« Les Mondes – Miroirs » de Vincent MONDIOT & Raphaël LAFARGE

Quatrième de couverture : Elsy et Élodianne ont grandi dans les rues crasseuses de Mirinècevaste cité à l’ombre des Arches, une architecture titanesque qui enjambe les pays et relie les métropoles. Pourtant, leurs chemins se sont éloignés. Devenue magicienne, Élodianne officie désormais pour le gouvernement. Quant à Elsy, à la tête d’une agence de mercenaires, elle navigue en eaux troubles.

Mais lorsque les blasphèmes, d’atroces créatures, émergent des mondes-miroirs et se déchaînent sur la capitale, les deux femmes n’ont d’autre choix que d’unir leurs forces pour mener l’enquête. Face à la menace, elles découvriront combien elles ont changé, et jusqu’où elles pourront aller… Car le sort de Mirinèce est en jeu.

Les Mondes-miroirs nous plongent dans une ville grouillante et mystérieuse où la magie ouvre des portails vers un étrange monde parallèle, vide et silencieux. Mêlant horreur et aventures palpitantes, le roman nous parle aussi d’ambitions démesurées, de femmes fortes et de souvenirs d’enfance qui enchantent un imaginaire hors-norme.


Un roman de fantasy de qualité qui offre un univers dense, travaillé et démesuré, peuplé de créatures horrifiques et de personnages intenses où la magie côtoie le post-apocalyptique, l’horreur et le thriller. Un vaste monde, une grande histoire au profit de réflexions profondes et très actuelles. Un ouvrage fort réussi !


Les Mondes – Miroirs est un roman de fantasy proposant un univers riche et maîtrisé, fouillé et détaillé. Les auteurs n’ont pas dérogé aux règles du genre avec cependant quelques pointes d’originalité parsemées ici et là pour offrir un ouvrage de littérature imaginaire qui sert également à engendrer certaines réflexions aux lecteurs.

Dans une cité incroyable « Mirinèce », capitale de l’Etat des Arches, où la démesure fait partie du paysage, d’énormes arches aux dimensions démesurées lient chaque région à Mirinèce où elles se rejoignent. Il y a quelques années lors de la guerre de Loffrieu, une arche à céder pour la première fois. A Mirinèce, le pouvoir est régi par une politique proconsulaire en binôme avec le divin Prime, c’est une ville à l’ambiance sombre et ténébreuse. Les magiciens aux spécialités diverses (bacillaire, thermogène, matiériste, miroitiste…) et souvent associés aux soldats vivent au palais et travaillent pour les dirigeants. Ce sont les élites d’une société sectaire, où les plus démunis, se retrouvent parqués dans le quartier Ouest, glauque et malfamé, les mercenaires y règnent en maître. Au dehors de la cité, une ambiance post-apocalyptique brumeuse et inquiétante où une épidémie dues à des spores ravage tout être vivant, les transformant en créatures assoiffées de chair et de sang.

Elsy et Elodianne ont été élevées ensemble dans la ville, issues des quartiers les plus pauvres, elles ont chacune en grandissant suivi leur propre chemin. Elsy est à la tête d’une agence de mercenaires de bas étage, qui ne brille pas dans de grandes missions reluisantes mais se satisfait de petits boulots dont personne ne veut. Elodianne est devenue une magicienne, une miroitiste et vit désormais au palais avec un salaire plus que convenable. Si tout les oppose, les deux femmes sont restées de grandes amies et chaque année se retrouve lors d’un grand évènement de la cité.

Cependant, des attentats violents et sanglants et une enquête qui déstabilise le pouvoir en place vont les réunir dans une quête commune. Des monstruosités écœurantes et effrayantes appelées blasphèmes sèment le trouble et l’horreur dans la cité. Rapidement, on comprend que ces créatures destructrices, incontrôlables et difficiles à atteindre et à détruire sortent d’un monde-miroir. Ce sont des univers parallèles où la magie n’est plus, tout est paisible mais aussi délavé, des lieux de repos où les magiciens peuvent se ressourcer, la magie les abîmant physiquement (acné, ulcère, etc…) à force d’être utilisée. Les meurtres s’accumulent, toujours plus sales et plus horribles.

