Premières lignes #87

2807834

Rendez – vous initié par Ma Lecturothèque

Le terme « incipit » vient du verbe latin incipire qui signifie commencer. L’incipit sert à désigner le début d’un roman.

Aujourd’hui, ce sont les premières lignes de ma lecture en cours ; The Girl at Midnight tome 2 : L’heure des Ténèbres de Melissa Grey paru aux éditions PKJ. J’avais beaucoup aimé l’univers de cette série dans le premier tome et la singularité des relations entre les personnages. Ce second tome, dont j’ai lu la moitié, s’annonce tout aussi bien.

Quatrième de couverture : Simple humaine, Écho se retrouve au cœur d’un conflit séculaire entre des créatures magiques homme-oiseau et homme-dragon… Mais pourquoi est-elle la seule à pouvoir y mettre un terme ?

Quand Écho découvre qu’elle est le phénix, porteur de paix, son univers est bouleversé à jamais. Mais l’Oiseau de feu n’est pas apparu seul. Chacune de ses actions positives a son contraire, terrifiant. Écho sent qu’une force sombre est en train de grandir autour d’elle, de plus en plus menaçante…
Le Prince Dragon ne tombera pas sans rendre coup pour coup.
Écho parviendra-t-elle à dominer son pouvoir immense, ou sera-t-il trop puissant au point de détruire ce qu’il reste de son monde ? Bienvenue dans l’heure des ténèbres…

Voici les premières lignes :

Prologue

Rowan pouvait dater avec précision le moment où il était tombé amoureux. Même s’il lui avait fallu dix ans pour posséder le vocabulaire permettant de décrire la complexité de ses émotions, il était sûr d’une chose : il avait ressenti les premiers picotements d’affection dès qu’Écho était apparue dans sa vie.
Ce jour-là, sa mère l’avait envoyé jouer avec les orphelins de l’Ala, muni d’un panier de cupcakes tout juste sortis du four. Les gâteaux avaient été engloutis en un clin d’oeil, et le garçon avait pu s’estimer heureux d’attraper le dernier.
Lorsque Écho était entrée, le silence s’était abattu sur la pièce. Avec ses cheveux noirs en désordre, elle ressemblait à une créature sauvage, et elle s’agrippait de toutes ses forces à l’Ala. Elle n’avait pas de plumes et, comparés à ceux de Rowan, couverts d’un léger duvet, ses bras nus semblaient presque obscènes. Elle fixait de ses grands yeux bruns le cupcake, comme un rapace guettant sa proie. Elle était si frêle, si pâle.
Il lui avait tendu le gâteau posé au creux de sa paume comme un trésor. Et c’est ce qu’il était pour la petite fille, même si Rowan l’avait déjà sérieusement entamé et avait léché presque tout le glaçage.

Les blogueurs et blogueuses qui y participent aussi  :

• La Chambre rose et noire
Pousse de Gingko
Camellia Burrows
Au baz’art des mots
Envie de lire
Eléonore B
La Marmotte qui lit
Light & Smell
Ibidouu
Chronicroqueuse de livres
Chez Xander
A Blue Feather Blog
Les livres de Rose
Les livres de George
La couleur des mots
Rêveuse Éveillée
Les Histoires d’Amélia
Félicie lit aussi
Fifty Shades of Books
Café littéraire gourmand
Lectrice assidue en devenir
Solivresse
Au détour d’un livre
La bibliothèque du manoir
1001 nuits de lectures
Akatsuki no Manga
Lady Butterfly & Co
World des books
Lectures de Laurine

Publicités
Cet article, publié dans Uncategorized, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Premières lignes #87

  1. Ping : Premières lignes #88 – Ma Lecturothèque

  2. Ping : Premières lignes #87 – Ma Lecturothèque

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.