Premières lignes #48

2807834

Rendez – vous initié par Ma Lecturothèque

Le terme « incipit » vient du verbe latin incipire qui signifie commencer.
L’incipit sert à désigner le début d’un roman.

Aujourd’hui, ce sont les premières lignes de « Soul Breackers » de Christophe LAMBERT paru aux éditions Bayard. Une histoire qui devrait avoir tout pour me plaire, j’ai bien hâte de l’entamer !

soul-breakers

Quatrième de couverture : USA, 1936.
Des milliers d’Américains victimes de la Grande Dépression sont jetés sur les routes. Parmi eux, Teddy Gentliz, 15 ans, voyage vers la Californie avec son père et sa petite sœur Amy dans l’espoir d’une vie meilleure.
En Arizona, la famille croise un étrange groupe de forains et son charismatique chef : Sirius Huntington. Après avoir assisté à leur spectacle, Amy est soudainement frappée par un mal mystérieux…
Persuadé que les forains ont volé l’âme de sa sœur, Teddy se lance à leur poursuite à travers les États-Unis.
Sur son chemin, entre dangers, amitiés, amour et magie, l’adolescent va faire l’apprentissage intense du monde. Et de lui-même.

Voici les premières lignes :

1936, désert de l’Arizona

Les trois hommes se tenaient debout en haut d’une butte balayée par le vent. Ils regardaient la route qui s’étalait à leurs pieds, et plus précisément le camp des migrants lové au creux d’une large boucle.
– Je vois bien la décharge, mais où est le camp? plaisanta le plus petit des trois personnages si petit, même, qu’on pouvait le qualifier de nain.
Il arborait un rictus grimaçant, comme si une méchante odeur l’incommodait en permanence.
– Allons, allons, pas de mauvais esprit. . . , murmura un grand escogriffe vêtu presque entièrement de noir (la cape qui descendait jusqu’à ses chevilles était doublée de velours carmin).
Immense, massif, le dernier membre du trio ne disait rien. On le devinait plus habitué aux grognements qu’aux savants discours. Il avait le regard de l’abruti du village, et un filet de bave pendait à la commissure de ses lèvres.
– Moi, je sens de l’effervescence et de la vie, reprit l’homme en noir, dont la cape battait au vent, cinglée tel un drapeau.

Les blogueurs et blogueuses qui y participent aussi  :
Moglug 
Les Livres de George
• La Chambre rose et noire
• Lectoplum
Pousse de Gingko
• Colcoriane
Camellia Burrows
Au bazar des mots
Akatsuki no manga
Mon univers fantasy
• La bibliothèque de Céline
Charlène Voirin

 

Publicités
Cet article, publié dans Uncategorized, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Premières lignes #48

  1. Ping : Premières lignes #49 – Ma Lecturothèque

  2. Ping : Premières lignes #48 – Ma Lecturothèque

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s