« Quelque chose de BALI » d’Alexia DREAU

Quatrième de couverture : Bali… Quatre petites lettres qui en font rêver plus d’un. « Le paradis sur terre », « l’île des dieux »… Quatre petites lettres mais tellement de surnoms. Quatre petites lettres qui recouvrent une réalité bien plus complexe que celle que l’on vous vend. Car au-delà du « Bali marketing », des belles rizières et des plages « sauvages », se cache une culture millénaire d’une complexité et d’une richesse incroyables.
Alexia Dréau s’est installée à Bali en 2018. Dans ce livre, elle vous emmène à la rencontre de cette petite île du bout du monde, de ses habitants, de son histoire et de son quotidien. Qui étaient les Majapahits ? Qu’est-ce qu’un kampung ? Comment faire des offrandes ? Doit-on manger avec les doigts ? Qu’est-ce qu’une danse barong ? En quoi la limitation du tourisme de masse est-elle indispensable à la survie de l’île ? Ce petit guide culturel vous offre ainsi un panorama complet de tous ces petits quelque chose qui font l’âme de Bali. Vous n’y trouverez pas de bonnes adresses ou d’itinéraires mais une rencontre humaine avec un pays et ses habitants, un guide personnel et engagé qui donne à voir l’île des dieux au-delà des clichés et des stéréotypes. Car comme le dit l’auteure de cet ouvrage « Nous avons le pouvoir de transformer un voyage en apprentissage »… et c’est par là que cela commence !


Loin des guides touristiques bien connus de tous, Quelque chose de … est une collection des éditions Nanika qui présente les pays sous un autre aspect. Plus intime, elle fait la part belle à la culture et à l’histoire, des faits qui aujourd’hui caractérisent un peuple et ses traditions, une autre approche, une autre vision bien éloignée des spots touristiques de rêve.

Quelque chose de Bali est une rencontre entre le lecteur lambda, potentiellement féru de voyage, mais surtout curieux de découvrir des us et coutumes d’une autre culture, et d’un autre pays. C’est une invitation à vagabonder au travers des pages, à enrichir ses connaissances mais aussi à s’affranchir de ses idées préconçues. Bali est souvent vendu comme une destination de rêve faite de plages et de temples, de nature luxuriante et d’exotisme, la parfaite destination touristique de celui qui aime poser ses valises dans de grands hôtels et en sortir pour profiter de la piscine ou de la plage privée sous un climat favorable. A titre personnel, tout ce que je déteste. Honnêtement Bali ne me faisait pas rêver justement à cause de cette image de tourisme exacerbé, qui a force de tirer sur la corde dénature la richesse du pays mais pire encore son environnement écologique. Avec cet ouvrage, on découvre une toute autre facette de la contrée, riche, vivante, humaine et nature mais aussi un pays tout en contraste, profondément terré dans ses traditions et sa richesse culturelle, mais qui s’ouvre toujours davantage dans le tourisme de masse.

Sous un format de poche, l’ouvrage propose des chapitres ciblés  : Histoire, Traditions, Religion & Croyances, Arts & Culture et Bali au quotidien, chacun est agrémenté de sous-chapitres titrés de thème précis avec des points « Savoir » qui éclairent le lecteur à travers de petites anecdotes et informations précises. L’auteure propose une immersion intime et profonde au cœur d’un peuple particulièrement attachant, d’une vie de société, d’une organisation traditionnelle faite de mythes et de rites, d’une histoire qui explique l’état du pays aujourd’hui, de la religion hindouiste omniprésente et des diverses influences extérieures qui ont façonné le pays au fil du temps. Ce n’est pas vendu comme du rêve mais comme de l’authenticité avec sa beauté mais aussi ses aspérités. C’est aussi une découverte de paysages incroyables faites de volcans, de forêts luxuriantes, de rizières, d’étendues sableuses, de lagons aux couleurs marquées et d’océan. Pour l’auteure qui vit là bas, c’est une rencontre humaine et culturelle avant tout.

L’ouvrage est aussi un bel objet, la photographie de couverture est juste magnifique, la femme est exceptionnellement belle, et c’est certainement ce qui a attiré mon regard lors de la masse critique, superficiel mais j’assume ! On pourra peut-être lui reprocher le côté rétro des photographies intérieures, elles rappellent inévitablement les vieux ouvrages géographiques de nos parents et c’est assez dommage car à côté de cela, les illustrations et les cartes qui viennent dynamiser et éclairer notre lecture sont plutôt réussies dans leur simplicité et leur clarté.

En bref, Quelque chose de Bali est un ouvrage qui invite au voyage mais loin de vous vendre des lieux typiquement touristiques, des logements, des restaurants et des activités, il se veut surtout intime et authentique. Il offre une rencontre avec un Bali loin des clichés.

Je remercie Babelio et son partenaire les éditions Nanika.

Publicités
Cet article, publié dans Beaux livres / Artbook, Chroniques, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

3 commentaires pour « Quelque chose de BALI » d’Alexia DREAU

  1. Ping : C’est l’heure du bilan ! | Songes d'une Walkyrie

  2. Ping : C’est l’heure du bilan ! | Songes d'une Walkyrie

  3. Ping : Qui a rejoint ma PAL ? | Songes d'une Walkyrie

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.