« Le sourire éternel » de Derek KIRK KIM & Gene LUEN YANG

Quatrième de couverture : Trois histoires où les personnages naviguent entre rêve et réalité, entre bien et mal. trois histoires subtiles, drôles et touchantes.

Duncan est un brave et charmant chevalier, et le favori de la princesse. A ce titre, il espère remporter bientôt la course au trône. Mais dernièrement, au royaume de Duncan, les murs de la réalité ont beaucoup rétréci…

Papy Grippe – Sou ne sera satisfait que le jour où la piscine sera pleine à ras bord de pièces d’or ! Mais un jour, un sourire mystérieux apparaît dans le ciel. Cela signifie t-il qu’il va enfin pouvoir être heureux ?

Janet subit sa vie sans relief d’employée de bureau, jusqu’au jour où elle apprend par l’email d’un prince nigerian qu’elle a été choisie pour sauver la fortune de la famille princière. Tout ce dont il a besoin sont les coordonnées bancaires de Janet…

— Chronique —

Trois histoires qui nous baladent, qui viennent jouer avec vous jusqu’aux chutes sur fond de moral. De l’imaginaire, il y en a beaucoup, ces histoires viennent astucieusement mêler onirisme et réalisme, on démarre toujours les aventures dans un but précis, tout un développement dans un univers bien donné et puis là, c’est tout autre chose qui vient s’offrir à vous.

Cette bande dessinée appelle à des thématiques importantes traitées avec humour et dérision, où les envies, les besoins se perdent parfois dans les rêves, l’esprit, ou encore l’inconscient. Il y a toute une part de psychologie finalement, les auteurs amènent à des réflexions profondes et plutôt intelligentes avec des planches et des dialogues drôles et certainement volontairement caricaturaux. Ce à quoi l’être humain aspire, quels sont sont vos désirs, vos besoins, vos rêves, qu’est ce qui vous rend heureux ? Mais la réalité revient au galop parfois pour des prises de conscience abruptes et violentes, parfois pour un retour au source indispensable ou encore une façon de s’affirmer et de prendre les taureaux par les cornes. Cela n’est évidemment pas facile mais parfois le mal attire le bien et vice et versa.

Tout cela dans trois histoires au graphisme bien distinct avec toujours ce but de vous dévoiler une part de vous même, une morale, une idée à méditer. Les auteurs jouent avec des histoires attendues ou du moins des bases assez peu originales pour subtilement vous embarquer dans quelque chose qui l’est davantage.

Un contexte moyenâgeux dans la première, un  chevalier héroïque amoureux d’une princesse, Duncan, est prêt à tout pour conquérir le trône et le cœur de sa belle, des ennemis batraciens et une drôle d’histoire de snappy cola… Intemporel, caricatural et finement psychologique. Ici, le trait  est très héroïc fantasy et très comics aussi, avec des héros beaux et forts et des ennemis plutôt répugnants, le tout joliment croqué. Gardons toutefois en tête l’humour et la dérision…

Dans la seconde, encore un drôle de batracien, grippe-sou, ayant une soif immodérée de la pièce d’or pour y plonger dedans avec délectation, un sourire éternel dans le ciel, une exploitation lucrative, une secte, un chef violent et abusif sont les ingrédients de cette histoire qui pourrait vaguement vous faire un clin d’œil au Truman Show… Capitalisme en déroute, exploitation abusif du pouvoir, religion sectaire, tout un programme dans cette histoire ! Peut-être la plus imaginative et la plus humoristique, le coup de crayon est surréaliste, enfantin, à la manière des tex avery, c’est très coloré et un peu dingue si vous voyez ce que je veux dire.

Enfin, la troisième, Janet travaille depuis sept ans sur le même poste et aspire à une promotion, à un changement dans sa vie. Un prince nigerian richissime et exotique lui envoie du rêve en lui quémandant coordonnées bancaires et argent par voie numérique. Échange de mails, début de romance, une rencontre organisée… On peut y voir beaucoup de choses dans cette histoire, un besoin de se perdre dans l’inconnu, une façon de se trouver important pour quelqu’un, une recherche de changement de vie, un besoin de s’affirmer. Ici, les planches oscillent entre le noir et blanc pour la réalité et des couleurs douces et chatoyantes pour le rêve, bien dosées, tout en rondeur de traits, c’est très humain et réaliste, on s’attache inévitablement à Janet et sa vie sans surprise.

En bref, trois histoires qui heurtent l’imaginaire et le réel, trois histoires bien distinctes tant par le contenu que le visuel, trois histoires qui viennent avec beaucoup d’humour et de dérision vous faire réfléchir sur les vices de notre société. Plutôt pas mal !

Cet article, publié dans Chroniques, Manga / BD, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour « Le sourire éternel » de Derek KIRK KIM & Gene LUEN YANG

  1. Ping : C’est l’heure du bilan ! | Songes d'une Walkyrie

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.