« L’enfant et le Maudit » de NAGABE

Quatrième de couverture du tome 1 : Il y a très longtemps, dans une contrée lointaine, existaient deux pays… “L’intérieur” où vivaient les humains, et “l’extérieur”, où habitaient des créatures monstrueuses qu’il ne fallait surtout pas toucher, sous peine de subir la malédiction. Cette histoire commence le jour où se sont rencontrés deux êtres qui n’auraient jamais dû se croiser… Ils sont aussi différents que le jour et la nuit… Et malgré tout ce qui les sépare, malgré les ténèbres qui les entourent, ils vont écrire petit à petit une fable tous les deux…


Avant-propos…

L’enfant et le maudit est un shonen fantastique actuellement en cours d’édition. Trois tomes sont parus en France et un quatrième sort en mars prochain.


Deux mondes, deux univers, « l’intérieur » peuplé d’être humain, « l’extérieur » maudit où vivent de drôles de créatures, un monstre empathique, une petite fille innocente, un lien d’affection intime et des dangers sans cesse menaçants…

Un manga tout en contraste et poésie, où animalité et humanité s’entrecroisent, où la tendresse et l’amour se retrouvent sous des traits inattendus, où la violence, l’intolérance se heurtent à l’innocence et à la différence, où la jeunesse et l’expérience adulte font front ensemble, où les traits angéliques et démoniaques ne sont pas ceux qu’ils paraissent. Toute une dualité maîtrisée et des plus intéressante et touchante que l’on retrouve dans ce titre.

Tout cela est renforcée par le lien unissant les deux principaux protagonistes de cette histoire, d’un côté le personnage du professeur, épris d’une certaine tristesse, image sombre, diabolisée, habitant de l’extérieur, maudit, créature de l’ombre considérée comme nuisible et dangereuse et pourtant tout autre chose. Le Professeur est nettement plus humain que les hommes eux mêmes, il s’inquiète pour la petite Sheeva, n’hésitant pas à enjoliver une histoire pour la rassurer et ne pas lui révéler la sombre vérité, la prenant sous son aile pour la protéger des autres autant issus de l’extérieur que de l’intérieur. C’est un personnage souvent perplexe face à ses sentiments et aux questionnements de la petite Sheeva. Le personnage de Sheeva est à l’image de ce qu’elle est, naïve, innocente, enfantine, ne maîtrisant pas la notion de danger, faisant aisément confiance avec une petite touche de caprice quand elle veut quelque chose, un sourire communicatif et une tolérance à la différence envers les maudits et toujours cet espoir qu’un jour sa tata revienne la chercher pour reprendre son ancienne vie. Un véritable petit ange qui ne se rend pas bien compte de tout ce qui l’entoure.

  

Il y a beaucoup de douceur et tendresse entre eux même s’ils ne peuvent se montrer leur affection par des actes au risque de maudire la petite, on ressent tout l’amour qu’ils se portent, un sentiment qui s’apparente à un amour filiale, beaucoup de complicité et c’est bien le plus beau dans ce récit. On suit finalement leur histoire, on cherche à savoir comment ils vont se sortir des épreuves pour rester unis envers et contre tout.

Cette union si innocente est vite entachée par l’atmosphère sombre et pesante qui perdure au fil des pages, des épreuves ou des embûches que les personnages devront affronter ; des hommes de l’armée intérieure, d’autres maudits vengeurs, des légendes alimentées sournoisement, de mystérieuses organisations, des secrets et de drôles de manigances…

Un manga graphiquement magnifique jouant avec virtuosité sur les contrastes du noir et du blanc, de légères nuances de gris tranchées et subtiles, des traits précis dépourvus de fioritures, riche d’une simplicité et d’une expressivité indéniable des personnages, le mangaka maîtrise son sujet pour notre plus grand plaisir.

En bref, un chef d’œuvre visuel et littéraire, mélancolique et poétique où la magie d’un lien tendre éclos peu à peu. Une série manga à découvrir absolument. Il ne reste plus qu’à attendre patiemment le tome 4 !

Publicités
Cet article, publié dans Chroniques, Manga / BD, est tagué , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

5 commentaires pour « L’enfant et le Maudit » de NAGABE

  1. Ping : C’est l’heure du bilan ! | Songes d'une Walkyrie

  2. Xander dit :

    Ce manga est magnifique 😍 Vivement le tome suivant !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.