Premières lignes #82

2807834

Rendez – vous initié par Ma Lecturothèque

Le terme « incipit » vient du verbe latin incipire qui signifie commencer. L’incipit sert à désigner le début d’un roman.

Aujourd’hui, ce sont les premières lignes de « Lilie-Miracle » de Martial VICTORAIN paru aux éditions l’Astre Bleu. Connaissant l’auteur, cela promet un très bon moment de lecture en perspective.

Quatrième de couverture : « En gravissant cette montagne ramollie, ce matin-là, nous étions à la maternité, Lilie. Tu avais quelques heures et je t’arrachais au sein écrasant de notre mère. Bientôt, dans une allée du parc Monceau, tu te jetterais dans mes bras ; je les fermerais à double tour sur tes frêles épaules et alors, plus jamais je ne te laisserais partir. Je voulais du velours pour toi, Lilie. Toujours. Qu’il ne t’arrive jamais rien. Je te voulais le monde à tes pieds, petite sœur. Te le servir sur un plateau de « grâces » matinées, dorées au soleil de nos enfances. Par transparence, tu étais ce monde idéal ! Je te voulais tous les jours de la vie, toutes les aurores et tous les crépuscules infinis. Des éclairs et des clairs de lune, des ciels zébrés d’or, oxydés, mélangés d’éclats d’onyx et de coulées de cuivre. Je te voulais tout l’amour du monde, Lilie. Je t’étouffais, je crois. »

Voici les premières lignes :

1

En ce temps-là le monde était une matière imprécise aux contours tissés de lin blanc.
C’est sous le ciel d’un tipi halluciné que chaque nuit nous tenions conciliabule et que se déroulaient les moments les plus précieux de nos journées. Au-delà de cette fragile forteresse, chaque bruissement était suspect, tout devenait prétexte à chimères et cauchemars. Marchant dans l’obscurité, l’inconnu rodait partout, mystérieux, effrayant. Alors déambulaient des ombres aux formes étranges, créatures terrifiantes, imparfaites ; des fantômes aux orbites phosphorescentes sortis tout droit des armoires, descendus du grenier, montant de la cave, surgissant de nos esprits féconds de petites filles.
Le plancher qui craquait, un bruit sous la toiture, un autre derrière les lattes des volets à persiennes qui donnaient sur la cour.
Le manche d’un balai dressé an milieu du lit servait de mâtereau à ces maigres remparts et la lampe de poche que nous allumions par alternance – afin d’en économiser les piles – tentait de nous rassurer.
A cette époque nous étions squaws, fées des neiges parfois, ondines ou bien lucioles échouées sur le rivage d’une île déserte, chuchotant à nos instincts de survie des mondes imaginaires.
Dans la chambre où nous partagions le même lit, nos existences se tenaient blotties dans le faisceau de la lampe.
Souvent nos soirées se terminaient en chuchotant :
– … cent quarante deux coquelicots rouges, cent quarante trois coquelicots rouges, cent quarante-quatre coquelicots rouges, cent quarante-cinq coqu…
– J’pourrai emmener Chouchourse ?

Les blogueurs et blogueuses qui y participent aussi  :

• La Chambre rose et noire
• Lectoplum
Pousse de Gingko
Camellia Burrows
Au baz’art des mots
Eléonore B
La Marmotte qui lit
Light & Smell
Ibidouu
Page blanche et noire
Chronicroqueuse de livres
Chez Xander
Les pages qui chuchotent
Envie de lire
Critiques d’une lectrice assidue
A Blue Feather Blog
Les livres de Rose
Les livres de George
La couleur des mots
Rêveuse Éveillée
• Les lectures de Luna
Les Histoires d’Amélia
Félicie lit aussi
Fifty Shades of Books
Café littéraire gourmand
Lectrice assidue en devenir
Solivresse
Au détour d’un livre
La bibliothèque du manoir
1001 nuits de lectures

Publicités
Cet article, publié dans Uncategorized, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

6 commentaires pour Premières lignes #82

  1. Ping : Acting, Xavier Durringer, Editions Theâtrales, Premières Lignes #31 – Camellia Burows

  2. Ping : Premières lignes #28 – La marmotte qui Lit

  3. Ping : Premières lignes #83 – Ma Lecturothèque

  4. Ping : Suzy Storck, Magali Mougel, espaces 34 éditions, Premières Lignes #30 – Camellia Burows

  5. Ping : Premières lignes #82 – Ma Lecturothèque

  6. Ping : Premières lignes #26 – La marmotte qui Lit

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s