« Une histoire d’hommes » de ZEP

Une histoire d'hommes L’histoire : Un coup de poing malheureux a stoppé net l’ascension des Tricky Fingers, un groupe de rock formé par quatre copains dans les années 90. Seul Sandro, le chanteur, a su saisir sa chance et est devenu une rock star. Les autres ont rangé leurs rêves au placard et ont repris de leur mieux leurs existences ordinaires. Une vingtaine d’années plus tard, Sandro prend l’initiative d’inviter les trois autres pour un week-end chez lui dans la campagne anglaise. Étonnantes retrouvailles où les langues et les mémoires se délient, et malgré le single malt les souvenirs ont un drôle de goût. Réveiller le passé n’est jamais anodin et, de cette Histoire d’hommes, certains ne sortiront pas indemnes.

— Chronique —

C’est une histoire d’hommes, une histoire de musique, une histoire de famille, une histoire pleine d’émotion, d’humour, d’amitié et d’amour, cette bande-dessinée, c’est un peu tout ça mais surtout une belle histoire sur fond d’alcool, de drogue, de sexe et de rock’n’roll !

Un groupe de musiciens jeunes et insouciants au début prometteur jusqu’à ce que l’un d’entre eux, par un geste inexcusable sous l’emprise de ecstasy, signe la fin et la séparation du groupe. Vingt ans plus tard, l’un d’entre eux les réunit pour quelques jours, les retrouvailles sont joyeuses mais très vite entachées par des révélations et des secrets libérées.

A travers cette histoire, ZEP dresse quatre portraits d’hommes. Yvan ne joue plus de la guitare, n’écrit plus et n’attend plus grand chose de la vie ; JB est devenu un PDG  de produits surgelés marié avec deux enfants et joue de temps à autre avec un groupe de potes ; Franck est un obsédé un brin vulgaire qui cumule les ex-femmes à entretenir lui causant quelques déboires financiers ; enfin, Sandro est une star du rock accomplie et renommée à qui tout semble réussir, installé dans la campagne anglaise mais ayant perdu son fils unique il y a un an.

L’auteur évoque la drogue, les frasques d’une jeunesse perdue, un ancien groupe de musique séparé, la dépression, chacun des membres du groupe ayant évolué dans son coin, plus ou moins bien, et parle aussi d’amour et des événements qui ternissent la vie. Des sujets qui ne sont pas gais mais toujours alimentés par un humour qui vient relativiser les drames de chacun. Une histoire plus adulte et plus forte que ce que je connais de l’auteur, la touche d’humour restant toutefois son « credo » dont il use avec efficacité une nouvelle fois. On alterne le présent, le passé, apprenant les véritables circonstances de la séparation, chacun tentant de comprendre ce qui s’est passé, une rancœur, des rédemptions, des pardons, des amitiés étiolées qui se reconstruisent, des amours à réapprivoiser…

Le tout est sublimé par un  coup de crayon relativement simple, des fonds aux couleurs pastels et épurées viennent se glisser sur les planches du dessinateur. L’image est sobre, mais suffisamment forte pour exprimer les multiples émotions que ressentent les personnages et par la même le lecteur.

En bref, une bande – dessinée forte en émotion à découvrir. Le talent de ZEP ne se limite certainement pas aux bancs d’école du petit Titeuf !

Publicités
Cet article, publié dans Chroniques, Manga / BD, est tagué , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s