Premières lignes #72

2807834

Rendez – vous initié par Ma Lecturothèque

Le terme « incipit » vient du verbe latin incipire qui signifie commencer. L’incipit sert à désigner le début d’un roman.

Aujourd’hui, ce sont les premières lignes de « La Sublime Communauté tome 1 : Les Affamés » de Emmanuelle Han qui paraîtra en octobre prochain aux éditions Actes Sud junior. Il s’agit d’un roman dystopie jeunesse qui semble plutôt intéressant avec du post-apocalyptique et des histoires d’univers parallèles. Je dois le démarrer prochainement.

Quatrième de couverture : C’est la fin de notre ère. Aux quatre coins d’une planète surpeuplée et en pleine dévastation, six mystérieuses Portes apparaissent, ouvrant des brèches vers des mondes inconnus. En quête d’une terre promise, fuyant la misère et la mort, des flux d’hommes, de femmes et d’enfants désespérés, les « Affamés », se pressent aveuglément vers ces Six Mondes, ignorant tout à leur sujet.
Quels secrets renferment ces Portes ? Quel mal ronge les Affamés ? Quelle est la nature des Six Mondes ? En ces temps de détresse où la violence et le chacun-pour-soi font rage, seuls trois enfants pourront le découvrir. Ashoka, Ekian et Tupà ne se connaissent pas, vivent à des milliers kilomètres de distance. Pourtant, leurs destins sont liés. De leur union dépendra le sort de la Sublime Communauté. 

Voici les premières lignes :

1
TUPÀ

Il faisait une chaleur à crever à Ciudad del Este. La pluie se déversait pourtant en trombes sans discontinuer, mais rien n‘y faisait, du bitume luisant continuaient de s’évaporer des nuages de vapeur et le corps n’en finissait plus de transpirer pour évacuer la torpeur.
Trempé jusqu’aux os, par la pluie autant que par sa propre sueur, Tupà cherchait un taxi dans le chaos de la cité. Planté sur le trottoir d’une longue avenue, le jeune garçon jetait un œil inquiet vers le ciel à chaque coup de tonnerre : au-dessus de lui, une véritable forêt de fils et de câbles électriques enchevêtrés se déployait ; si la foudre tombait, il était cuit, littéralement.
– Freddie… Freddie… putain, qu’est-ce que tu fous, nom de Dieu? dit-il à voix haute en regardant nerveusement sa montre – une bien grosse montre pour un adolescent, avec des éclats de diamants incrustés dans le cadran et un bracelet en métal clinquant, qui flottait autour de son frêle poignet.

Les blogueurs qui y participent :

• La Chambre rose et noire
• Lectoplum
Pousse de Gingko
Camellia Burrows
Au baz’art des mots
Mon univers fantasy
Eléonore B
La Marmotte qui lit
Light & Smell
Ibidouu
Page blanche et noire
Chronicroqueuse de livres
Chez Xander
Les pages qui chuchotent
Envie de lire
Critiques d’une lectrice assidue
A Blue Feather Blog
Les livres de Rose
Les livres de George
La couleur des mots
Rêveuse Éveillée
Au pays de Sophie
• Les lectures de Luna
Les Histoires d’Amélia

Publicités
Cet article, publié dans Uncategorized, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Premières lignes #72

  1. Ping : Premières lignes #72 – Ma Lecturothèque

  2. froggy80 dit :

    «bien jolie cette couverture» Elle fait envie …

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s