« Lucy Valentine tome 1 : Follement » d’Heather WEBBER

Quatrième de couverture : L’agence matrimoniale Valentine est une affaire florissante. En effet, depuis des générations, tous les membres de cette famille ont un don surnaturel pour former les couples. Tous sauf Lucy, qui se retrouve pourtant propulsée à la tête de l’entreprise pour y remplacer temporairement son père. Toutefois, Lucy a le talent de retrouver les objets perdus, qu’elle visualise en touchant la main de leur propriétaire. Comme cette bague de fiançailles disparue, évoquée par un client, et qu’elle  » voit  » au doigt d’un squelette ! Que faire ? Prévenir la police ? Personne ne la croira. Prudente, Lucy décide de s’en remettre à son voisin et ami Sam, détective privé, pour l’aider dans cette mission qui s’annonce délicate. Mais Sam est absent et c’est son frère Sean qui l’accueille. Lorsque, pour la saluer, il lui tend la main, Lucy a une vision troublante. Car il n’est plus question d’objets égarés, non. Elle se voit avec cet inconnu, au lit, nue…

— Avant-propos —

Ce roman, il traîne dans ma PAL depuis sa sortie en 2014. A l’époque, j’avais accroché à cette couverture qui associait forêt au ton automnal et magie, une romance qui s’annonçait prometteuse… Et puis, le temps a passé, et je n’avais plus du tout envie de lire, je me disais même que j’allais m’en débarrasser. Dans le cadre du challenge Mystère organisé par Froggy, la thématique du mois de février était l’automne (oui oui en plein hiver ! ^^), en farfouillant dans ma PAL, je suis retombée sur ce titre, « oh une couverture qui rappelle l’automne ! Parfait ! ». Et, je dois dire que j’aurai eu tort de m’en priver car j’ai franchement apprécié cette lecture !

— Chronique —

Dans la famille Valentine, on crée des couples depuis des décennies, une agence matrimoniale de renom, le nom de Valentine est synonyme de Cupidon et de réussite conjugale. Pourtant, Lucy Valentine, la fille, n’a pas ce pouvoir, elle retrouve seulement les objets perdus en serrant les mains des gens depuis qu’elle a été frappée par la foudre. Elle vogue depuis longtemps de ses propres ailes sans l’aide financière de ses richissimes parents en cumulant les expériences professionnelles variées. Malheureusement, Oscar Valentine, le père qui tient d’une main de fer l’entreprise familiale fait un infarctus dans des conditions pour le moins gênantes, en convalescence et obligé de prendre ses distances avec les médias, il confie les clés de l’agence à Lucy. En serrant la main d’un client, Lucy voit une bague au doigt d’un squelette qui n’est pas enterré dans un cimetière. Tout en tentant de gérer le travail de son père jusqu’à son retour, de masquer son don de médium aux autres, Lucy s’allie au charmant Sean, le frère du détective privé de la boîte, pour élucider ce mystère. Le moins que l’on puisse dire, c’est qu’elle n’est pas au bout de ses ennuis.

Ce roman, c’est une grosse bouffée d’air frais associant romance, paranormal, petite enquête policière et humour à foison. Il faut dire que la famille Valentine est empli de barjots, le père Oscar, un quinquagénaire séduisant qui a le pouvoir de voir les couleurs des auras de ses clients ce qui lui permet de former des couples stables, se faisant un infarctus sur la plage en pleine prouesse sexuelle avec une charmante jeune femme, la mère détachée, séparée du père mais qui adore lui balancer des piques et des réparties cinglantes et désopilantes mais aimant toutefois profiter des avantages financiers et en nature du bonhomme… Ces deux personnages vont vite s’effacer mais le début du roman promet de vous faire rire. Dovie, la grand – mère ne souhaite qu’une seule chose travailler avec son fils pour former des couples et caser sa petite – fille en organisant une multitude de rencontres toute plus gênantes et affligeantes les unes que les autres, un personnage un peu fouineur qui peut parfois être agaçant. Finalement, seul Raphaël, le chauffeur privé du père mais intégré à la famille depuis trente ans, en retrait de ce côté familial loufoque, est plus posé et réfléchi, bien que le coquin réserve aussi son lot de surprises.

La romance avec le personnage de Sean, un beau brun ténébreux, sexy et charmant, adorable et taquin (oui oui j’assume, je suis sous le charme), il faut dire qu’il n’est pas si parfait que cela, il est athlétique certes (ancien pompier oblige) mais il n’est pas beau au sens strict du terme mais plutôt séduisant, avec beaucoup de charme, il m’a plu dès le début et il traîne une petite (grosse) imperfection qui ne le rend que plus attrayant. Le personnage se retrouve à bosser dans l’agence de détective privé de son frère, Sam, qui travaille avec le père de Lucy, suite à un accident dont il ne souhaite pas parlé. Le binôme fonctionne à merveille, il a cette attraction électrique (au sens propre du terme…) entre eux qui nous donne des papillons dans le ventre, quelques scènes évocatrices plus que démonstratrices, là on joue la carte de la subjectivité, des petits gestes intenses et une aura sensuelle de dingue entre ces deux personnage. C’est tout en retenu, tout en étant une évidence et pourtant ce n’est pas gagné d’avance, oui parce que petite subtilité, si les Valentine forment des couples, ils subissent aussi la « malédiction de Cupidon » (Lucy est un peu pénible à le rabâcher tout au long du roman d’ailleurs !), en gros ils ne peuvent pas être heureux bien longtemps en couple, alors forcément ça refroidit Lucy qui n’a pas envie de s’engager dans quelque chose perdue d’avance… Autant éviter de se rapprocher de trop près si c’est pour souffrir davantage ensuite.

Alors oui, il y a des imperfections évidemment, beaucoup de couples se forment ou s’annoncent au cours de l’histoire, des rencontres hasardeuses qui manquent un peu de crédibilité, les célibataires endurcis (on pense à Raphaël ou Marisol) trouvent l’amour, et ceux qui sont casés sont troublés par un tiers (là je ne dirai rien), on voit évidemment les choses venir, ce n’est pas très subtil, mais je ne pense pas que ce soit l’effet recherché par l’auteure. On est là pour passer un bon moment, c’est léger, divertissant et addictif, le tout fonctionne et pour le reste, on s’en fiche !

En bref, il y a de la romance et de la sensualité dans l’air, un peu de magie, une enquête policière qui ne va pas chercher très loin et encore que le dénouement m’a surprise (en même temps, je suis très bon public…) et beaucoup d’humour. Une réussite pour ce tome d’introduction qui pose les bases d’une série prometteuse !

— Lu dans le cadre des challenges suivants —

cm2017-f-vrier_orig

eclectiquesuite-10

Publicités
Cet article, publié dans Chroniques, Romance, est tagué , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s