« De roses et de sang tome 1 : Déviance » de Callie HART


Quatrième de couverture :

Sloane. Je ne suis pas fière de ce que j’ai fait. De ce que j’ai dû faire. De ce que j’ai dû abandonner. Mais je recommencerais tout, encore et encore, pour la retrouver. Même si cela finit par me tuer. Je dois trouver Alexia.

Zeth. Elle veut que je l’aide, mais je m’y refuse. Elle veut que je sauve sa sœur, mais j’en suis incapable. Elle veut faire de moi son héros, mais je ne suis pas un homme bien. Je suis sa malédiction. 


Une dark romance qui n’est pas assez sombre et qui reste surtout très classique et déjà vu.


Déviance est le premier tome d’une série de dark romance « De roses et de sang » qui comporte au moins cinq autres tomes. Pour tout vous dire, je ne pense pas donner suite à cette série dans mes lectures futures car je ne vois pas comment avec les bases d’intrigue posées dans ce premier opus, on puisse tenir sur six tomes. A mon avis, les longueurs, les « je t’aime, moi non plus » et les rebondissements intempestifs et non crédibles doivent s’accumuler (ou pas). Je pensais que c’était un one – shot. Déviance est un titre divertissant sans être extraordinaire.

Ce premier opus fait son job avec un schéma que l’on connaît trop bien malheureusement. On a une romance naissante entre deux personnages que tout opposent, l’une médecin, innocente, intellectuelle et d’apparence fragile, l’autre homme de main avec un bagage nettement plus hardcore, violent et mystérieux et les éléments narratifs qui vont bien, les deux personnages se retrouvent à vivre une expérience (sexuelle bien entendu), unique pour l’un comme pour l’autre, et à collaborer bien malgré eux. Objectif ? Retrouver Alexia, la sœur de Sloane, qui a probablement été enlevée et vendue dans le milieu que Zeth touche du doigt sans forcément approuver les méthodes. Cependant, cela reste très classique et déjà vu, avec des personnages peu originaux et une histoire qu’on connaît par cœur… Sans oublier les scènes de sexe qui n’ont rien d’émoustillantes.

« Quand je dis que je suis un fantôme, ce n’est pas juste une métaphore. Je suis bien vivante. Ou tout du moins, certains jours, la douleur est si intense que je sais que mon cœur bat toujours dans ma poitrine. Mais quand je dis que je suis un fantôme, c’est parce que je suis invisible aux yeux de la plupart des gens. Je suis la fille en arrière-plan. Je suis cette femme à la taille moyenne, au poids moyen, à la couleur de cheveux quelconque, celle sur qui les yeux ne s’attardent jamais. »

Sloane a accepté de vendre ses charmes, et bien plus, à un inconnu pour obtenir des indices sur la disparition de sa sœur. L’inconnu c’est Zeth, ce dernier à un penchant pour la domination et toute la panoplie SM qui va avec, dominateur certes mais avec une certaine douceur. Évidemment tout n’est pas simple, car les deux personnages après leur première rencontre ne vont plus se voir pendant un long moment. Mais un concours de circonstance va remettre Zeth sur la route de Sloane, et cette dernière va le reconnaître. Le lien entre ces deux personnages se maintiendra par la présence d’un autre personnage, une jeune fille suicidaire et junkie, qui s’est beaucoup attachée à Zeth.

Si Sloane est assez fade dans ce personnage d’héroïne prête à se cramer les ailes pour retrouver sa sœur et devenant un peu trop rapidement dépendante de Zeth, ce dernier est forcément plus intéressant. On n’aimera pas forcément ses relations avec les femmes, sa façon d’obtenir ce qui veut de Sloane et de la faire flancher sur ses principes les plus endurcis, mais on avouera que ces zones de faiblesse sont intrigantes, ses méandres psychologiques également et cette dualité qui le tourmente encore plus. Zeth est un personnage sexy (parfois décrit un peu trop de manière excessive) que l’on va détester et adorer à la fois. Dommage que ce ne soit pas poussé un peu plus loin.

« Une lueur d’irritation danse dans ses prunelles quand je prononce son nom. Il s’avance vers moi et tend sa main, effleurant ma mâchoire du bout de ses doigts. Mon immobilité le laisse pensif et intrigué tandis qu’il touche ma peau. Je suis incapable de bouger.
– Si tu n’aimes pas regarder, Sloane, tu peux participer. »

On en vient à un autre point qui m’a laissé un goût de trop peu, j’ai trouvé que cette dark romance manquait de ténèbre. Alors oui on a des scènes plus ou moins violentes, un peu crades aussi parfois, mais cela reste dû au milieu dans lequel évolue Zeth. Cela manque de piquant, d’extrémité, c’est trop lisse tout simplement et trop attendu sans surprise. On est bien loin de l’intensité extrême développée dans Captive in the dark, qui pour le coup est une vraie dark romance. Du côté du style d’écriture, il n’y a pas grand chose à dire, c’est simple et sans prise de tête.

En bref, un titre qui divertit mais qui n’est pas le meilleur du genre même si j’ai une faible expérience en dark romance, trop de clichés et une intrigue bien trop souvent moulinée dans les romances. A conseiller aux amateurs et amatrices du genre.

Je remercie NetGalley et son partenaire MxM Bookmarks pour ce partenariat.

               

Publicités
Cet article, publié dans Chroniques, Romance, est tagué , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.