« Cosmographia : Le Testament des étoiles » de Nicolas JAMONNEAU et Mathieu GUIBE

cosmoQuatrième de couverture : Les constellations ne sont pas les seuls messages que le ciel nous adresse. Les étoiles et leurs cycles, dans leur improbable répartition, nous racontent une histoire dont nous sommes les propres acteurs. Nous ne savons pas qui est de l’autre côté de la plume, nous ne pouvons que supposer. Mais si l univers est en permanente expansion, c’est parce que le récit continue. Mon frère et moi sommes les seuls à pouvoir déchiffrer les secrets célestes. Nous sommes Cosmographes, nous sommes lecteurs d étoiles.

— Chronique —

Un roman graphique qui présente plusieurs planches du très talentueux Nicolas Jamonneau, son travail est juste sublime et magique. Il y a vraiment quelque chose qui déborde de ses illustrations, quelque chose qui vous emporte dans une histoire, un état d’esprit, une émotion… Mathieu Guibé apporte avec sa plume plutôt douce et poétique, une narration quelque peu « hachée » dans le sens où on manque parfois d’un lien d’une page à une autre pour maintenir une fluidité de lecture, mais surtout une histoire qui n’a aucune autre prétention que de sublimer les illustrations et en cela, Mathieu Guibé a parfaitement su dosé son conte pour qu’il ne « dépasse jamais » les illustrations. L’auteur comme l’illustrateur ont su harmoniser leur travail pour se mettre en valeur l’un et l’autre.

A l’image de ces premières lignes, l’écriture de l’auteur est belle et maîtrisée, emplie d’image onirique mais également fantasmagorique :

« Les constellations ne sont pas les seuls messagers que le ciel nous adresse. Les étoiles est leurs cycles, dans leur improbable répartition, nous racontent une histoire dont nous sommes les propres acteurs. Nous ne savons pas qui est de l’autre côté de la plume, nous ne pouvons que supposer. Mais si l’univers et en permanente expansion, c’est parce que le récit continue. Mon frères et moi sommes les seuls à pouvoir déchiffrer les secrets célestes. Nous sommes Cosmographes, nous sommes lecteurs d’étoiles. »

Ankaa et Gienah sont donc jumeaux, le frère et la sœur parcourent le royaume et sont attendus impatiemment auprès des plus grands noms de ce monde pour leur dévoiler ce que l’avenir leur réserve. Aidé de son violon, Gienah joue la musique nécessaire à sa sœur pour « déchiffrer les secrets célestes. » Mais un jour, les jumeaux sont agressés par des membres ennemis, il rencontre alors Eclipse, un étrange personnage portant un masque pétrole sur la moitié du visage.

cosmo2

Eclipse, parlons-en, le personnage supplante les jumeaux, héros pourtant de cette histoire, il est magnifique, charismatique, ténébreux, mélancolique, énigmatique… Le personnage sera une clé très importante dans ce conte célesto-onirique où les étoiles se mêlent aux rêves, où l’écriture de l’auteur joue sur les doubles sens, pour mieux conquérir nos cœur, qu’Eclipse achève d’étreindre…

Anka apparaît, malgré son statut de lectrice d’oracle, plus humaine que son frère Gienah qui se révèle froid, irrespectueux, hautain, sûr de lui, sûr de sa valeur… Anka est pleine de douceur et sa rencontre avec Eclipse va profondément la changer.

A côté de cela, le roman vous emporte dans une aventure que les images souvent fortes et maîtrisées évoquent avec beaucoup de justesse, le récit et les illustrations s’accordent à merveille, Nicolas Jamonneau a su rendre honneur aux écrits de Mathieu Guibé.  Cet illustrateur, je suis très admirative depuis que je vois passer certaines couvertures, il façonne ses personnages un peu à son image, des lèvres pulpeuses, des visages bien proportionnés, expressifs ou emplis de mystère avec un charme de fou, il reste toujours dans un style assez sombre et gothico – romantique très reconnaissable, du blanc, du gris, du noir, du bleu sombre, et quelques touches de lumière pour relever le tout, c’est juste très beau.

En bref, un roman graphique qui offre un très bel objet-livre, Nicolas Jamonneau a vraiment un style a lui et à chaque illustration, la magie opère, on en prend plein les yeux et surtout plein le cœur. L’illustrateur est très doué pour lier nos yeux à notre cœur… Quand à Mathieu Guibé, il y a énormément de douceur qui se dégage du personnage et qui se transpose dans ses écrits, en tous cas dans celui-ci. Un bel objet à offrir ou à s’offrir…

— Roman lu dans le cadre du challenge —

challenge-francofou-300x300

Publicités
Cet article, publié dans Beaux livres / Artbook, Chroniques, est tagué , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s