ou à des interrogations sur cet univers si complexe : je n’ai par exemple pas bien compris comment Heydrich à attirer Norma dans le demi-monde (au vu de toute la préparation d’Ella avant d’y aller) ou encore comment les demi-mondiens ont-ils réussi à prendre suffisamment de contrôle pour fermer leur porte entre le monde réel et le leur ? Il reste aussi des questions sans réponses qui trouveront, j’espère, des réponses cohérentes dans les prochains opus.

En bref, un roman de science – fiction qui dépoussière le genre et offre une richesse incroyable tant dans son univers, ses personnages que dans ses idées et ses actions nombreuses et inattendues. Un cocktail explosif absolument addictif !

— Roman lu pour les challenges suivants —

suite-10

Publicités
Cet article, publié dans Chroniques, Science fiction, est tagué , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour « Le Demi-Monde tome 1 : Hiver » de Rod REES

  1. louve2a dit :

    C’est top de voir qu’on a autant apprécier ce roman !superbe chronique une fois encore ^^

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.