« Psi changeling tome 13 : Le Bouclier de givre » de Nalini SINGH

psi-changeling,-tome-13---le-bouclier-de-givre-725385-250-400 Quatrième de couverture : Assassin. Soldat. Flèche. Voilà ce qu’est Vasic depuis toujours. Alors que les siens sont victimes d’une épidémie dévastatrice, Vasic doit accomplir une mission périlleuse : réveiller les empathes pour sauver son peuple. Après avoir été privée d’une partie de ses pouvoirs,
Ivy prend un nouveau départ. Elle aurait dû se tenir à distance de ce guerrier ténébreux. Malgré sa réputation sanguinaire, Vasic est son seul espoir et Ivy devra se battre à ses côtés. Malgré son courage et sa détermination, a-t-elle vraiment le pouvoir de sauver Vasic des ténèbres qui l’envahissent ?

— Chronique —

Treizième tome déjà ! On sent qu’une fin arrive, que les choses vont changer profondément et cela augure une fin époustouflante. A savoir qu’a priori, il ne restera que deux tomes pour boucler ce cycle là. Une bonne nouvelle, sachant que peu à peu les romances tournent vite en rond et que l’intrigue ne peut se tenir davantage, le lecteur a besoin de réponses, et dans ce tome, vous en aurez !

Une épidémie sévit sévèrement sur le Psi Net engendrant de nombreuses victimes à chaque crise déclarée. Vasic, Aden et les autres flèches tentent, avec l’aide de Kaleb, de neutraliser la menace. Cependant, c’est peine perdu, s’ils arrivent à en minimiser les conséquences, ils ne parvienne pas la maîtriser et elle continue sa propagation. Une idée germe pourtant peu à peu, les empathes, exterminés et étouffés depuis des dizaines d’année du peuple Psi pourraient bien être la réponse pour sauver ce peuple aux facultés psychiques. C’est ainsi que Vasic à l’aide de d’autres flèches est choisi pour assurer la protection des empathes et plus particulièrement de celle qui lui est assignée, Ivy Jane.

Soyons honnête, la romance est plaisante mais ne casse pas trois pattes à un canard, puisque l’auteure use d’éléments déjà tournés dans tous les sens et donc déjà vus dans les tomes précédents. Je me suis laissée aller à quelques levées de yeux au ciel sur certains passages un peu trop surréalistes, mais à côté de cela les deux personnages qui forment le couple de cet opus sont très intéressants, entre une flèche qui sombre dans les remords des trop nombreuses morts qui pèsent sur son âme et une jeune Psi au silence défaillant, qui ressent bien trop vivement les émotions et considérée comme une pestiférée parmi les siens.

Vasic est froid, méthodique et va à l’essentiel, une flèche loin d’être loquace et pleine de réparti, c’est aussi un être humain qui se révèle dans son rôle de protecteur, sans forcément être dans l’émotionnel, il est juste et attentif aux autres. Son seul point d’ancrage, c’est Aden, une autre flèche avec qui il est profondément lié depuis l’enfance. Ce que l’on peut regretter dans son évolution, c’est que la glace qui au début est plutôt attractive fond et se brise un peu trop vite, cela manque de subtilité, même s’il est bien  charmant dans son innocence et sa méconnaissance des relations de couple. Une caractéristique des Psis que l’on retrouve d’ailleurs souvent, un schéma que l’auteure avait déjà utilisé avec Judd ou Kaleb, on retombe donc un peu dans du connu, du déjà vu, malgré cela on passe un agréable moment en très charmante compagnie puisque Vasic reste indéniablement sexy !

Ivy Jane est tout le contraire… La jeune Psi a vécu le pire pour être reconditionné et retrouvé son silence brisé, une torture, un viol de son âme, Ivy en a été brisée. Pourtant grâce à des parents attentifs au bonheur de leur enfant qui ont tout quitté pour lui permettre de se reconstruire loin de la société élitiste Psi, elle a grandi plus sereinement mais n’est pas complètement bien dans sa peau face à cet armada d’émotions qui ne sont pas faciles à accepter et à subir et gérer surtout. Au premier abord, Ivy est donc plutôt « faible » mais ce n’est pas du tout le cas en réalité, surtout quand elle prendra conscience de sa capacité d’empathe qui va changer les choses. Ivy ne serait par ailleurs pas Ivy sans son chien « Lapin » qui apporte beaucoup d’humour, un côté un peu enfantin, mais aussi une tendresse, un amour qu’elle peut exprimer sans rien redouter en retour.

A travers ces deux personnages et cette romance, on voit surtout le reflet de la relation qui se noue peu à peu entre les flèches et leurs protégés empathes. On a cette impression que ces êtres qui ont subit le pire des entraînements dès leur plus jeune âge, devenu aussi froid que la glace, insensible, et prêt à suivre les ordres qui leur sont donnés sans la moindre réflexion préalable, des êtres dénués de toutes émotions, des pantins en quelque sorte, s’humanisent enfin en retrouvant les prémices d’une relation émotionnelle avec un être brimé souvent depuis son enfance. Chacun traînant leur traumatisme mais ne l’exprimant pas du tout de la même façon, un contraste plutôt sympa.  J’aimais déjà beaucoup les flèches, là je les adore. L’auteure a eu raison de lier deux êtres aussi opposés que peuvent l’être une flèche et un empathe.

Ce qui est le plus intéressant dans cette série, c’est vraiment l’histoire de fond, c’est plutôt riche et dense. Ce tome est axé sur l’univers Psi mais il a le mérite également de nous faire voir davantage le couple du tome 1 à savoir Sacha et Lucas et par là même de nous montrer comment ils évoluent, et comment ils vont prendre part, à l’aide de d’autres changelings et humains également, à cette lutte inévitable pour sauver les Psis de leur propre destruction. L’intrigue est plus complexe, il y a des éléments de réponses qui arrivent, et un avenir, qui n’aurait jusqu’alors jamais pu être imaginé, pourrait voir le jour. Une nouvelle ère s’annonce, potentiellement aussi destructrice que pacifique.

En bref, un tome qui achève de marquer le tournant déjà bien entamé dans le tome précédent, les Psis sont menacés et l’aide de tous ; Changelings comme Humains, sera précieuse pour se sortir de l’ombre qui approche et menace. Les prochains tomes devraient donc être très intenses sur l’intrigue générale. A côté de cela, la romance démarre avec une certaine passion et la découverte des deux protagonistes face aux relations physiques et émotionnels, un aspect toujours émoustillant, malheureusement se perd dans un peu trop de guimauve par la suite. Un tome en demi-teinte donc, on approche de la fin du cycle et c’est plutôt une bonne chose.

— Les dernières chroniques de la série —

psi-changeling,-tome-12---coeur-d-obsidienne-674425-250-400 psi-changeling,-tome-11---labyrinthe-de-desir-555547-250-400 Psi changeling 10 psi-changeling,-tome-9---passions-exaltees

— Roman lu dans le cadre des challenges suivants —

suite-10

Publicités
Cet article a été publié dans Bit-lit, Chroniques, Romance. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s