« Ma vie n’est pas un roman » d’Alina BRONSKY

 

Quatrième de couverture : Lors d’une séance de lecture dans une librairie, Kim a la sensation que sa vie lui échappe. Elle se retrouve, littéralement, dans les extraits lus par l’auteure. Malheureusement, l’histoire relatée dans le livre prend un tour tragique. La fiction anticiperait-elle la réalité? Kim va essayer par tous tes moyens — et les plus extravagants ! — de conjurer le sort.


Un roman adolescent rocambolesque bien écrit et qui se lit bien, offrant une réflexion sur la vision de sa propre identité, de la perception de sa vie à travers un univers livresque qui devrait parler aux amoureux des livres. Dommage, qu’il ne s’y passe pas grand-chose !


Kim Joséphine est une adolescente qui n’aime pas lire. Pourtant dans le cours d’allemand, une nouvelle professeure décide d’amener la classe à une séance de lecture dans une bibliothèque locale. Si la majorité des élèves se désintéresse de l’auteure et de son ouvrage, Kim, elle ressent tout autre chose à l’écoute de ces extraits. Une jeune fille dont les parents viennent de se séparer, une mère qui compte les calories, une meilleure amie un peu dingue, un amoureux transit, tout autant de détails qui relatent sa propre vie, Kim va se passionner excessivement pour l’ouvrage quitte à user de tous les moyens pour convaincre l’auteure de changer son dénouement dramatique.

Le fond de l’ouvrage est relativement intéressant et ne manque pas de profondeur. Il aborde des sujets sensibles aux adolescents, la quête d’identité, les vies imaginaires ou que l’on aime imaginer pour s’évader un peu du quotidien, l’excès émotionnel tout cela à travers cet ouvrage littéraire mis en cause par l’héroïne, mais aussi des thèmes plus réalistes mis en valeur cette fois à travers la vie propre du personnage de Kim ; la séparation parentale, les relations familiales mais aussi amicales, les premiers émois amoureux, la famille recomposée, la vie quotidienne lycéenne… Il y a donc dans cet ouvrage, une notion d’imaginaire qui rencontre le réel, une dualité plutôt bien amenée qui finit par s’entremêler, intéressante à suivre. Bref, du côté des idées, il y a du contenu, en revanche du côté de l’intrigue, de l’histoire en soi, cela manque cruellement de dynamisme.

C’est assez plat. On suit une héroïne qui passe beaucoup de temps à se plaindre, un caractère égocentré qui ne rend pas forcément le personnage attachant, évidement l’histoire tourne autour de la vie de ce protagoniste mais on tourne vite en rond. Cette quête d’un changement de dénouement mène au harcèlement, à des réactions puériles et à des situations complètement décalées et plutôt drôles même si cela reste un tantinet excessif. Kim est vite obnubilée par l’auteure et son ouvrage. Elle a une vie d’adolescente assez classique, elle est fille unique, ses parents viennent de se séparer, son père a refait sa vie, sa mère peine à surmonter l’épreuve et en devient quasiment absente. Heureusement, elle a sa meilleure amie, Petrovna, personnage complexe, ambigu et plein d’humour qui aurait certainement mérité d’être un peu plus développer au regard de sa vie familiale qui semble sortir des sentiers battus et de son caractère indépendant et plein de réparti. Parce que si nous avons une héroïne plutôt bien étoffée, les personnages secondaires restent sur la paille et c’est bien dommage car ils se révèlent finalement plus intéressants. Quand à l’auteure à l’origine de tout ce bazar dans la vie de Kim, à part qu’elle a les cheveux gras et qu’elle semble être une vieille fille défraîchie, on n’en sait pas grand-chose de plus.

En bref, un roman qui ne manque pas de fond, bien au contraire, qui est plutôt prenant et facile à lire, qui aborde avec humour l’excès d’imagination, il est juste contrariant qu’il ne soit pas plus intense dans son histoire. Où bien je suis passée à côté, où bien l’auteure aurait pu mieux développer son récit. A vous d’en juger !

Je remercie les éditions Actes Sud pour ce partenariat.

Publicités
Cet article, publié dans Chroniques, Roman contemporain, est tagué , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour « Ma vie n’est pas un roman » d’Alina BRONSKY

  1. Ping : C’est l’heure du bilan ! | Songes d'une Walkyrie

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.