« Le passeur d’ombres tome 1 : Amour fatal » de Claire McFALL

Quatrième de couverture : Dylan a échappé de justesse à un terrible accident. Du moins, c’est ce qu’elle croit. Car le paysage désolé qui l’entoure n’a plus rien de l’Écosse. C’est une plaine dévastée hantée par des esprits. Et le garçon qui l’y attend n’a rien d’ordinaire. Il s’agit de Tristan, le Passeur chargé de l’amener dans l’au-delà. Mais cette fois, tout est différent. Le plus sacré des interdits pour un passeur est brisé : il tombe amoureux. Et cela pourrait bien lui coûter son âme… ou celle de Dylan.


Une romance YA, oui, mais surtout une ambiance douce, fantomatique, avec une bonne touche de noirceur et de violence… Le temps s’écoule autrement dans cet ouvrage et le lecteur est indéniablement emporté dans un autre univers, entre l’Écosse et le monde des morts, efficace et déroutant. 


Dylan est une adolescente écossaise comme beaucoup d’autres. Élevée par sa mère, elle n’a jamais vraiment connu son père. Cependant, un jour après avoir repris contact avec ce dernier, elle décide de le rejoindre pour un week end de retrouvaille. Alors embarquée à bord d’un train, un bruit éclate et c’est le trou noir. Dylan se réveille seule, aveuglée et perturbée de milles sensations étranges, elle finit par sortir du train, puis du tunnel dans lequel ce dernier était coincé, persuadée que les secours l’ont oubliée. A la lumière du jour, le paysage écossais apparaît, silencieux et dénué de toutes traces de civilisation, là un jeune homme assis la regarde, elle s’approche convaincue qu’il s’agit d’un autre rescapé de l’accident. En réalité, Dylan est dans l’entre-deux, un monde où les esprits demeurent, attaquants leurs proies dès qu’il fait sombre, pour les emporter profondément sous terre. Le jeune homme est en réalité Tristan, le passeur qui l’accompagnera et l’aidera à traverser ce monde hostile pour qu’elle puisse rejoindre l’au-delà et que son âme repose en paix. Mais, la rencontre entre les deux êtres ne va pas se passer comme prévu, le protecteur vacille face à cette âme nettement plus perspicace et attentive que les autres…

J’avoue avoir beaucoup aimé ce premier tome, particulièrement pour son univers et son ambiance qui m’ont littéralement emportée ailleurs, comme dans un état second, une sorte de torpeur livresque, intemporelle et dépaysante. L’auteure étant écossaise, l’intrigue se passe en Écosse, on est surtout baladé dans la vision de l’Écosse de l’héroïne à laquelle vient se greffer un aspect fantastique et divin. Ainsi on traverse des paysages sans bruit, où règne une atmosphère à la fois lourde, lente, mais aussi éprise d’une certaine liberté et de lumière, entrecoupée cependant de moments plus sombres, plus violents et plus haletants où tapis dans l’ombre, des esprits avides quêtent les faiblesses des nouvelles âmes durant leur traversée. On est donc dans un univers contrasté, le pays s’y prête bien ayant déjà tout un folklore légendaire où la pluie et la brume accentuent davantage son côté ténébreux et sauvage. L’intrigue est assez lente, on est dans un dynamisme assez retenu, les jours passent, s’étirent plus ou moins en longueurs, les refuges (zone sécurisée où se réfugient l’âme et son passeur pour la nuit) s’accumulent, on approche peu à peu de la fin du voyage avec le danger qui grandit toujours plus, c’est très centré sur les deux personnages, assez peu sur ce qui les entoure finalement, on a une espèce de huit-clos silencieux et déroutant, mais aussi presque apaisant. C’est dans cette ambiance bien particulière que naviguent deux personnages qui vont nouer une relation inédite et surtout interdite. Personnellement, j’ai beaucoup aimé ce choix de dynamique, cet aspect un peu  contemplatif par moment, les échanges entre les deux personnages et voir naître l’étincelle de sentiments dans leur cœur.

Parlons en de ces deux protagonistes, soyons clairs, ce ne sont pas les plus originaux qui soit mais ils sont plutôt bien posés et attachants. Dylan est une jeune adolescente sans réelle expérience mais qui se révèle forte, intelligente et prête à accepter ce qui lui arrive avec une aisance déconcertante. Elle n’est pas égocentrique mais plutôt empathique, j’ai bien aimé cette forme de naïveté et ce caractère un peu têtu du personnage. Tristan est plus en retrait, plus silencieux et surtout plus mystérieux, on sent qu’il est là pour sa mission et rien d’autre, pourtant la carapace se fêle face à cette rencontre inhabituelle. L’échange et la relation des deux personnages  sont pleins de non-dit et de déni aussi. Il y a aussi une dualité assez forte entre eux, d’un côté on a les doutes et les questionnements de Tristan, qui amènent à une réflexion sur la quête d’identité, les émotions et ressenti et sur ce qu’on paraît être au regard des autres… De l’autre, on a les certitudes de Dylan qui amènent d’autres réflexions, l’envie de vivre et d’aimer, l’adolescence et les premiers émois, la mort, l’acceptation…

Entre l’ambiance et la relation des deux protagonistes, j’ai pensé à deux ouvrages pendant ma lecture que j’avais d’ailleurs particulièrement bien aimé. Angelfall et Les âmes vagabondes, on a à la fois, l’univers hostile, sombre et violent du premier avec ces amours interdits, entre un personnage de la vie réelle et un personnage divin, et l’aspect « âme » de l’autre, avec cette notion d’être non physique mais de l’aimer malgré tout. Le roman se lit vraiment bien, c’est assez simple dans l’écrit mais la qualité est là. Ajoutons à cela que les éditions Michel Lafon ont particulièrement soigné le packaging intérieur avec à chaque première page de chaque chapitre une illustration qui rappelle celle de la quatrième et que j’aime beaucoup. Par ailleurs, ce premier tome a l’avantage de proposer une fin qui se suffit à elle – même même si on s’interroge sur la suite des évènements, cette fin contente autant qu’elle questionne, et c’est plutôt positif !

En bref, un roman young adult qui a parfaitement su m’embarquer, l’univers et l’atmosphère de l’entre-deux sont particulièrement oppressants mais aussi très fantomatiques et pleines de douceur. Effectivement le rythme est assez lent, on ne sort pas des sentiers des deux protagonistes et les jours passent et se ressemblent parfois, pourtant la relation nouée entre les deux personnages est tout en subtilité, bien que la violence se rappelle aussi à eux avec ces esprits vengeurs et assoiffées d’âmes. Un bon premier tome donc et je lirai la suite avec plaisir !

Je remercie les éditions Michel Lafon et plus particulièrement Camille pour cet envoi.

Cet article, publié dans Chroniques, Fantastique, Romance, est tagué , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour « Le passeur d’ombres tome 1 : Amour fatal » de Claire McFALL

  1. Ping : C’est l’heure du bilan ! | Songes d'une Walkyrie

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.