« Blanche dans la lumière du printemps » de Valérie SIMON

Présentation de l’éditeur : Depuis 1997, Valérie Simon emmène ses lecteurs sur les chemins escarpés de son imaginaire d’une sombre richesse. La collection Brage est fière de vous présenter plusieurs de ses nouvelles, petites pépites de genre dont vous ne sortirez pas indemnes…

— Chronique —

Je connais Valérie Simon pour ses écrits imaginaires relativement hétéroclites passant de la fantasy au fantastique voir même une touche de science fiction avec la Captive des hommes de Bronze. Je ne savais pas que dans sa bibliographie trônaient également quelques nouvelles de romances érotiques, j’avoue ça a suffit à m’intriguer alors je me suis lancée avec ce titre – ci.

On est donc à une époque moyenâgeuse, où Blanche est une jeune femme mariée à un châtelain, ce dernier part chaque année avec ses hommes régler des conflits, chose qui agace profondément Blanche qui se sent délaissée et seule à chaque fois et qui par la même se sent peu aimée et considérée. Cette année, le châtelain a décidé de lui envoyer l’un de ses hommes de confiance pour la protéger mais surtout pour la contenter physiquement. Blanche doute des paroles de cet homme qui se présente ainsi et qui semble bien décidé à rejoindre sa couche. Elle refuse dès le début de lui céder jusqu’au retour prématuré de son mari qui lui explique pourquoi il a envoyé cet homme et, à partir de là va l’entraîner au sommet du plaisir.

Cette petite nouvelle d’à peine 24 pages raconte une romance historico-érotique assez classique pour l’époque, rapide à lire cela va de soi, mais évoque aussi certains thèmes très féminins ; l’approche de la femme à l’amour, la solitude, les besoins de contentions physiques, le désir d’enfant… J’ai bien aimé cette jeune femme Blanche, qui n’hésite pas à dire ce qu’elle pense de son mari en son absence, qui n’hésite pas à se confronter à l’homme qu’il lui envoie, mais qui aime aussi profondément son mari tant platoniquement que physiquement, le tromper lui semble impossible à envisager malgré tout l’attrait de l’homme de confiance. Une femme de caractère donc qui s’ébahit d’un tapis de violette odorante au pied de sa fenêtre (Valérie auriez – vous mis un peu de vous dans ce personnage ?) et aimée d’un amour incroyable par son mari qui le lui prouve d’une façon « peu académique ».

L’auteure prend une direction plutôt étonnante et osée dans cette nouvelle, j’avoue elle m’a surprise et j’ai bien aimé ça ! Qui dit érotisme, dit scène érotique et là, l’auteure se démarque et franchement, je m’attendais à beaucoup de chose mais certainement pas à ça ! (Je peux difficilement en dire plus sans tout dévoiler…).  

En bref, comme souvent, une nouvelle c’est trop court, mais quand vous avez quelques minutes devant vous et une petite envie de sensualité, ce titre est plutôt adapté. La femme est à l’honneur dans cette nouvelle, et elle n’est ni cruche, ni innocente… A bon entendeur !

Publicités
Cet article, publié dans Chroniques, Nouvelles, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s