« Instinct tome 1 » de Vincent VILLEMINOT

instinct 1 Quatrième de couverture : Tim ne garde qu’un souvenir troublant de l’accident. Quand il a repris conscience, il était une bête féroce, avide de chasse et de sang.
A-t-il rêvé?
Ce n’est pas l’avis du professeur McIntyre, psychiatre singulier, qui l’emmène dans son institut de recherche où vivent d’autres initiés, tous sujets à des métamorphoses animales. C’est là que Tim rencontre Shariff et surtout Flora, une jeune fille séduisante et insaisissable…

— Chronique —

Un roman young adult qui ne fait pas dans la dentelle, les moments d’action sont sanguinolents, violents, le goût du sang des anthropes est assez prononcé, seule la romance évidente entre deux personnages joue la carte de la facilité et de la mièvrerie, apportant une touche de douceur et de tendresse à l’ensemble.

Le centre de lycanthropie, à prendre au sens psychiatrique du terme, est un institut psychiatrique qui cache en réalité des individus qui peuvent se métamorphoser en animaux divers et variés, des individus souvent seuls face à leur nature dans la société et qui souvent sont pris pour des cas psychiatriques extrêmes. L’institut est là pour apprendre aux résidents à connaître leur luxna (ce qui déclenche la métamorphose), à contrôler leurs bas instincts et tenter de garder une parcelle de contrôle et d’humanité lors de leur transformation. Le roman offre un panaché de métamorphes bien éloignés des loup garous, ici de sont des animaux « naturels » (ours, carcajou, daim, etc.)  qui existent vraiment ! Tim est envoyé là bas après un grave accident qui a coûté la vie de sa famille et surtout après avoir eu l’étrange impression d’être un ours…

L’histoire met en scène de nombreux personnages aux traits et aux caractères assez éclectiques, chacun ayant un rôle bien défini.

Tim, 17 ans, est le héros malgré lui de ce roman, un personnage qui a tout perdu. Peu crédule, il peine à croire les élucubrations du professeur concernant les transformations des uns et des autres en animal jusqu’à ce que le professeur le mette devant le fait accompli et là plus de doutes possibles. Tim est vraiment cette autre chose, ce n’est plus une illusion et la dure réalité des choses vient finir de l’achever alors qu’il vient de perdre toute sa famille. C’est un personnage intelligent et très à l’aise sur le terrain. Au centre, il saura s’entourer notamment de deux autres jeunes avec qui il partage son logement et s’entichera bien rapidement de la jolie Flora.

Flora est un personnage féminin assez mystérieux et plein de secrets, elle ne dit rien sur elle mais n’hésite pas à chercher des informations personnelles sur les autres, hackeuse de talent, elle rôde dans la sphère numérique pour se faire plaisir et découvrir les secrets des uns et des autres. A 15 ans et italienne d’origine, c’est une jeune fille pleine de surprises. Toutefois, on pourra lui reprocher une certaine excessivité de ses réactions même si sur le principe on peut comprendre ce qui la dérange notamment sur sa nature animale.

Shariff, 12 ans, est encore un enfant, mais il est tellement intelligent et réfléchi, le maître zen est dans son autre vie, une créature bien surprenante, se métamorphosant plusieurs fois en 24h, il est complètement dépendant de sa nature animal. C’est un personnage très attachant, qui paraît sûr de lui et qui pourtant ne l’est pas tant que ça. C’est un peu l’entremetteur entre les deux autres, un personnage qui aligne à chaque parole une citation d’un grand homme, un jeune adolescent bien trop mature pour son âge et plein d’humour.

Au fur et à mesure de l’avancé du roman, les points de vue de chacun arrive, d’abord Tim, puis Tim et Flora et ensuite Tim, Flora et Shariff. On ressent toute leur émotivité et cela permet aussi d’apprécier les diverses situations à travers plusieurs regards. Un choix plutôt intéressant de l’auteur.

Ensuite, il y a les personnages plus secondaires. Le professeur entre autre, a un rôle paternel, sage, doux et au bon cœur, il aspire seulement à rendre la vie de ses « patients » meilleure et plus facile, et n’hésite pas à se sacrifier pour les protéger. Puis vient les autres de l’institut, des scientifiques, des gardes du corps, etc., une variété d’activités pour une organisation quasi autarcique.

Du côté de l’histoire, on joue presque dans l’horreur pour un roman young adult et ce côté un glauque et sombre lui donne énormément de maturité. Les membres de l’institut sont menacés par « le taxidermiste » et ses chasseurs, ils cherchent à les exterminer et prennent énormément de plaisir à les capturer pour les chasser ensuite et en obtenir des trophées d’un genre particulier. Les détails sont riches, peu ragoutants et le sang coule à flot. D’ailleurs, l’auteur apporte une certaine maturité également dans son style, l’écriture est bien travaillé, il joue avec un certain vocabulaire efficace, on ressent dans l’ombre du roman une aura expérimentée par rapport à d’autres romans young adult, le style de l’auteur semblant un cran au dessus. On a cette impression que l’auteur ne prend pas son jeune lectorat pour des imbéciles, en leur offrant une histoire loin d’être édulcorée (si ce n’est sur la romance, j’imagine qu’elle vise le public féminin…) et les protège encore moins en leur déballant des scènes à la limite du gore. C’est très vif, dynamique et franc !

En bref, un roman young adult qui joue dans la cour des grands grâce à son côté « thriller horrifique » assez sanglant et qui s’adoucit toutefois dans la relation qui lie nos trois jeunes héros. Une thématique très intéressante qui offre aussi une réflexion sur ce qui fait l’homme, sa nature, son humanité et ses instincts animaux mais aussi le contrôle de soi… Je lirai la suite avec grand plaisir !

— Livre lu dans le cadre du challenge suivant —

banniere

suite-10

Publicités
Cet article, publié dans Chroniques, Fantastique, est tagué , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour « Instinct tome 1 » de Vincent VILLEMINOT

  1. Il est dans ma PAL, et je le lirai un de ces jours, mais j’avoue que je suis un peu agacée (bien que je m’y attende) de toujours voir des romances partout, plus ou moins bien amenées… C’est une sorte de norme : pas de roman young adult sans romance. Enfin, je verrai bien ce que ça donne dans « Instinct » 😉

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s