Eclat(s) d’âme tome 1 de Yuhki KAMATANI

Quatrième de couverture : Deux jours avant les vacances d’été, je crois que… je suis mort ». C’est ce qu’a pensé Tasuku le jour où un de ses camarades de classe lui a piqué son smartphone, alors qu’il était en train de regarder une vidéo porno gay dessus. La rumeur s’est répandue comme une traînée de poudre. Tasuku, pense alors à se suicider, ne pouvant supporter cette réalité dont il n’avait pas encore complètement conscience lui-même, mais aussi par peur du regard de la société. Pourtant, alors qu’il s’apprête à sauter dans le vide, il aperçoit, au loin, une mystérieuse silhouette de jeune femme qui le devance et… saute dans le vide ?! Intrigué, terrorisé, il s’élance vers l’endroit d’où elle a sauté. Il y découvre, stupéfait, que la jeune femme est encore en vie, et qu’elle est l’hôte d’une sorte de résidence associative, véritable safe space où se réunissent diverses personnes LGBT. De rencontre en rencontre, le jeune lycéen va apprendre à se connaître, à s’accepter, et trouver sa place dans le monde.


Eclat(s) d’âme est une excellente découverte, on y trouve de très belles choses ; une manière intelligente d’aborder l’homosexualité entre autre, un coup de crayon original et marqué et ce petit grain de folie des personnages secondaires qui vient relativiser l’aspect dramatique.


Pris par surprise à visualiser du porno gay sur son téléphone, Tasuku, un jeune lycée, a vu sa vie basculer du jour au lendemain. Il n’en a pas fallu plus pour que les camarades se moquent et que la nouvelle se répande à vitesse grand V dans le lycée. Mais comment vivre avec ce nouveau regard de ses camarades sur lui ? Pour Tasuku, c’est impossible, et la seule solution qu’il envisage, c’est de se suicider. Mais, quand une femme se jette avant lui dans le vide, Tasuku accoure affolé vers l’endroit d’où elle a sauté. Il arrive alors dans une maison où des personnes se réunissent, un salon de discussion où les idées préconçues et les jugements restent à la porte. La jeune femme, bien vivante, n’est autre que l’hôte énigmatique de cet endroit où il pourrait bien se permettre d’être enfin lui-même.

On suit donc essentiellement le personnage de Tasuku qui subit malgré lui les moqueries des camarades, les réflexions blessantes et tout un regard que la société porte maladroitement sur les personnes homosexuelles. Tasuku n’a pas conscience encore de certaines choses, le fait de visualiser du porno gay était certainement une curiosité, une attraction qu’il souhaitait épancher, malheureusement pour les autres, cela signifie que le jeune homme est « différent » ce qui justifie tous ces quolibets dramatiques pour son état psychologique et émotionnel. Tant qu’il en vient à envisager de se tuer pour ne plus supporter tout ça. Une réalité dans notre société moderne malheureusement, surtout quand on est jeune, innocent et que l’on découvre peu à peu ces attirances, ces désirs que l’on ne comprend pas forcément. C’est très justement abordé, et d’autant plus touchant. Mais Tasuku va découvrir un endroit qui va lui apporter beaucoup et rencontrer des personnes exceptionnelles et compréhensives.

Le salon de discussion est un endroit où l’on peut être soit-même sans craindre le regard d’autrui, si au début tout cela est très intrigant, avec une hôte rocambolesque, secrète et très particulière qui attise inévitablement notre curiosité, qui voue une folle passion à la glace et vous prête une oreille inattentive (soit-disant…), rapidement on en découvre plus. Des personnages secondaires appartenant à la « communauté LGBT » qui vivent aussi leurs propres problèmes face au regard de la société, des personnages traités avec un ton amusant qui vient alléger le dramatisme de l’ensemble. Il y a donc là un juste dosage pour ne jamais sombrer dans le drame pur, un côté positif et coloré qui vient égayer l’ensemble. Intelligent !

Le manga est donc sublime tant visuellement qu’au niveau de l’histoire, il ouvre à de nombreuses réflexions et à des états de faits que doivent subir chaque jour la « communauté LGBT » dans une époque moderne et censée être plus ouverte d’esprit. Être « différent », ne pas rentrer dans une case pré-établie pas les conventions d’une société souvent hypocrite, des heurts, des difficultés d’assumer ce que l’on est, accepté que c’est aussi naturel que tout autre chose, le sujet est traité finement, avec beaucoup de poésie, de justesse et des dessins épurés qui transpercent au delà des pages.

Visuellement le coup de crayon du mangaka est très épuré, assez simple mais en même temps tellement précis ! Les regards, les expressions, les gestes des divers personnages sont millimétrés, très expressifs, et d’une intensité qui viennent vous serrer le cœur. J’avoue avoir eu un moment d’adaptation au départ mais rapidement, j’ai été happée. Le personnage de Tasuku est magnifiquement croqué dans tout ce qu’il représente, c’est très juste et le fait que le mangaka ne s’épanche pas sur des fioritures inutiles accentuent cet effet d’aller simplement vers l’essentiel des choses.

En bref, une nouvelle sortie aux éditions Akata, que je vais suivre de très près, le manga est très prometteur, les sujets sensibles et réalistes, les personnages attachants et variés, c’est beau, poétique et empli d’émotions pures, sans aucune violence excessive, une lecture douce et magique à sa façon. Il ne faut certainement pas rater ce titre !

   

Publicités
Cet article, publié dans Chroniques, Manga / BD, est tagué , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

4 commentaires pour Eclat(s) d’âme tome 1 de Yuhki KAMATANI

  1. tampopo24 dit :

    Sûrement ma plus belle découverte de l’année chez Akata ❤

  2. Xander dit :

    Un excellent premier tome 😍

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.