Premières lignes #71

2807834

Rendez – vous initié par Ma Lecturothèque

Le terme « incipit » vient du verbe latin incipire qui signifie commencer. L’incipit sert à désigner le début d’un roman.

Aujourd’hui, ce sont les premières lignes de ma dernière lecture, « Les chevaliers des Highlands tome 7 : Le Chasseur » de Monica McCarty. Une romance historique très sympa qui m’ permis de retrouver la Garde du roi Bruce composée d’Highlanders guerriers, fiers, forts, massifs et beaux (oui bonjour le cliché mais on s’en fiche !) qui deviennent de vrais chatons dès que vous leur mettez celle qui est faite pour eux entre les « pattes ». Bref, le genre de lecture adaptée à cette période de l’année !

Quatrième de couverture : Prétendant au trône d’Écosse, Robert de Bruce est soutenu par l’Église, puissant allié qui possède un vaste réseau de messagers capable de recueillir de précieux renseignements. Mais, parfois, les choses tournent mal. Ainsi Ewen Lamont, membre de la garde d’élite des Highlands, est-il envoyé au secours d’une nonne tombée aux mains de l’ennemi anglais. Mission bientôt accomplie, pourtant les ennuis d’Ewen ne font que commencer. Sœur Genna est certes une créature divine, mais sa blondeur angélique et sa beauté déchaînent en lui des émotions qui n’ont rien à voir avec la dévotion d’un bon chrétien…

Voici les premières lignes :

Prologue

Château de Dundonald, Ayshire, Écosse, fin juin 1297

Comme à son habitude, Fynlay Lamont était soûl. Assis dans un coin de la grande salle du château de Dundonald avec d’autres jeunes guerriers, son fils Ewen s’efforçait de ne pas lui prêter attention. Cependant, à chacun de ses éclats de rire tonitruants et à chacune de ses fanfaronnades braillées d’une voix de stentor, il s’enfonçait un peu plus sur son banc.
– C’est ton père ? s’étonne l’un des écuyers du comte de Menteith. Je comprends que tu sois si peu bavard. Il fait assez de raffut pour deux.
Les autres jeunes guerriers autour d’eux s’esclaffèrent. Bien que mortifié, Ewen sourit comme si de rien n’était. bientôt dix-sept ans, il était un homme désormais. Il ne pouvait plus s’enfuir chaque fois que son père était ivre ou se comportait de manière scandaleuse, comme lorsqu’il était enfant.
Mais, cette fois, l’incurie et l’indiscipline de son père risquaient de tout gâcher. Cette assemblée était comme un lit de feuilles mortes qui n’attendait qu’une étincelle pour s’embraser.

Les blogueurs qui y participent :

• La Chambre rose et noire
• Lectoplum
Pousse de Gingko
Camellia Burrows
Au baz’art des mots
Mon univers fantasy
Eléonore B
La Marmotte qui lit
Light & Smell
Ibidouu
Page blanche et noire
Chronicroqueuse de livres
Chez Xander
Les pages qui chuchotent
Envie de lire
Critiques d’une lectrice assidue
A Blue Feather Blog
Les livres de Rose
Les livres de George
La couleur des mots
Rêveuse Éveillée
Au pays de Sophie
• Les lectures de Luna
Les Histoires d’Amélia

Publicités
Cet article, publié dans Uncategorized, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

4 commentaires pour Premières lignes #71

  1. Ping : Premières lignes #19 – La marmotte qui Lit

  2. Ping : Premières lignes #72 – Ma Lecturothèque

  3. Ping : Premières Lignes #35 |

  4. Ping : Premières lignes #71 – Ma Lecturothèque

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s