« L’éveil des macchabs » de Ty DRAGO

LEveil_des_macchabs_1

Quatrième de couverture : Un matin comme les autres, William Ritter , douze ans, se rend au collège. Tout semble normal… Mais lorsqu’il croise son voisin, il découvre avec horreur qu’il a l’apparence d’un cadavre. Certains de ses professeurs ont également été transformés en macchabées ambulants. Stupeur ! Est-il devenu fou ? Bientôt, il est pris en chasse par des zombies. Il est sauvé in extremis par Helen, une élève de sa classe qui l’emmène jusqu’au Refuge.

Avis :

Un roman jeunesse très addictif et à l’action vive et sans temps mort. Il promet un moment divertissant et plein d’humour agrémenté de quelques cadavres d’un nouveau genre…

William Ritter est un jeune garçon de 12 ans comme les autres, une mère aimante, une petite soeur enquiquinante, seul ombre au tableau, la perte prématurée de son père deux ans plus tôt. Pourtant un matin, alors qu’il se rend à l’arrêt de bus, il croise son vieux voisin à l’apparence d’un cadavre ambulant. Croyant, d’abord à une folie passagère, il se rend rapidement compte que son propre collège est également infesté de « zombies » en décomposition et qu’il semble bien être le seul à s’en rendre compte. Il est rapidement repéré par ces macchabées, et l’intervention d’Helen, une autre élève, le sauvera et l’entraînera dans un univers digne d’un film d’un horreur…

Cette histoire est absolument captivante, on entame le livre et les pages défilent à une allure folle. Le lecteur est incontestablement embarqué dans cette aventure jeunesse digne des goonies ! Entre les personnages attachants et plutôt amusants aux personnalités multiples et bien individualisés, un concept du zombie innovant, une écriture simple et de qualité, et une couverture très agréable à regarder, on ne peut qu’être embarqué !

Commençons par les personnages, William Ritter est encore un enfant, 12 ans, à peine entame t-il son adolescence, pourtant au début très enfantin, aux réactions puériles et à la colère facile, il est rapidement mis face à la réalité et ne peut que prendre conscience qu’il va falloir grandir plus vite que prévu et faire face à un terrible danger. Plutôt effacé au départ, il se révèle rapidement combatif, meneur et fin stratège. C’est un peu beaucoup pour un si jeune personnage ? Oui, mais le roman repose sur des enfants ordinaires aux remarques bêtasses, à l’humour enfantin, au « pouffage » en règle et aux premiers émois amoureux innocents et rougissants, qui deviennent face aux dangers extraordinaires. William se retrouve au « refuge » et découvre les fossoyeurs, ces jeunes clairvoyants  qui, comme lui, voient ces fameux cadavres, car a priori seuls les enfants peuvent les voir. Là, il rencontre d’autres jeunes aux talents multiples ; des techniciens, des petits génies, des combattants, des « mères » ou encore des soigneurs, chacun trouvant sa place au sein de cette organisation humaine, gérée essentiellement de manière défensive par Tom, un adolescent de 17 ans.  Tom est le sage du groupe, celui qui organise, décide et qui ne pense qu’à la sécurité des enfants du refuge qui sont maintenant sous sa responsabilité. Sharryn, sa jeune sœur est tout son contraire, combative, impulsive et n’attendant qu’une action offensive. Burgermeister, l’ami de William, est un personnage impulsif mais loyal et protecteur. Enfin, il y a Helen, l’infiltré qui a sauvé William des mains des Macchabées, une des meilleures et qui ne semble pas laisser indifférent notre jeune héros.

Du côté des macchabs, on est loin des zombies sans cervelle à la démarche saccadée et aux grognements affamés et effrayants, ici, il s’agit d’être « d’ailleurs » infiltrant les cadavres humains pour semble t-il envahir la Terre. On découvre leur but sur la fin et le combat entre les fossoyeurs et les macchabs ne sera pas de tout repos. Le macchabs est plutôt intelligent, vif, violent et difficile à tuer. Tuer des enfants ne leur posent aucun problème éthique. Il s’agit d’un roman horreur jeunesse, les descriptions sont donc raisonnables, pas de bain de sang, mais elles sont suffisamment équivoques pour entretenir chez le jeune lectorat une ambiance horrifique dans lequel il peut aisément s’identifier puisque les héros sont de jeunes enfants.

L’auteur propose donc une histoire plutôt innovante et des personnages jeunes qui retrouvent rapidement leur âme enfantine dès que le danger est éloigné, cette innocence associée à l’horreur des intentions des macchabs apporte une touche imaginaire non négligeable et le lecteur sera vite transporté dans cet univers. Par ailleurs, l’auteur présente un style assez classique mais très dynamique et d’une fluidité appréciable pour dévorer son roman. On sent le public qu’il vise et ce qu’il souhaite leur offrir ; du divertissement, de l’humour, une aventure auquel il peut d’identifier et suffisamment extraordinaire  pour titiller son imagination.

En bref, un roman jeunesse horrifique prenant et dépaysant qui se lit avec une facilité déconcertante. Quant aux personnages, ils instaurent une force d’identification importante tant leur personnalités sont différentes. Un livre qui plaira aux adolescents, mais pas que, les parents adoreront retrouver cette ambiance aventurière propre à leur jeunesse passée… A lire !

Je remercie Babelio pour cette masse critique privée absolument délicieuse. Je vais de ce pas me plonger dans la suite !

 écletique ténèbresmonde changea

Publicités
Cet article, publié dans Chroniques, Horreur, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s