« Le voleur de cœur » d’Avon GALE & Roan PARRISH

Quatrième de couverture : Responsable et discipliné, William Fox est devenu agent du FBI spécialisé dans le trafic d’œuvres d’art. Bien et mal, justice et injustice ; les différences sont nettes, et Will a passé sa carrière à en tracer les limites. Ses convictions lui ont peut-être coûté quelques relations, mais il ne souhaite pas faire de compromis sur ce qu’il sait être juste. Jusqu’à ce qu’il rencontre Amaury Vaughn.

À la tête de la fondation philanthropique familiale, Vaughn sait très bien qu’être riche et puissant lui permet d’obtenir presque tout ce qu’il veut. Et quand il rencontre l’adorablement grincheux et légèrement maladroit William Fox, il le veut plus qu’il n’a jamais voulu personne. Vaughn a l’habitude d’être désiré pour son nom et son argent, mais Will se fiche de l’un comme de l’autre.

Quand Vaughn recourt à de vieilles habitudes et tente d’impressionner Will en volant une peinture qu’il admire, leur lien naissant lui explose au visage. Vaughn doit réaliser que certaines choses ne peuvent pas être achetées ni volées. Mais un agent du FBI qui vit en suivant les règles et un voleur qui pense que les règles ne s’appliquent pas à lui peuvent-ils vraiment s’entendre ?


Une romance qui assure un moment de lecture divertissant et sans prise de tête mais qui manque toutefois d’un peu d’action !


William Fox est personnage très cadré avec des valeurs et des principes, il respecte la loi en tant qu’agent du FBI, il présente aussi une forme de stabilité familiale, une sœur jumelle Charlotte qu’il adore, une famille présente même si tout n’est pas rose. William aime l’art, a une vision très manichéenne des choses et ne peut accepter le moindre manque de respect de la loi, ne supporte pas que l’on fasse fruit de son influence pour obtenir les choses et encore moins quand cela inclut de jouer avec la vie des gens. Will est la rigueur et le respect incarnés, qui pourtant au fond ne serait peut-être pas contre quelque incartade pour vivre enfin une belle histoire d’amour.

Amaury Vaughn semble briller parmi les autres, sa chevelure argentée attire les regards, sa haute stature en impose et ce quarantenaire a une élégance innée avec une bienséance qui sied à son statut d’homme riche. Amaury aime les belles choses, le confort et la qualité. L’homme a de bonnes relations et obtient systématiquement tout ce qu’il souhaite. C’est un philanthrope qui use de son aura et de son nom pour obtenir des dons pour diverses associations artistique. C’est aussi un homme profondément seul, qui n’a plus de famille proche, il lui reste une amie qui vient toutefois de se marier et qui s’éloigne aussi. Amaury aspire a d’autre ambition, aimerait qu’on l’apprécie pour sa personne et non pour le personnage riche qui perpétue la tradition des Vaughn.

Si vous attendiez une pseudo enquête du FBI face à un voleur d’art, et bien vous serez terriblement déçus car il n’y a rien de tout ça ! Le roman tourne essentiellement sur la confrontation des deux personnalités qui s’opposent par leur vécue, leur origine et leur activité professionnelle. Les seules choses qui semblent réellement les réunir sont leur amour de l’art et les mauvaises histoires de coeur. Leur rencontre va bousculer le petit monde bien rôdé de chacun et va surtout pimenter et faire tanguer les idées préconçues de l’un et la désinvolture de l’autre. On fait donc ici la part belle à la psychologie extrême des personnages et à leur relation souvent houleuse et manquant de crédibilité.

Parfois, c’est même un peu poussif notamment du côté de William, qui peut paraître rabat-joie, même si sur le fond il n’a pas complètement tord, on aimerait qu’il se laisse aller dans cette relation, mais il y a toujours ces principes qui viennent s’imposer à lui. De son côté, Amaury vit dans cette bulle protectrice depuis des années, avec l’habitude d’obtenir tout ce qu’il veut de manière légale comme illégale, s’il veut quelque chose, il l’obtient ! On est vraiment sur deux personnages aux antipodes l’un de l’autre, ce qui annonce une romance avec pas mal de remous mais qui peut aller vers l’excès. Par ailleurs, l’ensemble manque un peu de dynamisme et d’action, pas d’inquiétude, quelques moments intimes viendront faire grimper la température lors de votre lecture, toutefois ça reste assez plat sur l’intrigue, des heurts, des confrontations, des va-et-vient, des incompréhensions, des tensions et des rabibochages chaudes et enflammés !

En bref, le roman propose une homoromance basée sur la psychologie très opposée des personnages, c’est en général un cocktail plutôt appréciable. Il est juste dommage qu’ici cela tourne trop à l’excès, Will est trop manichéen, Amaury parfois trop sensible, et les réactions sont un peu poussées à l’extrême, ce qui manque de réalisme. Sans oublier le manque d’action ! Ce n’est pas déplaisant, loin de là, mais ça peut vite tourner en rond pour celles et ceux qui attendaient une intrigue policière, une affaire de goût et d’envie, la lecture peut correspondre parfaitement à une lecture doudou. A vous de voir !

Je remercie les éditions Netgalley et son partenaire MxMBookmark pour ce partenariat.

Cet article, publié dans Chroniques, Romance, est tagué , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.