Premières lignes #126

2807834

Rendez – vous initié par Ma Lecturothèque

Le terme « incipit » vient du verbe latin incipire qui signifie commencer. L’incipit sert à désigner le début d’un roman.


Aujourd’hui, ce sont les premières lignes de La Fée, la Pie et le Printemps d’Elizabeth Ebory, roman de fantasy paru aux éditions Actu SF. J’avais craqué pour l’objet et le synopsis aux Aventuriales de 2017, il serait bien qu’il sorte enfin de ma PAL !

Quatrième de couverture : En Angleterre, les légendes ont été mises sous clé depuis longtemps. La fée Rêvage complote pour détruire cette prison et retrouver son pouvoir sur l’humanité. Elle a même glissé un changeling dans le berceau de la reine…

Mais Philomène, voleuse aux doigts de fée, croise sa route. Philomène fait main basse sur une terrible monture, des encres magiques, un chaudron d’or et même cette drôle de clé qui change de forme sans arrêt. Tant pis si les malédictions se collent à elle comme son ombre… Philomène est davantage préoccupée par ses nouveaux compagnons parmi lesquels un assassin repenti et le pire cuisinier du pays. Tous marchent vers Londres avec, en poche, le secret le plus précieux du royaume.


Voici les premières lignes :

1 * La journée sera belle

Philomène parle :

LE SORT S’ÉTIOLE. Le nez au vent, je regarde son empreinte noire s’évanouir entre les cimes des arbres, sur le ciel léger. Mon infernale monture, la bien nommée NightMare, trotte quelque part dans la forêt alentour. Et moi, au milieu d’une clairière, je me dis que cette jeune matinée est déjà plus que prometteuse !
Tout d’abord, avant même le lever du soleil, j’ai croisé ce campement de fortune, vide de toute âme… Je l’ai fouillé tranquillement. Dans un des sacs abandonnés, il y avait une collection de pots de graines, tubes d’épices, flacons de mousses et de brindilles. Des ciseaux, des aiguilles, de la ficelle de boucher… Et tout au fond, une fiole d’encre et du parchemin magiques. Un véritable enchantement pour la pie voleuse que je suis !
Puis, avec les premiers rayons de l’aurore, la lumière naissante a frémi : elle s’est dispersée – sable sur les courbes d’un coquillage – puis réassemblée.
Dans un simple frisson, la réalité a changé de nature.


Les blogueurs et blogueuses qui y participent aussi :

La Chambre rose et noire
Au baz’art des mots
Light & Smell
Chronicroqueuse de livres
Les livres de Rose
La couleur des mots
La Booktillaise
Lectrice assidue en devenir
Au détour d’un livre
Lady Butterfly & Co
Le monde enchanté de mes lectures
Cœur d’encre
Les tribulations de Coco
Bettie Rose Books
La Voleuse de Marque-pages
Le Monde de Callistta
Vie quotidienne de Flaure
Les mots de Junko
Sheona & books
Ladiescolocblog
Hubris Libris
Le temps de la lecture
Selene raconte
Les lectures d’Angélique
Pousse de gingko
Prête-moi ta plume
Rattus Bibliotecus
Envie de lire
Alohomora, blog littéraire
Les livres de Noémie
La machine à lire
La Pomme qui rougit

Cet article, publié dans Uncategorized, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

3 commentaires pour Premières lignes #126

  1. Ping : Premières lignes #127 – Ma Lecturothèque

  2. Ping : Premières lignes #126 – Ma Lecturothèque

  3. C’est drôlement poétique !! *_* Et je n’aurais jamais imaginé ce concept « Premières Lignes » une très bonne idée.:)

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.