« Dans le silence des oiseaux » de Kriss F. GARDAZ

Quatrième de couverture : Courbille, petite ville tranquille de Bourgogne. Et pourtant… Le corps d’une femme est découvert accroché au grillage d’une station d’épuration. Nommé directeur d’enquête, le major Elliot Stiff débarque de Dijon avec, dans ses valises, le fantôme de sa fille décédée, un harmonica silencieux et sa ténacité. Pourra-t-il remonter la piste de l’assassin ? Seuls indices en sa possession, un oiseau en origami et une inscription : Dans le silence des oiseaux, son cri s’est tu. Lorsqu’un adolescent du collège de Courbille disparaît à son tour, toute aide est la bienvenue. Même celle d’une mystérieuse libraire. Mais pourquoi ces origamis ? Et quel message l’assassin souhaite-t-il transmettre ? Le compte à rebours commence. Un polar captivant mêlant suspense, humour et souffrance, qui plonge le lecteur dans une enquête au dénouement surprenant.

— Chronique —

« Dans le silence des oiseaux, son cri s’est tu », cette étrange phrase est retrouvée sur un origami en forme d’oiseau déposé à proximité d’un cadavre dénudé d’une jeune femme. Découverte par un joggeur, un kiné local, suspendue au grillage d’une station d’épuration, le corps semble avoir été méticuleusement nettoyé et purifié. A Courbille, petite ville perdue et sans histoire de Bourgogne, les rumeurs filent bon train, qui peut bien avoir commis une telle horreur ? Dépêché sur le secteur pour diriger l’enquête, le Major Elliot Stiff traîne un lourd bagage, psychologiquement abîmé, il n’en reste pas moins un bon enquêteur. Affublé d’une jeune équipe compétente, motivée mais portant également leur propre souffrance, un suspect est rapidement identifié, un peu trop simple cependant. Plus tard, un jeune collégien disparaît laissant ses parents désemparés, aucune piste à suivre, l’affaire révélant les secrets des uns et des autres va vite tourner en rond et cumuler les suspects. Toutefois, une étincelle d’espoir se présente à Elliot en la personne d’une libraire aux capacités étranges mais non négligeables, Katia Serk pourrait bien être la clé pour résoudre cette affaire.

A mon sens, un bon polar présente avant tout une ambiance particulière, souvent sombre, brumeuse, froide dans un environnement éloigné des villes surpeuplées, la nature y a une place importante, les personnages sont ballottés psychologiquement avec des passés troubles, difficiles ou énigmatiques ce qui instaurent le doute, on a tendance à tous les suspecter ! Dans « Dans le silence des oiseaux », on retrouve tout ça, l’auteure pose le décor dans une petite ville perdue de Bourgogne où il ne se passe pas grand chose, des personnages attachants, bien dépeints avec leurs lots d’imperfections et de douleurs, et offre une enquête palpitante qui ne joue pas que sur le polar au sens stricto sensu, elle y instille bien d’autres choses, un peu de surnaturel avec un personnage au don de médium (vous vous rappelez Médium avec Patricia Arquette ?), de la romance aussi, elle joue relativement bien avec les tendances littéraires du moment sans forcément sombrer dans le trop ou pas assez, c’est plutôt juste et franchement bien ficelé. Ce polar se dévore tout simplement. Il est simple, efficace et addictif, loin de présenter une enquête facile à résoudre, l’auteure balade son lectorat tout au long de l’ouvrage, brouillant les pistes, on envisage un suspect puis finalement non, celui là paraît être plus plausible avant de finir par retourner à vos doutes, vos suspicions, mais qui est le tueur ?

Par ailleurs, les personnages ne gâchent rien entre leur dimension personnelle et professionnelle qui vient souvent contraster leur caractère et leur individualité. Le Major Elliot Stiff est un des personnages principaux, regard dévasté par l’ombre d’une fille décédée et une femme ayant sombré dans la dépression, cette enquête ne va pas aider son état psychologique lui rappelant la douleur qui niche au fond de son cœur. Il est charmant, exigeant, méticuleux, un brin paternaliste avec certains jeunes enquêteurs mais toujours très rigoureux. Le temps de l’enquête, il vit chez sa vieille tante dans un hameau paumé. La voisine, Katia Serk, est libraire, bien éloignée de l’univers policier, mère de deux enfants, fraîchement divorcée, elle va pourtant attirer l’attention du major et tous les deux vont rapidement coopérer afin d’arrêter au plus vite le meurtrier qui va cumuler les victimes et se délester d’origamis aux messages énigmatiques.

Quant au dénouement, il est surprenant à plusieurs niveaux. Pas forcément sur la révélation du tueur même si à titre personnel, je me suis fait avoir, mais plutôt sur ses raisons et motivations. De prime abord cela semble assez simple, on suit les pensées du tueur tout au long du roman, mais cela va bien plus loin, l’auteure va prendre un chemin explicatif à la fois précis et lointain qu’on ne voit pas du tout venir, les messages prennent alors tout leurs sens, on y retrouve une thématique très actuelle, difficile d’en dire plus sans vous dévoiler une partie assez recherchée de l’ouvrage. Concernant le futur des deux personnages, on est un peu dans le flou, en fermant le roman, je me suis même dit « Pense t-elle faire une suite avec d’autres enquêtes menées par le charmant Major Stiff ? ». Cette idée me plairait bien !

En bref, un roman policier rondement mené, original et très addictif mené tambour battant par une flopée de personnages troubles et intéressants. Il ne joue pas seulement avec les codes du genre avec sa petite touche de surnaturel et ouvre le lecteur à des réflexions très actuelles. Belle découverte !

Je remercie les éditions de l’Astre bleu et plus particulièrement Eliane pour la découverte de ce nouvel ouvrage.

franco10

Publicités
Cet article, publié dans Chroniques, Policier / Thriller, est tagué , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

5 commentaires pour « Dans le silence des oiseaux » de Kriss F. GARDAZ

  1. Ping : Dans le silence des oiseaux – Kriss F. Gardaz – les cibles d'une lectrice "à visée"

  2. Un grand merci pour votre analyse et votre chronique Walkyrie!

  3. Je me souviens que tu en avais présenté les premières lignes. Ça donne encore plus envie – bon, faudrait déjà que je lise les thrillers que j’ai chez moi 😬 Mais je note !

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.