Qui a rejoint ma PAL ?

walkyrie6

Voici les livres qui ont rejoint ma PAL ou ma bibliothèque (certains étant déjà lus) :

Du côté des services presse (Merci à Babelio et son partenaire les éditions Piranha, Merci à Camille des éditions Michel Lafon, Merci à Louve et ses partenaire J’ai Lu et Bayard, Merci à l’auteur Romain  Mikam, et Merci aux éditions de l’Astre bleu et pour leurs envois):

Quatrième de couverture : Après six saisons infructueuses, Minerva Dodger a abandonné l’idée de se marier. Son esprit vif, sa nature indépendante font fuir les prétendants, et seuls les coureurs de dot lui tournent autour. En revanche, elle n’a pas renoncé à la passion. Un soir, le visage dissimulé sous un masque, elle se rend au sulfureux Nightingale Club. Sa rencontre avec le duc d’Ashebury est explosive. Elle découvre le plaisir dans les bras de cet amant expérimenté et, au fil de leurs étreintes, leur complicité sensuelle se mue en une relation plus riche. Mais, terrifiée à l’idée de perdre celui qui est indispensable à son bonheur, Minerva refuse obstinément de lui dévoiler ses secrets.

Quatrième de couverture : USA, 1936. Des milliers d’Américains victimes de la Grande Dépression sont jetés sur les routes. Parmi eux, Teddy Gentliz, 15 ans, voyage vers la Californie avec son père et sa petite soeur Amy dans l’espoir d’une vie meilleure. En Arizona, la famille croise un étrange groupe de forains et son charismatique chef : Sirius Huntington. Après avoir assisté à leur spectacle, Amy est soudainement frappée par un mal mystérieux… Persuadé que les forains ont volé l’âme de sa soeur, Teddy se lance à leur poursuite à travers les Etats-Unis. Sur son chemin, entre dangers, amitiés, amour et magie, l’adolescent va faire l’apprentissage intense du monde. Et de lui-même.

Quatrième de couverture : « Elle-Qui-Vint-d’Abord n’était pas plus éternelle que les soleils, les lunes et les étoiles, aussi donna-t-elle le Chant pour les temps de grande nécessité. Elle mit en garde son Élue de ne jamais perdre la mélodie, car il faudrait de nouveau la retrouver dans tous les plus lointains de toutes les galaxies. Bien sûr, elle fut perdue. Avec le temps, tout se perd. »

Depuis la chute des murs, la Terre meurt à petit feu. Seul le Chant-qui-Forme, une mélodie dangereuse à la source de toute vie depuis longtemps oubliée, pourrait sauver la planète. Mais ceux qui recherchent cette musique mythique devront composer avec leurs propres blessures et leurs ennemis…

Quatrième de couverture : Au sein de la Principauté, cette enclave aux lois atypiques, les machines comme Marie ont des droits. Elles sont de vraies personnes, avec carte d’identité, permis de conduire, taxe d’habitation et sécurité sociale.

Et en tant que personne libre, Marie entend bien tirer tout ce qu’elle peut de sa vie. Mais sa programmation la destine à accomplir des actes sexuels rémunérés pour survivre.

Comment concilier cet impératif avec son désir de normalité, avec sa vie de couple, avec son besoin de sécurité ? Et si elle en faisait un soin ? Qui pourrait se plaindre qu’elle travaille dans un hôpital?

Quatrième de couverture : Frank Benett, flic quadra expérimenté, rejoint la brigade criminelle de Sydney. Il fait la connaissance d’Eden, sa coéquipière désignée, sous l’œil malveillant de son frère et collègue Eric qui prend la nouvelle recrue de haut. Leur première enquête débute aussitôt : des corps démembrés auxquels il manque des organes ont été découverts dans une marina. Grâce à une liste officieuse de demandeurs, Frank et Eden mettent au jour un trafic, orchestré par un seul homme, invisible et méthodique.

Mais Frank est distrait par les doutes qu’il nourrit au sujet d’Eden et Eric. À quoi correspond la liste de noms raturés qu’il a trouvée dans le portefeuille d’Eden ? Pourquoi a-t-elle une photo d’Hadès, la légende du crime qu’on surnomme le Seigneur des Bas-Fonds ?

Frank a mis le doigt dans un engrenage malsain et dangereux dont il va bientôt comprendre toute l’ampleur…

Quatrième de couverture : Christian a tout perdu : sa femme partie vivre en Inde il y a plusieurs années et sa fille égarée dans le monde de la finance, maintenant sa boîte d’informatique, son luxueux loft et sa chère Saab, mais surtout – et c’est le plus douloureux – sa maîtresse, Anna. Son nouveau travail consiste à observer et à compter les oiseaux migrateurs sur un îlot désert à l’embouchure de l’Elbe, dans la plus complète des solitudes. Lorsque Anna, partie vivre aux États-Unis, lui annonce sa visite, sa routine s’en trouve immédiatement bouleversée et le voilà submergé par les fantômes du passé. Explorant la nature des relations amoureuses et la poursuite effrénée du bonheur chez ses contemporains, Uwe Timm livre dans ce roman drôle et intelligent une profonde réflexion sur le désir.

Quatrième de couverture : Quatorze appartements raconte le parcours initiatique de Véronique Roland. Fraîchement installée à Lyon, déçue par son mari et pressentant la routine qui la guette, elle décide de renverser la vapeur et frappe aux portes de ses voisins pour tisser des liens. En réponse, elle rencontre l’indifférence des uns, la solitude des autres, l’infidélité et l’amitié.

 

 

Quatrième de couverture : Il était une fois, dans un pays lointain, un château magnifique dans lequel vivaient un roi, une reine et leur fils. Tout aurait été parfait dans ce royaume du bout du monde si le roi n’avait pas eu la fâcheuse habitude de piquer de grosses colères quand on osait lui dire NON. Lui seul avait le droit d’utiliser ces trois lettres. Et il ne s’en privait pas ! Quoi de plus normal me direz-vous, quand on s’appelle Capricieux 1er…

 

 

Du côté des achats :

Quatrième de couverture : Deux hommes et deux femmes roulent en voiture dans le désert américain. Ils fuient un flic hargneux et désespéré, et cherchent à rejoindre des proches. Sous un soleil de plomb, leur errance et le hasard des rencontres leur font croiser la haine, la violence mais aussi l’amour.
Ce roman magnifique, qui a toutes les couleurs d’un road movie, a été adapté au cinéma par Yves Boisset.

 

 

Quatrième de couverture :  Devenu classique du cinéma grâce à Stanley Kubrick, ce thriller d’anticipation nous entraîne dans les pas d’Alex, voyou de treize ans désœuvré, qui avec sa bande, vole, viole, torture, se bat… dans un Londres futuriste fait de peur et d’ennui. Emprisonné, le jeune homme subit un traitement qui le rend allergique à la violence et au sexe. À sa libération, il doit affronter ses anciennes victimes.

 

 

Quatrième de couverture : 1986. Lorsque Eleanor, nouvelle au lycée, trop rousse, trop ronde, s’installe à côté de lui dans le bus scolaire, Park, garçon solitaire et secret, l’ignore poliment. Pourtant, peu à peu, les deux lycéens se rapprochent, liés par leur amour des comics et des Smiths… Et qu’importe si tout le monde au lycée harcèle Eleanor et si sa vie chez elle est un véritable enfer, Park est prêt à tout pour la sortir de là.

Publicités
Cet article, publié dans Uncategorized, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s