« Lady Rudge » de Sonia QUEMENER

 

Quatrième de couverture : Quand de mystérieux extraterrestres passent un pacte avec l’Empire britannique, ce dernier y voit un moyen d’asseoir son pouvoir colonial.

Des années plus tard, deux aristocrates retrouvent leur mère dans un hospice londonien. Seule, isolée, elle va leur raconter l’histoire de sa vie au service des Visiteurs.


Voyage interstellaire d’un genre nouveau qui ne tape pas dans le grandiose. Lady Rudge offre une immersion dans un univers victorien à tendance Steampunk transformé/ré-orienté sous l’influence d’extra-terrestres. Atypique !


Une Lady pas comme les autres…

Lady Rudge, née Elizabeth Swanson, est une fille de bonne famille plutôt réservée ayant une soif de connaissance et très attirée par les sciences. Mais c’est surtout une femme, et une femme au XIXème est vouée à se marier et à enfanter. Elizabeth accepte cette condition auprès de M. Rudge uniquement parce que cela devrait lui permettre d’atteindre son but et d’obtenir enfin la liberté d’étudier auprès des visiteurs et peut-être découvrir leur monde. Ainsi Lady Rudge abandonne t-elle le cercle familial, laissant derrière elle mari et enfants au profit de son rêve le plus cher.

Plusieurs dizaines d’années plus tard, Lady Rudge est internée dans un hôpital psychiatrique. Ses deux enfants aristocrates lui rendent visite, ils ont enfin retrouvé celle qui était, est, leur mère, celle qui les a abandonnés par amour des visiteurs. Ils sont bien décidés à la sortir de cette mauvaise condition et prêt à écouter son histoire et ses aventures célestes.

Lady Rudge est une femme de caractère et de passion, une curiosité aiguisée et une affinité toute particulière pour la connaissance, mais un personnage aussi intelligent, un brin calculateur et bien conscient des désagréments d’être une femme, de sa condition précaire face aux lois et à l’accès aux études. Elle peut paraître froide, détachée, hautaine peut-être, tout est que c’est une femme qui a surtout réalisé ses rêves en acceptant des sacrifices nécessaires. Le personnage véhicule tout une réflexion sur la féminité, le féminisme, les droits de la femme… Il fallait bien une femme de cette trempe pour affronter une vie auprès des visiteurs.

Une Angleterre d’un autre temps, dérivant vers l’uchronie…

Les extra-terrestres que les humains appellent visiteurs ont pris contact avec l’empire britannique, offrant de l’or en échange de l’exploitation des terres rares sur la Terre. Leur présence sur la terre ont permis certaines avancées scientifiques par rapport au passé que l’on connaît. L’auteur, dans des notes de bas de page, rappelle les dates réelles.

Le parallèle entre les deux mondes (le notre et celui créé par l’auteur) est assez intéressant. Il y a là encore matière à réflexion avec des sujets tel que le colonialisme, le pouvoir, la valeur matériel de l’or…

Quand le passé rejoint le présent…

L’auteure joue sur deux temps, il y a le présent, Lady Rudge est âgée et raconte à ses enfants sa vie passée auprès des visiteurs, un temps qui semble s’être écoulé différemment pour elle. Elle est écoutée par Oscar, un journaliste prêt à publier ses mémoires. On découvre dans ce présent les enfants de Lady Rudge, Georgina et Paul, les relations avec leur mère et les conséquences de la présence des visiteurs depuis plus d’un demi-siècle sur la Terre.

Et puis il y a ce passé, cette vie auprès des visiteurs, ces aventures, ces voyages enrichissants et perturbants. Un passé heureux jusqu’à ce que certaines choses viennent entacher le rêve de Lady Rudge. Là ce ne sera plus la même donne.

On jongle donc avec l’un et l’autre et cela dynamise énormément le récit. C’est très bien fait puisque l’on distingue nettement les deux temps. Et chacun raconte sa propre histoire qui finisse toutefois par se rejoindre.

Des créatures venues d’ailleurs variées et intelligentes…

Poulpes infanticides, Plantes amoureuses et des Visiteurs explorateurs, les créatures sont nombreuses dans cet ouvrage. Une fois la Terre quittée, Lady Rudge embarque dans un vaisseau auprès des visiteurs et découvrent des mondes incroyables à travers ses voyages où l’intelligence n’est pas forcément là où on l’y attend. Il y a d’ailleurs tout un passage philosophique et scientifique sur la notion d’intelligence, passionnant.

Le roman invite donc à un voyage interstellaire simple et efficace, on est loin du grandiose du space opera mais dans quelque chose de plus intime, voir même d’un peu intrusif pour les planètes explorées, leur population n’ayant pas forcément conscience d’être observée. Ces visiteurs prônent la bienveillance, le respect et la non-violence, à se demander s’ils n’endorment pas leur proie pour mieux entraîner leur auto-destruction ensuite. Ambigu.

L’auteure aborde certainement à partir de tout cela la conquête spatiale, mais aussi la surexploitation de milieux au détriment des êtres qui y vivent, l’écologie peut-être aussi, et cette notion de toujours plus qui rappellent inévitablement notre propre temps.

Un style d’écriture maîtrisée et une couverture sublime…

Sonia Quemener a une qualité d’écriture indéniable, c’est très agréable à lire et empli d’une certaine douceur, très imagé aussi. Il y a a une réelle maîtrise du contenu. On s’évade complètement à travers les descriptions détaillées sans être alourdies, les explications fournies, pour finalement s’immerger complètement dans son univers.

Quant à la couverture, elle est sublime : Austère, électrique et intrigante !

En bref…

Lady Rudge est un roman intelligent qui regorge de réflexions, c’est aussi un roman qui vous évade, vous fait voyager et vous emporte dans une ambiance doucereuse où la bienséance de l’aristocratie s’accorde et se mêle avec l’univers extra-terrestre. Très réussie.

Je remercie Mü éditions de m’avoir confié ce titre.

Publicités
Cet article, publié dans Chroniques, Science fiction, est tagué , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.