Premières lignes #112

2807834

Rendez – vous initié par Ma Lecturothèque

Le terme « incipit » vient du verbe latin incipire qui signifie commencer. L’incipit sert à désigner le début d’un roman.


Aujourd’hui, ce sont les premières lignes de Chéloïdes, Chronique Punk de Morgane Caussarieu, une auteure dont l’univers me rend curieuse et que je n’ai pas encore lue ! Ce roman n’est a priori pas le plus facile pour la découvrir mais on va tenter tout de même…

Quatrième de couverture : Colombe est maquilleuse sur des pornos gay. Malik est punk, et vit dans la rue.
Alcool, drogue et soirées destroy, tout semble les réunir, mais les jeunes gens ont chacun leurs démons. Commence alors une inévitable descente aux enfers.
Sans tabous, la plume incisive de Morgane Caussarieu nous plonge dans l’intimité d’un couple torturé, disséquant leur psychologie et leur sexualité avec un réalisme des plus crus. La scène alternative parisienne, sauvage et sclérosée, se dévoile au fil des pages.
Un récit touchant et tragique où la tendresse se mêle à la monstruosité.
Une histoire dont on ne sort pas indemne.


Voici les premières lignes :

-Roman, tu penses que je suis une personne équilibrée ?
Mon meilleur ami lève les yeux de son script, me scrute un moment.
-Drôle de question. Tout le monde est plus ou moins taré, tu sais.
-Ouais, mais quand même, t’en penses quoi ?
Il soupire, avale une gorgée de 1664, me tend la canette, me dit, super pompeux comme il est souvent « Ma chère Colombe, vous ne vous en sortez pas trop mal… étant donné les circonstances… » Quand il me vouvoie comme ça, impossible de savoir s’il fait de l’ironie, ou s’il est sérieux. Il ne rajoute rien – il pique à nouveau la tête dans ses feuillets, surligne une phrase au marqueur rose fluo.
Mon modèle s’agite, signe qu’il en a un peu marre – je lui refourgue la bière.
Le latex est sec.
Pour peaufiner l’effet, je tapote sur la fausse pommette, l’éponge imbibée de pigment bleu dilué à l’eau.
Puis me recule, admire le résultat.
Une tronche de macchab, veines apparentes, chairs nécrosées bien comme il faut, lèvres putrides, teint décrépit de sidéen, faux sang coagulé -mélange de colorant alimentaire et de chocolat en poudre. Le comédien en dessous, à fond dans le personnage, pousse un grognement d’outre-tombe efféminé.


Les blogueurs qui y participent :

La Chambre rose et noire
Songes d’une Walkyrie
Au baz’art des mots
Light & Smell
Chronicroqueuse de livres
Chez Xander
Les livres de Rose
Les livres de George
La couleur des mots
Félicie lit aussi
La Booktillaise
Café littéraire gourmand
Lectrice assidue en devenir
Au détour d’un livre
Lady Butterfly & Co
Lectures de Laurine
Le monde enchanté de mes lectures
Cœur d’encre
Les tribulations de Coco
Bettie Rose Books
La vie page à page…
Ombre Bones
Les livres de Noémie
La Voleuse de Marque-pages
Camellia Burows
Le Monde de Callistta
Kaly Bizoux
Le chemin des livres
Vie quotidienne de Flaure
Les mots de Junko
Les lectures d’Angélique
Sheona & books
Ladiescolocblog
A Blue Feather Blog
Ma petite médiathèque
Hubris Libris
Le temps de la lecture

Publicités
Cet article, publié dans Uncategorized, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

3 commentaires pour Premières lignes #112

  1. Ping : Premières lignes #113 | Songes d'une Walkyrie

  2. Ping : Premières lignes #113 – Ma Lecturothèque

  3. Ping : Premières lignes #112 – Ma Lecturothèque

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.