« Les Chemins de Poussières tome 1 : Saba, Ange de la Mort » de Moira YOUNG

Saba

Quatrième de couverture : Saba vit dans un monde régi par aucune loi. Quand son frère jumeau est enlevé, elle n’hésite pas à se lancer seule à la poursuite des ravisseurs. Dans une quête peuplée de créatures féroces, Saba va devoir se transformer en une impitoyable guerrière pour survivre… Mais elle va également apprendre à ouvrir son cœur.

Avis :

Un roman à l’écriture déstabilisante mais qui nous emporte dans un « Dune » version young adult. Un univers unique où s’aventure une héroïne indépendante et pleine de surprise sans jamais sombrer dans le mélo. Une belle découverte !

Silverlake, cité isolée et asséchée où vivent Saba, son frère jumeau Lugh, sa petite soeur Emmi et leur Pa, seuls depuis la mort de leur Ma, 9 ans plus tôt. Un jour, une terrible tempête mêlant vent violent et sable s’abat sur eux et laisse apparaître d’étranges cavaliers en tuniques noirs et gilets de cuir. Ces derniers enlèvent Lugh, le jeune homme de 18 ans né lors d’un solstice d’hiver, et laisse la mort derrière eux. Saba, déterminée à retrouver son frère, se lance dans une aventure dangereuse où la violence et les êtres étranges viendront la ralentir mais où les sentiments les plus humains viendront à son aide ; l’amitié, l’amour et la fraternité.

Les premières lignes lues, certains lecteurs pointilleux sur le langage (vocabulaire et mot transformé), la ponctuation (son absence lors des dialogues notamment) et la grammaire française (absence de négation) seront très vite perturbés par le style d’écriture très particulier de ce roman. Personnellement, ça a été mon cas et j’avoue avoir eu peur de continuer cette lecture avec ce sentiment gênant. Pourtant, il faut s’y attarder et se forcer un peu car une fois fait à ce style, finalement adapté pour montrer le manque d’instruction et l’analphabétisme des personnages dans ce contexte, on s’immerge dans un univers post-apocalyptique à l’environnement désertique ; sec et sableux, peuplé de personnages jeunes mais confrontés à la violence et à l’absence de règles ; la loi du plus fort prend ici tout son sens, et de créatures horribles et sanguinaires et d’êtres humains fous à lié annihilant par la drogue d’autres êtres en esclavage. Quelques réminiscences ici et là d’une civilisation passée (la nôtre probablement) sont citées (le cimetière d’engins volants, qui ne sont autres que des avions, ou encore un livre historique lié au Roi Soleil, par exemple) pour poser ce contexte futuriste apocalyptique, on n’en sait toutefois pas plus sur les événements ayant transformé ce monde.

La force du roman repose essentiellement sur son héroïne charismatique ; Saba, cette jeune fille de 18 ans, qui jusqu’à présent existait dans l’ombre d’un frère jumeau lumineux et fort, se retrouve à devoir faire face au danger traînant derrière elle une petite soeur qu’elle ne supporte pas. Peu à peu, la violence la transforme en guerrière, animée par cette « colère rouge » qui lui vaudra son surnom d’ « Ange de la mort » et de survivre dans les pires situations. Saba devient impitoyable avec une soif de survie animée uniquement par l’objectif de retrouver son frère. Ainsi, elle se retrouve enlevée et à devoir combattre d’autres filles dans une cage quitte à les mener au lynchage, à tuer des ennemis indésirables sans se retourner, ni regretter, elle s’enferme dans une attitude  indépendante, froide et parfois un peu cruelle. Pourtant, cette solitude sera ébranlée par ses relations avec d’autres personnages secondaires, Emmi en tête, cette petite sœur considérée comme un poids mort dans ses objectifs. Peu à peu, Emmi surprendra Saba, et du haut de ses 9 ans, montrera son utilité et ses compétences surprenantes, animée par un caractère têtu et un répondant réfléchi. Et puis, surtout, il y a Jack, la faiblesse à laquelle Saba se refuse à céder, le jeune homme est plutôt énigmatique, charmeur et plein de ressources, un personnage fort sympathique auquel on s’attache et qui trouble notre petit cœur de fille dans ses discours enflammés. Et enfin, il y a les Aigles, ces filles combattantes formant une petite armée indépendante. Tous ces personnages secondaires apporteront leur aide à Saba, qui prendra conscience que l’entraide est nécessaire pour réussir sa mission, même si malheureusement, la mort viendra ternir le tableau de ces amitiés.

En bref, le roman est donc loin d’être rose, l’environnement est effrayant et hostile, la mort rôde à chaque pas et personne n’est à l’abri dans cet univers sans lois où la survie conduit à des actes violents et inhumains. L’héroïne bien que parfois énervante est à couper le souffle dans sa transformation. Un premier tome réussi d’une trilogie qui s’annonce d’ors et déjà palpitante ! A découvrir, c’est certain.

Jtaime monde changea

MA PAL

Publicités
Cet article, publié dans Chroniques, Science fiction, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s