[Livre audio] Nos trente ans d’Arthur DREYFUS

Quatrième de couverture : Un micro. Un intervieweur invisible. Trois garçons et trois filles. Six personnages qui, ensemble, incarnent la génération dite des « millenials » – ceux qui sont devenus des adultes au tournant du nouveau millénaire. Qui ont appris à vivre à travers des écrans. Et qui tous, à leur manière, cherchent à comprendre ce que signifie « devenir adulte ». Ou plutôt : à garder espoir dans un monde déjà foutu, où la politique ne pourrait plus rien…

Qui sont nos héros ? Sonia, l’idéaliste un peu trop naïve. Samir, le garçon un peu trop sérieux. Mikaël, qui a brûlé sa jeunesse. Claire, enfermée dans une vie bourgeoise. Gauthier, l’adulescent artiste dans l’âme. Et Sibylle, qui a tout vécu avant de naître. À travers leurs confessions, leurs failles – mais aussi les surprises de la vie -, ils nous entraînent dans une aventure intime, drôle et universelle.


Six personnages trentenaires sont questionnés sur la vie, l’amour, la politique, la famille, la religion… Des horizons et des origines variés pour une palette de réponses tout aussi intéressante.


Nos trente ans est un ouvrage audio qui dure un peu moins de six heures. Un homme dont on entend pas la voix jusqu’au dernier chapitre, interroge six personnalités, six trentenaires bien différents, des origines, des études, ou encore une vie familiale qui a trente ans pour chacun offre des chemins distincts.

Dans l’ensemble, c’est un ouvrage dynamique avec des chapitres bien définis et une alternance de personnages intervenants qui entretiennent le rythme d’écoute. Par ailleurs, en tant que trentenaire (à 35 ans, on est toujours trentenaire, non ?), j’ai trouvé que les thèmes abordés étaient intéressants mais n’avait pas forcément la même force d’intérêt, il y a donc des chapitres nettement plus passionnants que les autres. On y parle de la vie, de la famille, de la politique, de l’amour, et d’autres choses, chacun amène ses réponses, son ressenti, ses expériences passées et ses envies futures, le tout posé de manière intime et naturel. L’interviewer et l’interviewé, seulement eux deux avec plus rarement des interventions succinctes de proches.

Après écoute, ce qui ressort le plus, c’est le contraste des personnages, parce que si les points de vue sont tous à entendre d’une certaine façon et donc enrichissants en terme de réflexions, il est dommage toutefois que l’on ait du mal à distinguer certains personnages. J’avoue ne pas me souvenir de tous les prénoms par exemple, et avoir été souvent perdue entre deux filles qui pourtant avaient une vie bien différente, l’une avocate et posée, l’autre vivant selon ses idéaux, naïve et utopique, mais aussi entre deux hommes, l’un homosexuel assumé qui brûle la vie par les deux bouts, l’autre doux rêveur et comédien en devenir, une question de voix et d’intonation qui ne se démarquaient pas facilement.

Sibylle a clairement ma préférence, le personnage porte un regard intellectuel sur le monde assez blasé, parfois cynique mais toujours argumenté. Elle vit à travers ses livres. Elle est plutôt charismatique et nettement reconnaissable à sa voix unique, un peu éraillée avec une tonalité neutre qui traduit très difficilement ses émotions, qu’elle semble maîtriser au point de ne plus vraiment en avoir. Sibylle est une personnalité qui part du principe que la vie de toute façon ne vaut pas grand chose, qu’elle se passera ainsi et pas autrement, peu importe les sujets, elle a toujours une réponse qu’elle alimente avec une culture incroyable, en même temps, professeure de littérature à la Sorbonne, ça aide ! Pour autant, elle ne manque pas d’humour, limite un peu noir, mais franchement c’est celle que j’ai préféré entendre.

Du côté des garçons, j’ai bien aimé Samir, ses origines arabes, sa religion, son regard sur tout ça en gardant toujours à l’esprit le respect des autres, l’acceptation de la foi de chacun, le respect de la femme qu’il recherche selon un idéal familial et non selon le sien. Samir a une personnalité assez simple, là où Sibylle est complexe, il a une bonne éducation, on le sent très respectueux et en même temps bien ancré dans les valeurs et les idéaux liés à ses origines même si le fait qu’il ait réussi professionnellement parlant et qu’il ait pu quitter la « cité » lui vaut quelques remarques. Pour lui, tout semble être linéaire et pourtant au fil du temps, les choses vont se révéler différentes.

Les autres ne manquent pas d’intérêt pour autant, cependant, ils se démarquent moins, et se confondent surtout un peu plus.

En bref, Nos trente ans résume en six personnages l’évolution et les rêves d’une génération tranchée et marquée pour beaucoup par l’ère du numérique et le changement de millénaire, une génération qui a tendance aujourd’hui à être bien éloignée des trente ans de leurs parents. Trente ans, un âge qui marque souvent un tournant, un âge qui permet de regarder en arrière avec un recul suffisant pour y porter un regard critique, mais aussi vers l’avenir car finalement trente ans, ce n’est que le début !

Je remercie Babelio et son partenaire pour ce partenariat.

     

Publicités
Cet article, publié dans Chroniques, Roman contemporain, est tagué , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour [Livre audio] Nos trente ans d’Arthur DREYFUS

  1. Ping : Qui a rejoint ma PAL ? | Songes d'une Walkyrie

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.