« Cœur Meurtri » de Garrett LEIGH

Quatrième de couverture : Le pâtissier cornouaillais Seb Wright redoute la saison estivale touristique. L’injection d’argent pour son commerce artisanal est plus que bienvenue, le travail supplémentaire, beaucoup moins. Puis, un été, un bon samaritain discret attire son regard. Dex, un voyageur irlandais est envoûtant, une énigme magnifique et sombre qui met le monde de Seb sens dessus dessous jusqu’à ce qu’il disparaisse dans la nuit en se volatilisant comme une pluie mystique d’été. Douze mois plus tard, Dex est au milieu d’une tempête sombre. Esclave de son maître, « oncle » Braden, il passe ses journées à nettoyer les caravanes et ses nuits à travailler dans d’autres entreprises de Braden. Son court été avec Seb semble s’être déroulé des siècles auparavant. Perdu dans la violence sauvage d’un enfer obscur, il n’ose pas rêver trouver un jour son chemin vers la lumière, jusqu’à ce qu’une nuit, un crime brutal lui donne l’occasion de s’enfuir. Une nouvelle vie l’appelle, d’anciens visages apparaissent, et immergé dans l’ambiance grisante de l’East End de Londres, un nouvel amour commence à guérir son cœur brisé.

— Chronique —

« Cœur meurtri » est une romance M/M sur le schéma d’une rencontre de deux personnages que tout oppose et qui n’auraient pas forcément dû se rencontrer. Pourtant, un simple regard et un échange cordial vont réveiller quelque chose de bien troublant pour l’un comme pour l’autre.

Ainsi d’un côté, il y a Seb, un gorjer (qui n’est pas un traveller), un personnage sain à qui tout semble réussir, une famille aimante, une éducation, un travail dans la pâtisserie qui le passionne, un physique en pleine santé et d’une beauté virile, et un caractère empli de bonté et de gentillesse, un être plutôt jovial et amical, citadin parfois solitaire à ses heures perdues, qu’un énigmatique blond va venir ébranler.

Et de l’autre, il y a Dex, un traveller (migrant irlandais), un second personnage qui représente tout l’inverse de Seb ; énigmatique et fébrile, exploité depuis son adolescence par sa « famille », une vie baignée dans l’horreur, vivant chaque jour, chaque nuit, l’enfer, la soumission, l’humiliation, et le viol. Il présente un physique émacié d’une beauté angélique, aux traits presque juvéniles, un caractère renfermé, presque soumis, toujours sur la défensive, méfiant de tout et de tous. Dex est un personnage doux et sensible qui se retrouve auprès des animaux et de la nature et qui cache de l’or dans les mains. Auprès de Seb, il va vivre les plus beaux moments de sa vie.

Été 2011, Padstow, petit village de Cornouailles, une rencontre nocturne, des échanges quotidiens entre ces deux personnages, une curiosité qui a besoin d’être assouvie, puis peu à peu un lien qui se tisse… Mais si Seb apprivoise l’insaisissable Dex ; l’un éveillant en l’autre des sentiments forts et déstabilisants, l’autre assurant un sentiment de sécurité, de confort et de chaleur, Dex va disparaître après une nuit intense pour chacun… Obligé de poursuivre son cauchemar auprès de son « oncle » Braden, des mois passent jusqu’à ce que Dex trouve une occasion de s’enfuir et de s’accrocher à une autre vie à Londres, où Seb va réapparaître par hasard là où Dex ne l’attendait certainement pas.

Cette histoire a quelque chose de bouleversant lié au personnage de Dex qui porte un lourd fardeau, horrible même. Et on a sans cesse ce sentiment, ce besoin que tout aille bien pour lui, cette envie de le protéger et cette peur aussi que cela vole en éclat, qu’il n’y ait plus de point de retour et que lorsque cela semble allez pour le mieux, que ce ne soit qu’un doux rêve à durée limitée. Son passé rôde sans cesse dans l’ombre et  il y a toujours cette peur que ses bourreaux réapparaissent au coin de chaque rue. Dex, c’est aussi des idées et croyances profondément ancrées, une tête toujours baissée comme s’il n’avait pas le droit d’exister, d’être là et pourtant, peu à peu il y a cette lueur d’espoir d’avoir peut-être le droit d’aimer et d’être aimer.

Le personnage de Seb est magnifique, il se remet en question lors de sa rencontre avec Dex, curieux et généreux, il est d’une douceur et d’une patience incroyable. Il n’est pas là pour imposer mais pour proposer, profiter aussi de ce que Dex lui donne sans forcément en réclamer davantage, il permet à Dex de se reconstruire peu à peu à son rythme.

L’auteur a un style agréable et porte son histoire avec une certaine maîtrise, sans être littéraire, le roman se lit bien et vite. Il est plutôt addictif dans le genre. Il est juste dommage toutefois que la traduction ait introduit quelques coquilles par ci par là.

En bref, une romance qui fait du bien, qui malgré ses incohérences et ses facilités, ne le cachons pas, arrive à éveiller nos cœurs et nos émotions. Le genre de lecture adapté à un moment de faiblesse ou un besoin de lecture « doudou », car sans sombrer dans le mélo et la guimauve finit avec une note d’espoir qui nous laisse loin d’avoir le « cœur meurtri ».

Publicités
Cet article, publié dans Chroniques, Romance, est tagué , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour « Cœur Meurtri » de Garrett LEIGH

  1. Ping : Qui a rejoint ma PAL ? | Songes d'une Walkyrie

  2. Ping : C’est l’heure du bilan ! | Songes d'une Walkyrie

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.