Alors certes décrit ainsi, l’univers paraît grave, violent et sordide mais n’est toutefois pas dénué d’humour, de grossièretés et de répliques bien placées qui viennent apportés une certaine légèreté où du moins relativiser les horreurs qui se passent dans cette histoire. Et cela on le doit à des personnages individualisés aux caractères affirmés et souvent charismatiques. Des mercenaires badasses et bien bourrins qui ne se formalisent pas des protocoles et ne font pas dans la dentelle ; Elsy en tête ! Ce petit bout de femme aux cheveux blancs, fumant comme un pompier est ambitieuse, opportuniste et téméraire, avec un bagou impertinent tantôt savoureux, tantôt déstabilisant. Le personnage peut être aussi très froid et se départir de tout sentiment qui nuirait à ses ambitions, soit sortir la tête de l’eau, faire prendre un certain envol à son agence et quitter les quartiers populaires qui l’ont vu naître où la misère s’accumulent toujours plus. Elle est accompagnée de deux acolytes aux imposantes carrures Basilien, amoureux transit, adorant l’argent au point d’en berner ses meilleurs amis et Ohya, un athépéhien végétarien, sensible aux bien êtres de ses proches et indestructible homme. Des magiciens puissants au service du gouvernement mais légèrement moins intéressants, Elodianne en tête, jolie rousse est sage, consciencieuse, méthodique, plus humaine, plus douce mais plus effacée qu’Elsy, elle n’a pas sa trempe, elles est souvent associé à deux autres magiciens, Hussert un thermogène père de famille et Arlard, un bacillaire et ami précieux. A côté deux, des méchants étonnants mais surtout convaincants qui tiennent la route jusqu’à la fin. On ne peut décemment pas trop en dire sans révéler une bonne partie de l’intrigue.

Tout cela semble être fortement un reflet de notre société actuelle, les auteurs ont puisés dans les dérives de notre univers pour alimenter le leur et le rendre aussi intéressant et quelque part plus « réaliste ». On a une ambiance très sectaire avec un quartier Ouest où des mercenaires dépravés, alcooliques, drogués donnent une réputation sordide aux bas fond appauvris de la ville, et un palais à l’architecture folle et hors-norme accueillant l’élite de la société ; les politiciens, les primats et les magiciens. Il y a aussi cette régence de la société, d’une part par le pouvoir politique, ici le proconsul Damnis, ancien héros de guerre et d’autre part par la croyance divine au travers du « dieu » Prime. A travers le personnage d’Ohya, on peut y voir le reflet d’une forme de racisme malheureusement perpétuelle, mais aussi à travers les Atépéhiens en général, un autre regard sur la société, plus sain, plus nature, que celui plus perverti des habitants de Mirinèce. De même que les dérives de personnalités plus faibles, rejetés ou abaissés, on peut faire un parallèle avec cette jeunesse qui se perd parfois dans des actes absurdes et violents, sous prétexte d’exister ou d’être entendus sans forcément raisonner de manière sensée.

Du côté du rythme, la fantasy a toujours ce quelque chose de lent pour poser son monde (et qui me demande toujours du temps alors que j’aime beaucoup ça !) avant d’accélérer dans des quêtes ou des actions qui réaniment souvent l’ensemble. On n’y échappe pas ! Le récit est d’abord dans une grande première partie assez lent, il pose le contexte, l’univers, les personnages et l’élément déclencheur de l’intrigue ; l’attaque des monstres dont on ne sait pas d’où ils sortent, vient alors l’enquête, les réflexions et les manigances. Cela s’accélère dans une seconde partie plus modeste mais nettement plus haletante, plus riche en action et surtout en révélations, avec une expédition suicide pour tenter d’arrêter ceux qui sont à l’origine des attaques des monstres, les personnages sont encore plus présents, plus attachants, plus profonds. Et le sang coule à flot !

Les auteurs ont un style fluide, dynamique avec un juste équilibre entre les dialogues et la narration, les chapitres sont plutôt courts et alimentés en tête d’extraits d’ouvrages de l’univers. Le tout se lit bien, sans lourdeur et avec beaucoup d’aisance. Et que dire du visuel, la couverture est magnifique mais l’objet l’est encore plus, ultra soigné, c’est un plaisir pour les yeux et pour les mains !

En bref, un roman à l’univers dense et bien décrit, à l’intrigue recherchée et bien amenée jusqu’à la fin, aux personnages fouillés et charismatiques et au léger parallélisme avec notre propre société ouvrant à des réflexions intelligentes et profondes. Un ouvrage du genre qui mérite qu’on s’y attarde.

Je remercie les éditions Mnémos et plus particulièrement Nathalie pour leur envoi.

Publicités
Cet article, publié dans Chroniques, Fantasy, est tagué , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

11 commentaires pour « Les Mondes – Miroirs » de Vincent MONDIOT & Raphaël LAFARGE

  1. Ping : « Rattrapage  de Vincent MONDIOT | «Songes d'une Walkyrie

  2. Ping : Les Mondes-Miroirs, de Vincent Mondiot et Raphaël Lafarge – Les Chroniques du Chroniqueur

  3. Ping : Bookhaul #3 – services presses | OmbreBones

  4. Ping : Mes Aventuriales 2018 ! | Songes d'une Walkyrie

  5. Ping : Les Mondes-miroirs : revue de presse | Survivre la Nuit

  6. Ping : Les Aventuriales de Ménétrol 2018, c’est bientôt ! | Songes d'une Walkyrie

  7. La couverture me faisait déjà très envie, mais alors là, vraiment, je me le note pour plus tard ! Merci pour ton retour 🙂

  8. Un bel article très complet Merci !! 🙂

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.