Premières lignes # 180

2807834

Rendez – vous initié par Ma Lecturothèque

Le terme « incipit » vient du verbe latin incipire qui signifie commencer. L’incipit sert à désigner le début d’un roman.


Aujourd’hui, ce sont les premières lignes de La Fille au sac de plume de Michèle Beck. Il s’agit du premier roman auto-édité de l’auteure qui a déjà publié deux autres ouvrages via des éditeurs. Je l’ai lu et il est plutôt chouette.

Quatrième de couverture : Vic, 28 ans, vit en Haute-Savoie, au bord du lac d’Annecy. Un jour, elle voit sa vie basculer lorsque son frère, sa femme et leurs jumelles décèdent tragiquement. Après des mois passés à faire la fête avec des inconnus pour oublier, Vic décide sur un coup de tête de partir pour le seul endroit où elle a été vraiment heureuse dans sa vie.
Le problème, c’est qu’elle n’a ni argent ni voiture pour parcourir les huit-cents kilomètres qui la séparent de Saint-Jean-de-Luz.
Mais quand Vic a quelque chose en tête, elle est prête à tout pour y arriver, y compris partir avec un sac sur le dos et parcourir ces kilomètres à pied.
Pensant s’engager pour un long périple en solitaire, Vic va se rendre compte que sur les routes on peut faire de drôles de rencontres, dont certaines capables de changer une vie, et peut-être même de lui donner un sens.


Voici les premières lignes :

Chapitre 1

Avant – 1 an plus tôt

La maison était sens dessus dessous. Constance aurait pu se payer une femme de ménage, mais elle tenait à s’en charger. Elle ne faisait pas non plus appel à une nourrice pour les filles. Elle prenait son rôle de mère et de femme au foyer très à cœur.
En règle générale, elle s’en sortait bien. S’occuper d’une si grande maison tout en gérant des jumelles de cinq ans, sans parler des dîners d’affaires que lui imposait parfois Tommy, c’était un travail à plein temps, qu’elle minimisait trop souvent.
Vic n’était pas dupe. Elle voyait bien derrière le sourire de sa meilleure amie la fatigue, la lassitude aussi. Tout comme elle savait que ces dîners d’affaires n’étaient pas du fait de Tommy, son frère, mais bien de leurs parents. Vic en avait vécu des tonnes dans son enfance, et dès qu’elle en avait l’occasion, elle prenait les jumelles afin de leur éviter ce calvaire.
Vic venait de garder les filles dans la maison luxueuse de son frère et de sa meilleure amie, avec vue sur le lac d’Annecy, pendant que les parents dînaient au restaurant pour entretenir les relations d’affaires. Les jumelles y avaient échappé pour une fois. On n’emmène pas des enfants au restaurant, avait conclu la mère de Vic, bien contente que sa fille soit enfin utile.
— Alors, comment c’était ? demanda Vic.


Les blogueurs et blogueuses qui y participent aussi :

Au baz’art des mots
Light & Smell
Les livres de Rose
Lady Butterfly & Co
Le monde enchanté de mes lectures
Cœur d’encre
Les tribulations de Coco
La Voleuse de Marque-pages
Vie quotidienne de Flaure
Ladiescolocblog
Selene raconte
La Pomme qui rougit
La Booktillaise
Les lectures d’Emy
Aliehobbies
Rattus Bibliotecus
Ma petite médiathèque
Prête-moi ta plume
L’écume des mots
Chat’Pitre
Pousse de ginkgo
Ju lit les mots
À vos crimes
Mille rêves en moi

Publicités
Cet article, publié dans Uncategorized, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

3 commentaires pour Premières lignes # 180

  1. Ping : Premières lignes #181 – Ma Lecturothèque

  2. Ping : #PartageTaVeille | 08/09/2019 – Les miscellanées d'Usva

  3. Ping : Premières lignes #180 – Ma Lecturothèque

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.